Forum poétique
Si toi aussi, tu entends souvent ton cœur parler à ta plume, viens déposer tes escarpins dans l'empreinte de nos pas.
Tu pourras alors alimenter cette rivière afin qu'elle devienne un fleuve prolifique de douceurs où tous, nous venons à notre tour, pour y tremper notre plume féconde.
Et cet affluent de pensées innombrables finit sa course magnifique dans un océan de lumières.
J'aime cet idée de partage.
Elle devrait régir le monde sans aucune faille.
Pour que nous regardions tous dans la même direction.
C'est pour cette raison que nous aimons tant la poésie... Et les poètes !...
Gérard SANDIFORT alias Sandipoete
Forum poétique
Si toi aussi, tu entends souvent ton cœur parler à ta plume, viens déposer tes escarpins dans l'empreinte de nos pas.
Tu pourras alors alimenter cette rivière afin qu'elle devienne un fleuve prolifique de douceurs où tous, nous venons à notre tour, pour y tremper notre plume féconde.
Et cet affluent de pensées innombrables finit sa course magnifique dans un océan de lumières.
J'aime cet idée de partage.
Elle devrait régir le monde sans aucune faille.
Pour que nous regardions tous dans la même direction.
C'est pour cette raison que nous aimons tant la poésie... Et les poètes !...
Gérard SANDIFORT alias Sandipoete
Forum poétique
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


UN ENDROIT QUI RESPIRE LE BIEN ÉCRIRE ET L'AMITIÉ
 
Vitrine du SiteFaire lire sa poésie sur FacebookAccueilRechercherS'enregistrerComment écrire de la poésie ?Connexion
-29%
Le deal à ne pas rater :
HOTPOINT H8A1ES – Réfrigérateur congélateur bas – 338L
352.99 € 499.99 €
Voir le deal

 

 Car victime du temps, ennemi du bonheur

Aller en bas 
AuteurMessage
Paul
Grimoirien
Grimoirien
Paul

Masculin
Verseau Cheval
Nombre de messages : 85
Age : 30
Date d'inscription : 13/03/2007

Car victime du temps, ennemi du bonheur Empty
MessageSujet: Car victime du temps, ennemi du bonheur   Car victime du temps, ennemi du bonheur Icon_minitimeMar 23 Sep 2008 - 21:53

Car Victime Du Temps, Ennemi Du Bonheur.





Caracolant les rives orangées, du Sud

Au dos d’un cheval gris, fougueux comme un prélude,

Rage de vaincre sans rage de perdre : un dieu.



Vif et clair, pressé comme un facteur, odieux,

Incarnant mieux que vous, vos propres yeux, j’irais :

Cachant mon cœur sous mon manteau, et mon toupet,

Terrifiant la foule de mes cris stridents,

Ils ne sauront jamais qu’ils me glacent les sangs,

Mais puisqu’il faut y sacrifier l’honneur, alors,

Enterrons à côté, la belle et blanche aurore.


Dès maintenant privé de jour, me voila roi.

Un rien voilé, roi de la nuit, sans foi ni loi.



Tueur à gage aux arrivées trompeuses, et lâches

Ebaubissant le peuple en refusant ma tâche :
Mieux vaut mourir tout seul qu’avec un innocent.


Pourtant, je n’étais pas un vrai héros, souvent,

Surpris par ce regard, j’avais froissé mon cœur.



Eh, mon fidèle destrier, n’avait pas peur !

Ni plus que mon armée de lémuriens ! –secrète-

Ni même la mer vengeresse – restée muette -

Et moi j’avais crié ! Plus de peur que de mal,

Mais comme un choc terrible et loin d’être frontal !

Incandescente flèche dépourvu de hampe,



Diablement bien fiché, et que mes deux yeux trempent,

Un pic tout étranger, dans mon flanc souverain…


Baissez ! Vos regards faméliques ! Un ange vient !

Onduleux paysage, un prince meurt en toi !

Non, non, j’étais un cavalier, fait pour chez moi...

Heureux triomphe, c’est mon cœur qui me trahit,

Et non pas mon esprit ! Je suis un érudit,

Un débile gentil, qui crèverait de faim,

Rien que pour t’effleurer la joue, avec les yeux.
Revenir en haut Aller en bas
 
Car victime du temps, ennemi du bonheur
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum poétique :: LES POÉSIES :: Les Poèmes avec contraintes métriques-
Sauter vers: