Forum poétique
Si toi aussi, tu entends souvent ton cœur parler à ta plume, viens déposer tes escarpins dans l'empreinte de nos pas.
Tu pourras alors alimenter cette rivière afin qu'elle devienne un fleuve prolifique de douceurs où tous, nous venons à notre tour, pour y tremper notre plume féconde.
Et cet affluent de pensées innombrables finit sa course magnifique dans un océan de lumières.
J'aime cet idée de partage.
Elle devrait régir le monde sans aucune faille.
Pour que nous regardions tous dans la même direction.
C'est pour cette raison que nous aimons tant la poésie... Et les poètes !...
Gérard SANDIFORT alias Sandipoete



 
Faire lire sa poésie sur FacebookVitrine du SiteAccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 LE BOLERO S'EST TU...

Aller en bas 
AuteurMessage
Pierre Wattebled
Grimoirien
Grimoirien
avatar

Masculin
Taureau Singe
Nombre de messages : 379
Age : 73
Localisation : 73410 La Biolle
Date d'inscription : 12/12/2005

MessageSujet: LE BOLERO S'EST TU...   Mer 2 Déc 2009 - 18:53

LE BOLERO S’EST TU…



Il est zéro heure trente minutes, ce mercredi 2 décembre en l’an 2009. Je viens à l’instant de refermer « La ritournelle de la faim » de J-M-G LE CLEZIO. On s’est quitté sur l’étrange boléro, ses mesures dans la démesure, ardentes, passionnées. Dans l’avant dernier chapitre, son roman m’avait entraîné à la suite de son personnage sur l’ancien emplacement du Vel d’hiv à la recherche des mots de l’horreur.



Le boléro s’est tu. Après deux ou trois soupirs en points d’orgues, le silence s’impose une fois encore. Le vide se discerne en son imperceptible tic tac, à moins que ce ne soit les battements de mon cœur.



Mais paupières se font lourdes mais je lutte contre le sommeil comme s’il s’agissait de la mort. C’est tous les jours comme ça, sans que j’en sois vraiment conscient. De fait, c’est bien la fin d’un jour, une maille infime de l’éternité qui en précède une autre pour peu que la vie veuille bien m’en tricoter une autre. Un jour de plus.



C’est fou, ces idées qui surgissent dans ce vide fourre- tout, se télescopent, s’absorbent l’une après l’autre, se dispersent, s’agrègent, s’embrouillent, avant qu’enfin l’une d’entre elles se fixe dans un reliquat de lucidité ; l’idée devient une pensée obsédante…



Le boléro s’est tu. Après deux ou trois soupirs en points d’orgues, le souvenir maintient que les hommes sont capables de tout. Le pire et le meilleur. D’une cruauté primaire ou de la plus subtile, dés lors qu’on banalise les exactions, les injustices, prenant prétexte de crises ou de raisons d’Etat ; alors on lance à la cantonade, plus jamais ça…Combien de fois déjà a-t-on osé lancer cette promesse sans lendemain quand on a vent des exterminations en cours de par la planète. N’y a-t-il pas matière à s’étrangler avec les mots du mensonge ? Ha, pardonnez-moi, c’est l’histoire ordinaire de l’humanité, on ne peut rien en changer.



Le boléro s’est tu, la nuit crache sa honte, ses rats agrippés aux poubelles, ses cartons qui frissonnent, ses morts lentes…une ombre fuyante martèle l’asphalte, trébuche, sombre de l’autre côté de la ligne. Du côté des bonnes règles du jeu. La bonne conscience est devenue aveugle de naissance. Perfide. Je tremble, à cause du froid, bien sûr…Le courage ne me fait pas défaut.



Pourtant, je le vois venir le fantôme, l’être sans cœur et sans âme, remis au goût du jour, leader chevronné avec son visage de guets-apens dans une vie comme un traquenard. Là sur les trottoirs des villes, ou dans la solitude d’un hameau de campagne où les ombres palpitent, il exhorte à la solidarité et ricane en chemin. Est-ce un homme que je vois ?



N’est-ce qu’un cauchemar, l’effet dilatoire d’une émotion ?



Il est des faits, des commentaires, des témoignages qui vous révoltent : projetés sur l’autoroute du progrès, nous doutons parfois d’une œuvre civilisatrice au bénéfice de la condition humaine. Le temps lui accorde de survivre aux excès de vitesse. C’est bien peu !



Ha ! Ai-je omis de le préciser ? « La ritournelle de la faim » dont ce n’est pas le sujet m’a beaucoup plu, il est des mots qui parlent à l’âme et lui suggèrent de grandir.





Il est une heure du matin. Je lutte contre sommeil comme s’il s’agissait de la mort. Dans les bras de Morphée serai-je vainqueur ? J’ai tellement envie de vivre…vivre…encore et encore…



Pierre WATTEBLED- 2 décembre 2009

Textes protégés par © Copyright N° 79Z516A
Pierre WATTEBLED
Revenir en haut Aller en bas
 
LE BOLERO S'EST TU...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Prochains Kits de BOLERO fin janvier...
» BOLERO au POINT MOUSSSE ....
» mon bolero ...
» creation bolero en mousseline
» Un boléro en tricot et liberty

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum poétique :: LES MANIFESTES :: Des causes qui nous font crier-
Sauter vers: