Forum poétique
Si toi aussi, tu entends souvent ton cœur parler à ta plume, viens déposer tes escarpins dans l'empreinte de nos pas.
Tu pourras alors alimenter cette rivière afin qu'elle devienne un fleuve prolifique de douceurs où tous, nous venons à notre tour, pour y tremper notre plume féconde.
Et cet affluent de pensées innombrables finit sa course magnifique dans un océan de lumières.
J'aime cet idée de partage.
Elle devrait régir le monde sans aucune faille.
Pour que nous regardions tous dans la même direction.
C'est pour cette raison que nous aimons tant la poésie... Et les poètes !...
Gérard SANDIFORT alias Sandipoete


UN ENDROIT QUI RESPIRE LE BIEN ÉCRIRE ET L'AMITIÉ
 
Vitrine du SiteFaire lire sa poésie sur FacebookAccueilRechercherS'enregistrerComment écrire de la poésie ?Connexion
-26%
Le deal à ne pas rater :
25% d’économie sur la Maxi Plancha Colormania – TEFAL – ...
53.99 € 72.58 €
Voir le deal

 

 Famine boursière

Aller en bas 
AuteurMessage
Lémuel
Plume de Bois
Plume de Bois
Lémuel

Masculin
Vierge Chèvre
Nombre de messages : 94
Age : 40
Localisation : Cormeilles en Parisis
Date d'inscription : 21/04/2006

Famine boursière Empty
MessageSujet: Famine boursière   Famine boursière Icon_minitimeMar 23 Mar 2010 - 18:49

Un bruit sourd gronde en moi : le bruit de la famine.
Devant sa vacuité, l’estomac se rebelle
Et me reproche ainsi, en sombres décibels,
De l’avoir négligé comme chose anodine.

Pourquoi réclame-t-il avec autant d’ardeur
De quoi être rempli, de quoi être comblé,
Tandis qu’il s’évertue à tout vouloir stocker
Sous les plis de ma peau, sous mon ventre en rondeur ?

Tire-t-il du plaisir à me voir bedonner
En baudruche pansue qui lui est annexée ?
L’inflation de ma taille, sur lui, s’est indexée
Et le taux a grimpé, oui, jusqu’à s’envoler.

La croissance effrénée de ma valeur gastrique
M’inquiète au plus haut point : c’est du capitalisme,
C’est de l’exploitation, c’est du consumérisme !
C’est du gras pour du gras, sans conscience des risques !

Mais lui s’en défendrait, il fait ça pour mon bien.
Ce n’est que du progrès, il en veut toujours plus.
Pour ce trader guidé par l’appât du bonus,
Mon corps n’est qu’un produit, ma santé ne vaut rien.

Comment le renvoyer, ou m’en débarrasser,
Quand je dépends de lui pour m’assurer de vivre ?
Devrais-je, condamné, continuer à le suivre
Ou bien puis-je espérer de voir un krach boursier ?

Cela suffirait-il, un moment de déprime
Sur le marché sans fin de l’alimentation ?
Non, je dois le contraindre à la renonciation
Et faire un coup d’état pour changer de régime.
Revenir en haut Aller en bas
http://lemuel.poesie.free.fr
 
Famine boursière
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum poétique :: LES POÉSIES :: Les Poèmes avec contraintes métriques-
Sauter vers: