Forum poétique
Si toi aussi, tu entends souvent ton cœur parler à ta plume, viens déposer tes escarpins dans l'empreinte de nos pas.
Tu pourras alors alimenter cette rivière afin qu'elle devienne un fleuve prolifique de douceurs où tous, nous venons à notre tour, pour y tremper notre plume féconde.
Et cet affluent de pensées innombrables finit sa course magnifique dans un océan de lumières.
J'aime cet idée de partage.
Elle devrait régir le monde sans aucune faille.
Pour que nous regardions tous dans la même direction.
C'est pour cette raison que nous aimons tant la poésie... Et les poètes !...
Gérard SANDIFORT alias Sandipoete
Forum poétique
Si toi aussi, tu entends souvent ton cœur parler à ta plume, viens déposer tes escarpins dans l'empreinte de nos pas.
Tu pourras alors alimenter cette rivière afin qu'elle devienne un fleuve prolifique de douceurs où tous, nous venons à notre tour, pour y tremper notre plume féconde.
Et cet affluent de pensées innombrables finit sa course magnifique dans un océan de lumières.
J'aime cet idée de partage.
Elle devrait régir le monde sans aucune faille.
Pour que nous regardions tous dans la même direction.
C'est pour cette raison que nous aimons tant la poésie... Et les poètes !...
Gérard SANDIFORT alias Sandipoete
Forum poétique
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


UN ENDROIT QUI RESPIRE LE BIEN ÉCRIRE ET L'AMITIÉ
 
Vitrine du SiteFaire lire sa poésie sur FacebookAccueilRechercherS'enregistrerComment écrire de la poésie ?Connexion
-30%
Le deal à ne pas rater :
Nike Air Max Command
90.97 € 129.99 €
Voir le deal

 

 Comme Toujours

Aller en bas 
2 participants
AuteurMessage
rosa_3
Grimoirien
Grimoirien
rosa_3

Féminin
Vierge Rat
Nombre de messages : 78
Age : 73
Localisation : Genève
Date d'inscription : 10/04/2006

Comme Toujours Empty
MessageSujet: Comme Toujours   Comme Toujours Icon_minitimeVen 2 Nov 2007 - 6:00

Beaucoup de temps a passé,
De courage il ne m’en reste,
Juste encore un petit peu,
Pour ouvrir cette lourde porte.
 
La joie de ta jeune femme,
Illusionnée, resplendissant
Comme toujours,
Efface toutes mes espoirs.
 
Je croyais ne plus croiser
Ton parquet autant cher,
Mais, j’y suis rentrée.
 
J’entendais un bruit de loin,
Sans savoir où tu étais.
Comme toujours,
Rien n’a changé, je me disais.
 
Il n’est pas là ? J’ai demandé.
Tout à coup, tu es apparu,
Dessous terre, malgré tout,
Comme toujours.
 
Ton expression était de surprise et dure,
En laissant comprendre quelque chose,
Qu’on se tait par courtoisie,
Mais, je me suis aperçue.
 
En regardant tes gestes,
Je comprends qu’ils cachent,
Bien des tristesses.
Les miens exprimaient
Comme toujours, tout et rien.
 
Avec ma gentillesse,
Qui te glisse à tout jamais,
J’ai sollicité tes dons,
De grand écrivain.
Comme toujours,
O. K., je le ferais le week-end.
Mais cette fois tu n’as pas manqué.
 
Le lendemain je suis rentré
Et  tu m’as tendu la main,
Gentil mais sérieux,
Sans vouloir me regarder.
 
 Bonjour ! Asseyez-vous…
Comme si rien ne s’était passé,
Et comme toujours,
Mon cœur a battu.
 
Etre assise à ton côté,
Me fait tourné la tête.
Et comme toujours,
Un soupir est sorti de ma poitrine.
 
Sans pouvoir comprendre,
Je me sentais vivante.
Comme toujours, je rêvais.
 
En faisant semblant,
De regarder dans l’écran,
Je me suis rapprochée de toi.
Comme toujours, c’était inconscient.
 
En regardant les papiers,
Nos mains se sont touchées,
Comme deux aimants pareils.
Je te regardais de près,
Tu étais un peu plus vieux.
 
Tu as mis ton regard
Sur mon corps, sur mes jambes,
Le temps suffisant
Pour que je m’en aperçoive.
Comme toujours,
Je n’ai pas laissé voir
Que cela me donne de la joie.
 
Le son de tes mots m’enlève,
Comme toujours la raison.
Le rythme de ta voix si familiale,
Fait revivre mon corps
Avec plus d’élan encore.
Il s’épanouit comme une fleur,
Arrosée par l’eau,
De tes tendres paroles.
 
Je devine dans tes yeux,
Que tu retrouves comme toujours,
Plaisir à me regarder,
Que cela t’a bien manqué,
Malgré toi et malgré tout.
 
 Je te porte dans mon sang,
Je te porte dans mes veines,
Tu viens avec l’air qui rentre,
Dans ma poitrine et mon ventre.
Tu es la chair de ma chair,
Ma seule âme sœur.
 
Tu essayais de me faire croire,                           
Avec un tendre regard,
Que rien par rapport à moi,
Avait changé pour toi.
 
Je t’en prie, cela est une illusion.
Je ne suis pas la même,
Qui ne sais pas dire, non.                                   
Je ne pourrais plus me confier,
Ni à toi, ni à personne.
 
Après le temps passe…
Et maintenant tu me vois,
D’une façon très différente.
 
Mais, je ne suis pas ta femme,
Je ne te dois rien,
Et  toi, tu ne me dois rien.
Alors, laisse-moi marcher toute seule,
Dans la profondeur de ma douleur.
 
Tu as fait une lettre exemplaire,
Avec de mots justes, précis, jolis.
On peut tout expliquer,
Et peut-être arranger,
La conscience tranquilliser.
 
Mais, ce qu’on porte dans le cœur,
C’est difficile d’accepter,
On ne le comprend jamais.
 
 
 


Dernière édition par Jeanne le Lun 29 Juil 2013 - 4:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
sandipoete
Fondateur
Fondateur
sandipoete

Masculin
Lion Dragon
Nombre de messages : 8999
Age : 69
Localisation : Landrecies, dans le Nord !
Date d'inscription : 05/04/2005

Comme Toujours Empty
MessageSujet: Re: Comme Toujours   Comme Toujours Icon_minitimeVen 2 Nov 2007 - 17:37

Jeanne a écrit:
Mais, ce qu’on porte dans le cœur,
C’est difficile d’accepter,
On ne le comprend jamais.
Ta poésie est pleine de mots justes...

Bisous^^

Textes protégés par © Copyright N° 79Z516A
*****************************************
Gérard SANDIFORT, alias Sandipoete
Comme Toujours Vieux-10La seule arme que je tolère, c'est la plume !...
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/view/sandipoete/home
 
Comme Toujours
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum poétique :: LES POÉSIES :: Les Poèmes avec contraintes métriques-
Sauter vers: