Forum poétique
Si toi aussi, tu entends souvent ton cœur parler à ta plume, viens déposer tes escarpins dans l'empreinte de nos pas.
Tu pourras alors alimenter cette rivière afin qu'elle devienne un fleuve prolifique de douceurs où tous, nous venons à notre tour, pour y tremper notre plume féconde.
Et cet affluent de pensées innombrables finit sa course magnifique dans un océan de lumières.
J'aime cet idée de partage.
Elle devrait régir le monde sans aucune faille.
Pour que nous regardions tous dans la même direction.
C'est pour cette raison que nous aimons tant la poésie... Et les poètes !...
Gérard SANDIFORT alias Sandipoete


UN ENDROIT QUI RESPIRE LE BIEN ÉCRIRE ET L'AMITIÉ
 
Vitrine du SiteFaire lire sa poésie sur FacebookAccueilRechercherS'enregistrerComment écrire de la poésie ?Connexion
Le Deal du moment : -35%
Promo sur les baskets Nike Air Max 200 – ...
Voir le deal
81 €

 

 le koala, le singe, l'homme et l'aigle.

Aller en bas 
AuteurMessage
CLAIRELYSE
Grimoirien
Grimoirien
CLAIRELYSE

Féminin
Taureau Chat
Nombre de messages : 752
Age : 81
Date d'inscription : 18/04/2009

le koala, le singe, l'homme et l'aigle. Empty
MessageSujet: le koala, le singe, l'homme et l'aigle.   le koala, le singe, l'homme et l'aigle. Icon_minitimeLun 20 Juil 2009 - 8:44

S’infiltrant au travers des frondaisons très sombres,
L’ardent rayonnement de ce soleil tout blanc
Vient taper dans l’œil rond d’un koala très lent,
Qui essaie, étonné, de se hâter vers l’ombre.

Sur le miroir moiré de ténébreuses eaux,
D’un marigot bordé de cresson et de menthe,
Un homme suit le vol de l’aigle, volant haut,
qui trace de grands ronds de ses ailes planantes.

Le chasseur aperçoit l’approche théorique
Du rapace mais guette un singe au regard clair,
Repéré, tant par lui, que par l’oiseau dans l’air
Qui fonde comme lui, des projets chimériques.

Le singe, plus malin, gagne vite un abri,
poussant le fondement du koala surpris
Et l’incite bien vite à rejoindre le trou
D’un arbre pourrissant, resté toujours debout.

Le marsupial, choqué, en fait est confondu
Par les façons hardies, offertes à son … « tondu »
Car, pour n’avoir subit dans sa vie dérisoire
D’assaut si enflammé, en ressent quelque gloire !

L’aigle, fort dépité, du repas fait le deuil.
De son titre de roi étant destitué,
Monte droit vers le ciel, honteux et conspué,
Et va cacher très haut ce qui reste d’orgueil.
Revenir en haut Aller en bas
 
le koala, le singe, l'homme et l'aigle.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum poétique :: LES POÉSIES :: Les Poèmes avec contraintes métriques-
Sauter vers: