Forum poétique
Si toi aussi, tu entends souvent ton cœur parler à ta plume, viens déposer tes escarpins dans l'empreinte de nos pas.
Tu pourras alors alimenter cette rivière afin qu'elle devienne un fleuve prolifique de douceurs où tous, nous venons à notre tour, pour y tremper notre plume féconde.
Et cet affluent de pensées innombrables finit sa course magnifique dans un océan de lumières.
J'aime cet idée de partage.
Elle devrait régir le monde sans aucune faille.
Pour que nous regardions tous dans la même direction.
C'est pour cette raison que nous aimons tant la poésie... Et les poètes !...
Gérard SANDIFORT alias Sandipoete
Forum poétique
Si toi aussi, tu entends souvent ton cœur parler à ta plume, viens déposer tes escarpins dans l'empreinte de nos pas.
Tu pourras alors alimenter cette rivière afin qu'elle devienne un fleuve prolifique de douceurs où tous, nous venons à notre tour, pour y tremper notre plume féconde.
Et cet affluent de pensées innombrables finit sa course magnifique dans un océan de lumières.
J'aime cet idée de partage.
Elle devrait régir le monde sans aucune faille.
Pour que nous regardions tous dans la même direction.
C'est pour cette raison que nous aimons tant la poésie... Et les poètes !...
Gérard SANDIFORT alias Sandipoete
Forum poétique
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


UN ENDROIT QUI RESPIRE LE BIEN ÉCRIRE ET L'AMITIÉ
 
Vitrine du SiteFaire lire sa poésie sur FacebookAccueilRechercherS'enregistrerComment écrire de la poésie ?Connexion
-12%
Le deal à ne pas rater :
Carte cadeau Cdiscount : payez 220€ et recevez 250€ à dépenser
220 € 250 €
Voir le deal

 

 Dans neuf ans

Aller en bas 
2 participants
AuteurMessage
Paul
Grimoirien
Grimoirien
Paul

Masculin
Verseau Cheval
Nombre de messages : 85
Age : 30
Date d'inscription : 13/03/2007

Dans neuf ans Empty
MessageSujet: Dans neuf ans   Dans neuf ans Icon_minitimeSam 2 Juin 2007 - 17:54

Viendra alors le temps de se tenir la main.
Il y aura le temps des autres lendemains,
Nouveaux, avec des airs de souvenirs…
Gonflé de sentiments mon cœur devrait pâlir,

Tombant des nus, le Panthéon nous ouvrira.
Cinquante vents d’hiver, grimpants aux pergolas,
Irradiant la place d’un sursaut circonspect
Nous glacerons les sangs, alors on soufflerait

Que les saisons sont mortes comme des idiotes…
Moi je serais dans mes échecs sans anecdotes.
Au peu à peu du jour on n’aurait pas bougé,
Illuminant les marches de ta voix de fée…

Défait, devant la porte des grands hommes,
Exténué avant de voir ce que nous sommes
Un peu vert d’oublier notre amitié secrète,
Xénophobe jaloux de tous les vrais poètes !

Mais au bout d’un moment, en arrangeant ta frange,
Ici croisant le tiens, mon regard de rechange,
Liquidé sur le coup aurait rendu les armes…
Les questions sur nos vies auraient saisi l’alarme

Et nous aurions pu raconter, ta vie sans moi.
Secrètement jaloux, t’assaillant de « pourquoi ? »
Sur tes amis d’avant, j’aurais cent fois craché !
Et tu m’aurais grondé, moi j’aurais pardonné…

Ils n’y étaient pour rien. Mieux, je les comprenais.
Zébrant la date clé d’un magnifique trait,
Embarrassant nos mains avec nos propres yeux,
Un nuage grandiose aurait crevé les cieux.

Nos retrouvailles cessant là d’être assassines,
Battront nos cœurs d’une chamade tambourine.
Rayonnant, fiers d’être de jeunes papillons,
Aux océans du rire fou, nous danserons.

Caracolant dessous les rêves les plus niais,
Eprouver de l’amour est devenu abstrait !
Liquéfiés, nos sourires imaginatifs !
Effarouchés, nos rendez-vous trop allusifs !

Tu n’avais pas cessé alors de t’embellir…
Belle et blanche à la fois, et blême de désir,
Les yeux fuyants, et verts, comme des cœurs entiers !
Et les cheveux dans les rafales oubliées…

Une fossette particulièrement juste,
Là où gagnait le coin de tes lèvres augustes.
Ange curieux dans un corps d’ange véritable,
Un miracle vivant, et moi indéfendable,

Torturant les méandres les moins arrivant,
Rivant sur tes yeux clairs mes fragiles yeux bleus,
Et pris d’un haut-le cœur, portant au bracelet
Mes deux lèvres brûlantes comme en plein Juillet !

Abandonnant enfin nos vaines glaciations,
Reprenant nos esprits, dans une inspiration,
Ridiculement sourde, on s’embrassa les mains,
On s’éloigna d’un coup ! Dans un soupir lointain…

Nous étions repartis pour neuf années d’horreur.
Revenir en haut Aller en bas
raymonde
Invité
Anonymous


Dans neuf ans Empty
MessageSujet: Re: Dans neuf ans   Dans neuf ans Icon_minitimeMer 13 Juin 2007 - 14:33

fresque poétique magnifique il n'y a que la fin qui me déroute un peu explique stp
bisous
raymonde
Revenir en haut Aller en bas
sandipoete
Fondateur
Fondateur
sandipoete

Masculin
Lion Dragon
Nombre de messages : 8999
Age : 69
Localisation : Landrecies, dans le Nord !
Date d'inscription : 05/04/2005

Dans neuf ans Empty
MessageSujet: Re: Dans neuf ans   Dans neuf ans Icon_minitimeMer 13 Juin 2007 - 15:21

NEUF ANS DE SANCTIONS, NEUF ANS DE DÉTRESSES
Muette agonie de l’Irak

Textes protégés par © Copyright N° 79Z516A
*****************************************
Gérard SANDIFORT, alias Sandipoete
Dans neuf ans Vieux-10La seule arme que je tolère, c'est la plume !...
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/view/sandipoete/home
Contenu sponsorisé




Dans neuf ans Empty
MessageSujet: Re: Dans neuf ans   Dans neuf ans Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Dans neuf ans
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Course à la mort (Death Race 1 et 2 ) [FR DVDRiP]
» [FREE] The Karaté Kid-2010 [DVDRiP]
» [FREE] The Interceptor [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum poétique :: LES POÉSIES :: Les Poèmes avec contraintes métriques-
Sauter vers: