Forum poétique
Si toi aussi, tu entends souvent ton cœur parler à ta plume, viens déposer tes escarpins dans l'empreinte de nos pas.
Tu pourras alors alimenter cette rivière afin qu'elle devienne un fleuve prolifique de douceurs où tous, nous venons à notre tour, pour y tremper notre plume féconde.
Et cet affluent de pensées innombrables finit sa course magnifique dans un océan de lumières.
J'aime cet idée de partage.
Elle devrait régir le monde sans aucune faille.
Pour que nous regardions tous dans la même direction.
C'est pour cette raison que nous aimons tant la poésie... Et les poètes !...
Gérard SANDIFORT alias Sandipoete


UN ENDROIT QUI RESPIRE LE BIEN ÉCRIRE ET L'AMITIÉ
 
Vitrine du SiteFaire lire sa poésie sur FacebookAccueilRechercherS'enregistrerComment écrire de la poésie ?Connexion

Partagez
 

 Pour ché pinsionnés qui sont péqueux (Raymond Fontaine)

Aller en bas 
AuteurMessage
sandipoete
Fondateur
Fondateur
sandipoete

Masculin
Lion Dragon
Nombre de messages : 8800
Age : 67
Localisation : Landrecies, dans le Nord !
Date d'inscription : 05/04/2005

Pour ché pinsionnés qui sont péqueux (Raymond Fontaine) Empty
MessageSujet: Pour ché pinsionnés qui sont péqueux (Raymond Fontaine)   Pour ché pinsionnés qui sont péqueux (Raymond Fontaine) Icon_minitimeJeu 1 Déc 2005 - 11:34

Auteur : Raymond Fontaine
Mineur pensionné de 73 ans, silicosé, demeurant à Haisnes (la Bassée)

Pour ché pinsionnés qui sont péqueux


A mes grands camarades péqueux,
pendant mes momints perdus,
j'ai pinsé, que quand'in d'viens vieux,
Même péquer, in'n'iarif pus.
Cacher des viers, cha d'vient laborieux,
Quand y faut s'abaisser,
in'a du mau à s'arlever.
Et in peut l'dire, ché un rude jeu,
D'ête péqueux quand'in d'vient vieux.
Pour péquer ché pas gramin mieux,
Si ché au vier ed'vase,
In'a biau faire des grimaces,
Ch'a d'viens difficile à l'mettre ach'l'ameçon,
Quand l'vue à l'baisse, vous savez,
In'a biau savoir attraper du pichon
E'ch'vier éd'vase, hé bin y faut l'infiler,
Alors quand in'vo pus fort clair,
In péque à l'asticot ou au vier d'terre,
Ché déja un peu plus gros,
Y'in à même qui mette d'el pomme de terre,
Y paraît qu'cha va mieux à piquer,
In tout cas ché moins compliqué,
Et pis in s'pique moins souvin ses dos,
Et oui, mes pôvres vieux,
Ete péqueux, ché un rude jeu.
Y'ia aussi l'histoire du bouchon,
Y faut pas qui épouvinte ech'pichon,
Mais si un n'in met un tiot,
In l'vo pu quand yé d'in l'iau,
Et oui, comme je l'diso au début,
Même péquer, in pourra pu.
Et pourtant, péquer, cha fait passer l'temps,
Quand in peu pu faire comme avant,
S'occuper de s'petite femme, de s'passion éteinte, s'flamme.
Et oui mes pôves amis,
C'est ainsi, c'est comme ch'a la vie.
Et pis, l'péque, ché in'distraction,
Même si un prin pas d'pichon,
Ché in'exuse pour sortir d'es maison,
Surtout quand in'a pris des provisions,
A mingé et surtout à boire,
Car au bord d'é l'iau,
Vous pouvez m'croire,
In s'régale, quand in bo in tiot co,
Vu, qu'un a besoin souvin d'arroser s'in gosier,
Et'ouai, vous pouvez rigoler,
Tous ché péqueux, y sont pas minteux !!!
Hum !!! in tout cas, pas tant qu'ché cacheux.
Et l'pire, ché qu'après,
Avoir tant travaillé, tant trimé,
Sur in tel plaisir, un peut peut même pu compter,
Et d'pinser que vous pourotes pu péquer,
Ch'a m'rin malade, et ché vraimin malheureux,
d'ête péqueux, et d'devenir vieux,
Mi, j'min fout, j'su coulonneux.

Textes protégés par © Copyright N° 79Z516A
*****************************************
Gérard SANDIFORT, alias Sandipoete
Pour ché pinsionnés qui sont péqueux (Raymond Fontaine) Vieux-10La seule arme que je tolère, c'est la plume !...
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/view/sandipoete/home
 
Pour ché pinsionnés qui sont péqueux (Raymond Fontaine)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Journal de Zette : les carottes sont cuites,
» enfin, mes tyranides sont prêts à dévorer l'univers !
» Les figurines mordheim sont-elles utilisables?
» Les orques sont nuls ^^
» La Sagesse et la Modestie sont mes deux piliers

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum poétique :: LES TEXTES PATOISANTS :: Le ch'ti-
Sauter vers: