Forum poétique
Si toi aussi, tu entends souvent ton cœur parler à ta plume, viens déposer tes escarpins dans l'empreinte de nos pas.
Tu pourras alors alimenter cette rivière afin qu'elle devienne un fleuve prolifique de douceurs où tous, nous venons à notre tour, pour y tremper notre plume féconde.
Et cet affluent de pensées innombrables finit sa course magnifique dans un océan de lumières.
J'aime cet idée de partage.
Elle devrait régir le monde sans aucune faille.
Pour que nous regardions tous dans la même direction.
C'est pour cette raison que nous aimons tant la poésie... Et les poètes !...
Gérard SANDIFORT alias Sandipoete
Forum poétique
Si toi aussi, tu entends souvent ton cœur parler à ta plume, viens déposer tes escarpins dans l'empreinte de nos pas.
Tu pourras alors alimenter cette rivière afin qu'elle devienne un fleuve prolifique de douceurs où tous, nous venons à notre tour, pour y tremper notre plume féconde.
Et cet affluent de pensées innombrables finit sa course magnifique dans un océan de lumières.
J'aime cet idée de partage.
Elle devrait régir le monde sans aucune faille.
Pour que nous regardions tous dans la même direction.
C'est pour cette raison que nous aimons tant la poésie... Et les poètes !...
Gérard SANDIFORT alias Sandipoete
Forum poétique
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


UN ENDROIT QUI RESPIRE LE BIEN ÉCRIRE ET L'AMITIÉ
 
Vitrine du SiteFaire lire sa poésie sur FacebookAccueilRechercherS'enregistrerComment écrire de la poésie ?Connexion
-60%
Le deal à ne pas rater :
Red Dead Redemption 2 – PS4 ou Xbox One
15.99 € 39.99 €
Voir le deal

 

 le printemps

Aller en bas 
AuteurMessage
raymonde
Invité
Anonymous


le printemps Empty
MessageSujet: le printemps   le printemps Icon_minitimeDim 18 Mar 2007 - 20:50

Dame nature dormait elle séveille auprintemps

]Sommeil léthargique où se consument les saisons

Les fleurs paressaient sans vergogne bruissantes de passion

Ivres de liberté, cacarolant sur une aquarelle de pensées



Paupières écloses la nature s’avance, son pas déride hier

Les fleurs hallucinées content leur misère aux herbes folles

La marâtre nous encercle et nous inflige les pires tourment

Dès l’aube mes précieuses je vous veux affriolantes




Les arbres centenaires impriment leur volonté à la déesse

Goguenards et libertins ils lorgnent le décolleté mutin

Arboré par la belle, soucieuse de paraître juvénile

Ridicule !les arbres lui rappellent son âge indécent



Dame nature soupire et égaye sa rancœur dans les bois

Les prés, les jardins, les champs ne m’échapperont point

Hardie elle grimpe les monts, scrute les villes moites

Le printemps d’une main gantée effeuille le calendrier



Raymonde verney

le printemps Faerin10
Revenir en haut Aller en bas
 
le printemps
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum poétique :: LES POÉSIES :: Les Poèmes avec contraintes métriques-
Sauter vers: