Forum poétique
Si toi aussi, tu entends souvent ton cœur parler à ta plume, viens déposer tes escarpins dans l'empreinte de nos pas.
Tu pourras alors alimenter cette rivière afin qu'elle devienne un fleuve prolifique de douceurs où tous, nous venons à notre tour, pour y tremper notre plume féconde.
Et cet affluent de pensées innombrables finit sa course magnifique dans un océan de lumières.
J'aime cet idée de partage.
Elle devrait régir le monde sans aucune faille.
Pour que nous regardions tous dans la même direction.
C'est pour cette raison que nous aimons tant la poésie... Et les poètes !...
Gérard SANDIFORT alias Sandipoete


UN ENDROIT QUI RESPIRE LE BIEN ÉCRIRE ET L'AMITIÉ
 
Vitrine du SiteFaire lire sa poésie sur FacebookAccueilRechercherS'enregistrerComment écrire de la poésie ?Connexion
-47%
Le deal à ne pas rater :
CONTINENTAL EDISON – Aspirateur balai et à main
24.99 € 46.84 €
Voir le deal

 

 Quand se vivent ces temps à l'ombre de soi-même

Aller en bas 
AuteurMessage
CLAIRELYSE
Grimoirien
Grimoirien
CLAIRELYSE

Féminin
Taureau Chat
Nombre de messages : 752
Age : 81
Date d'inscription : 18/04/2009

Quand se vivent ces temps à l'ombre de soi-même Empty
MessageSujet: Quand se vivent ces temps à l'ombre de soi-même   Quand se vivent ces temps à l'ombre de soi-même Icon_minitimeMar 19 Jan 2010 - 15:52

Quand se vivent ces temps à l'ombre de soi-même,
Quand les mots sont trompeurs et vont martyriser
La vulnérable part qui réclame un baiser,
Se vit l'égarement sous l'effet du blasphème.

On croit que rien n'est bon, tout pour nous est écueil
Car les mots qui font mal, que notre esprit commande
Ne peuvent s'avouer et rien ne les amende,
L'on se bâtit alors un haut rempart d'orgueil.

L’empreinte de nos jours, où nul ne se résigne
A oublier les peurs, perturbant notre moi,
S'imprime en nos tréfonds, bouscule notre foi,
Créant alors en nous une douleur maligne.

Je m'éveille parfois ressassant le poison
Des nuits de solitude où je suais d'angoisse,
Mon cœur battant ainsi qu'un tocsin de paroisse,
Et pourtant le malheur n'est plus à l'horizon...

Cette vie en sursis combien elle m'attire !
Je m'étais préparée à accueillir le mal,
Me terrant dans mon coin comme fait l'animal,
Mais depuis dans ses yeux, heureuse, je me mire.
Revenir en haut Aller en bas
 
Quand se vivent ces temps à l'ombre de soi-même
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» De retour a la maison avec toi (PV Riku) (Hentaï ) (terminer)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum poétique :: LES POÉSIES :: Les Poèmes avec contraintes métriques-
Sauter vers: