Forum poétique
Si toi aussi, tu entends souvent ton cœur parler à ta plume, viens déposer tes escarpins dans l'empreinte de nos pas.
Tu pourras alors alimenter cette rivière afin qu'elle devienne un fleuve prolifique de douceurs où tous, nous venons à notre tour, pour y tremper notre plume féconde.
Et cet affluent de pensées innombrables finit sa course magnifique dans un océan de lumières.
J'aime cet idée de partage.
Elle devrait régir le monde sans aucune faille.
Pour que nous regardions tous dans la même direction.
C'est pour cette raison que nous aimons tant la poésie... Et les poètes !...
Gérard SANDIFORT alias Sandipoete
Forum poétique
Si toi aussi, tu entends souvent ton cœur parler à ta plume, viens déposer tes escarpins dans l'empreinte de nos pas.
Tu pourras alors alimenter cette rivière afin qu'elle devienne un fleuve prolifique de douceurs où tous, nous venons à notre tour, pour y tremper notre plume féconde.
Et cet affluent de pensées innombrables finit sa course magnifique dans un océan de lumières.
J'aime cet idée de partage.
Elle devrait régir le monde sans aucune faille.
Pour que nous regardions tous dans la même direction.
C'est pour cette raison que nous aimons tant la poésie... Et les poètes !...
Gérard SANDIFORT alias Sandipoete
Forum poétique
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


UN ENDROIT QUI RESPIRE LE BIEN ÉCRIRE ET L'AMITIÉ
 
Vitrine du SiteFaire lire sa poésie sur FacebookAccueilRechercherS'enregistrerComment écrire de la poésie ?Connexion
 

 Citation d'Henry Miller

Aller en bas 
AuteurMessage
Eric 94
Plume de Saphir
Plume de Saphir
Eric 94

Poète émérite
Nombre de sujets

Masculin
Scorpion Cochon
Nombre de messages : 289
Age : 50
Localisation : Alfortville
Date d'inscription : 18/01/2021

Citation d'Henry Miller Empty
MessageSujet: Citation d'Henry Miller   Citation d'Henry Miller EmptyMer 18 Mai 2022 - 10:52

« La nuit, les rues de New York reflètent l'image de la crucifixion et de la mort du Christ. Quand la neige est sur le sol et que règne l'extrême silence, il se dégage de la hideur des édifices de New York une musique d'une tristesse solennelle, d'un désespoir, d'une faillite, à vous ratatiner la chair. Pas une de ces pierres n'a été posée sur les autres avec amour ou révérence ; pas une de ces rues n'a été tracée pour la danse ou la joie. On a ajouté une chose à l'autre dans une sorte de mêlée confuse et folle, à seule fin de se remplir le ventre ; et les rues sentent les ventres creux, les ventres pleins, les ventres à demi pleins. Les rues sont pleines de l'odeur d'une faim qui n'a rien à voir avec l'amour ; elles sentent le ventre insatiable ; elles ont l'odeur des œuvres qui sont le fruit de ventres creux, et ces œuvres ne sont que vide absolu et néant. »

Henry Miller (1891-1980), Tropique du Capricorne (1939).


Textes protégés par © Copyright N° 79Z516A
*****************************************
ÉRIC

Le Grimoire d'Éric

sandipoete aime ce message

Revenir en haut Aller en bas
 
Citation d'Henry Miller
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Citation d'Henry Miller
» citation
» Citation d'Adonis
» Citation crée par moi
» Citation du Curé d'Ars

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum poétique :: LES SALONS :: Le Salon des citations-
Sauter vers: