Forum poétique
Si toi aussi, tu entends souvent ton cœur parler à ta plume, viens déposer tes escarpins dans l'empreinte de nos pas.
Tu pourras alors alimenter cette rivière afin qu'elle devienne un fleuve prolifique de douceurs où tous, nous venons à notre tour, pour y tremper notre plume féconde.
Et cet affluent de pensées innombrables finit sa course magnifique dans un océan de lumières.
J'aime cet idée de partage.
Elle devrait régir le monde sans aucune faille.
Pour que nous regardions tous dans la même direction.
C'est pour cette raison que nous aimons tant la poésie... Et les poètes !...
Gérard SANDIFORT alias Sandipoete
Forum poétique
Si toi aussi, tu entends souvent ton cœur parler à ta plume, viens déposer tes escarpins dans l'empreinte de nos pas.
Tu pourras alors alimenter cette rivière afin qu'elle devienne un fleuve prolifique de douceurs où tous, nous venons à notre tour, pour y tremper notre plume féconde.
Et cet affluent de pensées innombrables finit sa course magnifique dans un océan de lumières.
J'aime cet idée de partage.
Elle devrait régir le monde sans aucune faille.
Pour que nous regardions tous dans la même direction.
C'est pour cette raison que nous aimons tant la poésie... Et les poètes !...
Gérard SANDIFORT alias Sandipoete
Forum poétique
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


UN ENDROIT QUI RESPIRE LE BIEN ÉCRIRE ET L'AMITIÉ
 
Vitrine du SiteFaire lire sa poésie sur FacebookAccueilRechercherS'enregistrerComment écrire de la poésie ?Connexion
Le deal à ne pas rater :
Code promo Cdiscount : -5€ dès 59€ d’achat
Voir le deal

 

 Depuis cinq cent ans.

Aller en bas 
AuteurMessage
moments de grace
Nouvelle plume
Nouvelle plume
moments de grace

Masculin
Taureau Serpent
Nombre de messages : 5
Age : 56
Date d'inscription : 08/11/2008

Depuis cinq cent ans. Empty
MessageSujet: Depuis cinq cent ans.   Depuis cinq cent ans. Icon_minitimeLun 10 Nov 2008 - 22:35

J’ai vu leurs chevaux
Et les hommes à pied,
Leur sueur sur le dos
De ce qu’ils rêvaient.
J’ai vu sur le haut
Des pierres posées,
Un monde nouveau
Une croix dressée.
J’ai toute ma tête
Depuis cinq cents ans
Mes racines se prêtent
Aux épines du vent.
Je n’ai rien à perdre
Silencieusement,
Je suis un cèdre
Et tout mon temps.


J’ai vu leurs Margots
Et les hommes dansaient,
Les femmes sur le dos
Etr’ce qu’elles rêvaient.
J’ai vu le plus beau
Des pierres taillées,
Des noces de châteaux
Une croix aimée.
Je les ai vu naître
Grandir et grimpant,
Mes branches se prêtent
Aux rires des enfants.
Jamais je ne cède
Impassiblement,
Je suis un cèdre
Et tout mon temps


J’ai vu les corbeaux
Et les hommes tomber,
Le fouet sur le dos
De ceux qui rêvaient.
J’ai vu les sanglots
Des pierres brisées,
Des fers aux poteaux
Et des croix plantées.
Je pousse à tue tête
Au pied de leurs chants,
Mes aiguillent se prêtent
A sécher le sang.
Leurs âmes me pénètrent
Douloureusement,
Je suis un cèdre
Et pour longtemps.


J’ai vu leurs chevaux
Et les hommes à pied
Me tourner le dos
A ce que je rêvais.
J’ai vu au repos
Les pierres jonchées,
La paix à nouveau
Une croix rouillée.

(…)

Jamais je ne cède
Impassiblement,
Je suis un cèdre
Et tout mon temps
Revenir en haut Aller en bas
 
Depuis cinq cent ans.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum poétique :: LES POÉSIES :: Les Poèmes avec contraintes métriques-
Sauter vers: