Forum poétique
Si toi aussi, tu entends souvent ton cœur parler à ta plume, viens déposer tes escarpins dans l'empreinte de nos pas.
Tu pourras alors alimenter cette rivière afin qu'elle devienne un fleuve prolifique de douceurs où tous, nous venons à notre tour, pour y tremper notre plume féconde.
Et cet affluent de pensées innombrables finit sa course magnifique dans un océan de lumières.
J'aime cet idée de partage.
Elle devrait régir le monde sans aucune faille.
Pour que nous regardions tous dans la même direction.
C'est pour cette raison que nous aimons tant la poésie... Et les poètes !...
Gérard SANDIFORT alias Sandipoete


UN ENDROIT QUI RESPIRE LE BIEN ÉCRIRE ET L'AMITIÉ
 
Vitrine du SiteFaire lire sa poésie sur FacebookAccueilRechercherS'enregistrerComment écrire de la poésie ?Connexion
-53%
Le deal à ne pas rater :
GACHI Batterie Externe 26800mAh
24.94 € 52.99 €
Voir le deal

 

 La chaîne pérenne

Aller en bas 
AuteurMessage
CLAIRELYSE
Grimoirien
Grimoirien
CLAIRELYSE

Féminin
Taureau Chat
Nombre de messages : 752
Age : 81
Date d'inscription : 18/04/2009

La chaîne pérenne Empty
MessageSujet: La chaîne pérenne   La chaîne pérenne Icon_minitimeJeu 16 Juil 2009 - 20:13

Comment oublier ce long visage trop pâle
Et ces lèvres si bleues dans ce souffle étouffant,
Qui laissaient deviner cette issue fatale,
Car le corps paressait plus faible qu’un enfant.

Je venais tous les jours sans rompre cette chaîne
Qui me liait à elle et pansais ces genoux,
Dont les os trop saillants sous le fin drap de laine,
Tachaient les pansements d’un fluide jaune roux.

Elle m’attendait toujours, aussi diaphane et frêle,
Mais ces yeux s’éclairaient, et demeurait longtemps,
Ce geste déployant comme un oiseau ses ailes,
De ses bras grands ouverts, qui retenaient le temps.

Elle partit la nuit, alors que sur la terre
Venait de s’animer la vie en un berceau,
Au foyer de sa fille, et je vis ce mystère
De la chaîne pérenne, au fil du même sceau.

J’ai toujours ressenti cette empreinte très forte,
Que l’on ne meurt jamais, tant que le souvenir
De ceux qui tant aimés n’ont pas fermé la porte,
Pour que l’âme, ici-bas, puisse alors revenir.


Dernière édition par CLAIRELYSE le Ven 17 Juil 2009 - 3:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Michel 48
Modérateur
Modérateur
Michel 48

Masculin
Taureau Dragon
Nombre de messages : 678
Age : 68
Date d'inscription : 12/01/2009

La chaîne pérenne Empty
MessageSujet: Re: La chaîne pérenne   La chaîne pérenne Icon_minitimeJeu 16 Juil 2009 - 22:42

J'aime beaucoup la façon dont tu exprimes cet imminent départ, et je partage le sentiment de la dernière strophe.
Un peu de travail, si tu veux:
s'en rompre, ou sans rompre?
Tâchaient les pansements ou tachaient?
les vers 8 et 9 font 13 pieds, ça fait moche au bout du genou Rire
et pour finir, le vers 8, toujours, s'attarder à la couleur des tâches sur le drap pour cause d'escharres me paraît s'éloigner beaucoup de la teneur du reste du texte

Textes protégés par © Copyright N° 79Z516A
Au clin d'oeil je suis enclin
Le déclin, je décline
Revenir en haut Aller en bas
http://www.poete.org/MichelB/
CLAIRELYSE
Grimoirien
Grimoirien
CLAIRELYSE

Féminin
Taureau Chat
Nombre de messages : 752
Age : 81
Date d'inscription : 18/04/2009

La chaîne pérenne Empty
MessageSujet: Re: La chaîne pérenne   La chaîne pérenne Icon_minitimeVen 17 Juil 2009 - 5:00

Comment oublier ce long visage trop pâle
Et ces lèvres si bleues dans ce râle étouffant
Qui semblait s’échapper jusqu’à l’issue fatale
De ce corps paressant plus faible qu’un enfant

Je venais tous les jours sans rompre cette chaîne
Qui me liait à elle et pansais ces genoux,
Dont les os trop saillants sous le fin drap de laine,
Tachaient les gazes d’un fluide jaune roux.

Elle attendait toujours, aussi diaphane et frêle,
Mais ces yeux s’éclairaient, et demeurait longtemps
Ce geste, déployant comme un oiseau ses ailes,
De ses bras grands ouverts, qui retenaient le temps.

Elle partit la nuit, alors que sur la terre
Venait de s’animer la vie en un berceau,
Au foyer de sa fille, et je vis ce mystère
De la chaîne pérenne, au fil du même sceau.

J’ai toujours ressenti cette empreinte très forte,
Que l’on ne meurt jamais, tant que le souvenir
De ceux qui tant aimés n’ont pas fermé la porte,
Pour que l’âme, ici-bas, puisse alors revenir.


mais je laisse la couleur qui est celle que je voyais lorsque je venais soigner mes patients, alités depuis longtemps et en fin de vie.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




La chaîne pérenne Empty
MessageSujet: Re: La chaîne pérenne   La chaîne pérenne Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
La chaîne pérenne
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum poétique :: LES POÉSIES :: Les Poèmes avec contraintes métriques-
Sauter vers: