Forum poétique
Si toi aussi, tu entends souvent ton cœur parler à ta plume, viens déposer tes escarpins dans l'empreinte de nos pas.
Tu pourras alors alimenter cette rivière afin qu'elle devienne un fleuve prolifique de douceurs où tous, nous venons à notre tour, pour y tremper notre plume féconde.
Et cet affluent de pensées innombrables finit sa course magnifique dans un océan de lumières.
J'aime cet idée de partage.
Elle devrait régir le monde sans aucune faille.
Pour que nous regardions tous dans la même direction.
C'est pour cette raison que nous aimons tant la poésie... Et les poètes !...
Gérard SANDIFORT alias Sandipoete


UN ENDROIT QUI RESPIRE LE BIEN ÉCRIRE ET L'AMITIÉ
 
Vitrine du SiteFaire lire sa poésie sur FacebookAccueilRechercherS'enregistrerComment écrire de la poésie ?Connexion

Partagez
 

 Mathéo fin

Aller en bas 
AuteurMessage
Michel 48
Modérateur
Modérateur
Michel 48

Masculin
Taureau Dragon
Nombre de messages : 675
Age : 67
Date d'inscription : 12/01/2009

Mathéo fin Empty
MessageSujet: Mathéo fin   Mathéo fin Icon_minitimeMer 6 Nov 2019 - 15:25

Je m'appelle Mathéo monsieur le juge. Oui, je veux retourner vivre chez Léa, même si Jean l'a quittée. Oui, monsieur le juge, elle s'occupe bien de nous. Je suis parti sur un coup de tête monsieur le juge, j'ai été trop bouleversé d'assister à la querelle entre Jean et Léa, nous avions tellement été habitués à les voir s'aimer. Oui, je comprends que ce n'était pas une idée de prendre ma petite sœur pour rendre visite à notre maman.
Ce n'était pas une bonne idée du tout, non. Nous tremblions d'émotion, Safia et moi, quand nous avons gravi les escaliers de l'immeuble, toqué à la porte. C'était vers les neuf heures du matin. Rien ne bougeait , nous avons toqué de nouveau, plus fort. Alors nous avons entendu du bruit dans l'appartement, des pas qui se traînaient jusqu'à la porte. Maman qui apparaît dans l'encadrement, un peignoir jeté sur sa nudité, le visage gonflé, le cheveu en bataille, et un masque d'effroi sur son visage quand elle nous voit. Un doigt sur sa bouche, pour nous prier de ne pas faire de bruit, nous entrons derrière elle, elle nous fait comprendre qu'elle n'est pas seule. Elle ne nous parle pas, elle chuchote.
Maman, maman dit Safia, sans parvenir à maîtriser son émotion, et sans parvenir à étouffer sa voix. Maman m'a juste posé un baiser dans les cheveux, et je la vois terriblement gênée des effusions de Safia qui cherche à se blottir contre elle, qui l'enserre à la taille. Maman propose de nous faire chauffer un chocolat, on la suit dans la cuisine, elle nous fait asseoir, sort une casserole. Et tout de suite ce type en caleçon qui se tient dans la porte, le visage mauvais. C'est quoi ce bordel ? Tu as envie de nous attirer des ennuis avec la police ? Fous moi ces mômes dehors ! Maman qui tente de discuter, Safia terrorisée agrippée à son peignoir, l'homme qui s'avance menaçant, sa voix sourde de colère. Je dois être pâle comme un linge, je tremble. Il va la frapper si elle insiste, J'arrache Safia à son étreinte, je lui prends la main, je la tire de force vers la sortie, nous quittons l'appartement accompagnés des cris de la dispute. En bas des escaliers, nous nous asseyons, incapables elle et moi d'imaginer quelque chose, livides, paralysés. La porte de l'immeuble qui s'ouvre, deux policiers, ils sont à notre recherche, ils nous emmènent, nous montons dans leur voiture. La femme policier passe derrière avec nous, il fait chaud dans la voiture, la femme sent bon, Safia se met à pleurer doucement, sans sanglots, sans renifler, juste des larmes qui coulent sur son visage, je lui serre la main.
C'était il y a une semaine, depuis nous avons été hébergés dans un foyer, le temps que les services sociaux fassent leur enquête. Il semble que leur avis est favorable à un retour dans la famille d'accueil. Enfin, famille... disons chez Léa, puisque Jean est parti. L' assistante sociale nous attendait à la sortie du bureau du juge, elle nous ramène à la maison. Arrivés dans Cesson, je lui demande de s'arrêter devant le fleuriste, je veux arriver avec un bouquet. Il me reste un peu d'argent de ce que j'avais pris dans le pot de la cuisine. Je ne sais pas ce qu'il m'arrive, ces jours-ci j'éprouve pour les femmes une tendresse que je n'avais jamais ressentie jusqu'à maintenant. Ça a commencé avec la policière, elle sentait bon, j'aurais voulu l'embrasser, tellement elle m'avait fait oublier maman, son visage défait et son corps maltraité sous le peignoir. Et puis après, elle, l'assistante sociale, qui nous a rencontrés plusieurs fois cette semaine, son regard sur nous, comme l'impression de me retrouver sur la rive d'un lac, l'envie de me laisser accompagner et, si la pudeur ne me retenait pas, de lui laisser prendre ma main.
Je veux offrir des fleurs à Léa. J'ai toujours été distant avec elle, tout en sachant que je la faisais souffrir de refuser son affection. Je suis son héron dit-elle. Aujourd'hui je sens que je peux l'aimer. Cette boule qui me glaçait le ventre a fondu, c'est de la chaleur qui circule dans mes veines, je veux que son ventre glacé à elle aussi se réchauffe de mon affection, je vais la consoler du départ de son Jean, comme je sais consoler ma petite sœur Safia quand elle a un gros chagrin.


Épilogue, huit ans plus tard
Aujourd'hui, Safia se marie, oui, à 18 ans c'est jeune, mais le mariage ça la rassure tellement. Léa est de la fête, rayonnante. Jean est venu aussi, mais il rase les murs. Il y a longtemps que sa liaison avec Marie-Lou a fait long feu, mais il a perdu sa Léa pour toujours. Il gagne très bien sa vie je crois, enfin professionnellement. Côté cœur il la perd dans la répétition de liaisons foireuses. Moi, Mathéo, je suis entré dans la police. On dit que mon côté héron réussit à merveille pour épingler les gros poissons. Côté cœur, je n'épingle pas grand chose, l'amour me fait tellement peur.

Textes protégés par © Copyright N° 79Z516A
Au clin d'oeil je suis enclin
Le déclin, je décline
Revenir en haut Aller en bas
http://www.poete.org/MichelB/
sandipoete
Fondateur
Fondateur
sandipoete

Masculin
Lion Dragon
Nombre de messages : 8800
Age : 67
Localisation : Landrecies, dans le Nord !
Date d'inscription : 05/04/2005

Mathéo fin Empty
MessageSujet: Re: Mathéo fin   Mathéo fin Icon_minitimeVen 8 Nov 2019 - 15:28

J'ai mis ta nouvelle dans un forum au nom de son titre Mathéo.
Ainsi tes lecteurs pourront mieux suivre ton récit.
J'aime ta manière d'écrire.
Bravo

Textes protégés par © Copyright N° 79Z516A
*****************************************
Gérard SANDIFORT, alias Sandipoete
Mathéo fin Vieux-10La seule arme que je tolère, c'est la plume !...
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/view/sandipoete/home
Michel 48
Modérateur
Modérateur
Michel 48

Masculin
Taureau Dragon
Nombre de messages : 675
Age : 67
Date d'inscription : 12/01/2009

Mathéo fin Empty
MessageSujet: Re: Mathéo fin   Mathéo fin Icon_minitimeVen 8 Nov 2019 - 18:31

Bonjour Gérard
Je ne vois pas vraiment ce que tu veux dire, je parcours le site sans voir le moindre forum, et encore moins un forum qui s'intitule Mathéo. En tout cas, merci pour ta lecture et ton soutien, je publie mes textes sur d'autres médias, ici, ça me parait plus que confidentiel...
Amitiés
Michel

Textes protégés par © Copyright N° 79Z516A
Au clin d'oeil je suis enclin
Le déclin, je décline
Revenir en haut Aller en bas
http://www.poete.org/MichelB/
sandipoete
Fondateur
Fondateur
sandipoete

Masculin
Lion Dragon
Nombre de messages : 8800
Age : 67
Localisation : Landrecies, dans le Nord !
Date d'inscription : 05/04/2005

Mathéo fin Empty
MessageSujet: Re: Mathéo fin   Mathéo fin Icon_minitimeVen 8 Nov 2019 - 19:23

Quand tu vas dans le forum nouvelles tu trouves le sous forum Mathéo

Textes protégés par © Copyright N° 79Z516A
*****************************************
Gérard SANDIFORT, alias Sandipoete
Mathéo fin Vieux-10La seule arme que je tolère, c'est la plume !...
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/view/sandipoete/home
Contenu sponsorisé




Mathéo fin Empty
MessageSujet: Re: Mathéo fin   Mathéo fin Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Mathéo fin
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Math en delire
» Une infinité de mathématiciens assoiffés
» CH - La Cinémathèque de Himgadril
» entraide primaire/secondaire/c-gep >maths
» PASTEL ET SANGUINE de Michel Mathé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum poétique :: LES LITTÉRATURES :: Vos Récits :: Nouvelles :: Mathéo-
Sauter vers: