Forum poétique
Si toi aussi, tu entends souvent ton cœur parler à ta plume, viens déposer tes escarpins dans l'empreinte de nos pas.
Tu pourras alors alimenter cette rivière afin qu'elle devienne un fleuve prolifique de douceurs où tous, nous venons à notre tour, pour y tremper notre plume féconde.
Et cet affluent de pensées innombrables finit sa course magnifique dans un océan de lumières.
J'aime cet idée de partage.
Elle devrait régir le monde sans aucune faille.
Pour que nous regardions tous dans la même direction.
C'est pour cette raison que nous aimons tant la poésie... Et les poètes !...
Gérard SANDIFORT alias Sandipoete
Forum poétique
Si toi aussi, tu entends souvent ton cœur parler à ta plume, viens déposer tes escarpins dans l'empreinte de nos pas.
Tu pourras alors alimenter cette rivière afin qu'elle devienne un fleuve prolifique de douceurs où tous, nous venons à notre tour, pour y tremper notre plume féconde.
Et cet affluent de pensées innombrables finit sa course magnifique dans un océan de lumières.
J'aime cet idée de partage.
Elle devrait régir le monde sans aucune faille.
Pour que nous regardions tous dans la même direction.
C'est pour cette raison que nous aimons tant la poésie... Et les poètes !...
Gérard SANDIFORT alias Sandipoete
Forum poétique
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


UN ENDROIT QUI RESPIRE LE BIEN ÉCRIRE ET L'AMITIÉ
 
Vitrine du SiteFaire lire sa poésie sur FacebookAccueilRechercherS'enregistrerComment écrire de la poésie ?Connexion
 

 L'étranger.

Aller en bas 
AuteurMessage
Capricorne
Grimoirien
Grimoirien
Capricorne

Poète émérite
Nombre de sujets

Masculin
Capricorne Cochon
Nombre de messages : 217
Age : 87
Localisation : Angers
Date d'inscription : 19/11/2022

L'étranger. Empty
MessageSujet: L'étranger.   L'étranger. EmptyLun 9 Jan 2023 - 10:13

Un nuage sur l'asphalte,
Le ciel est venu trop bas,
Il est temps de faire halte
Pour éviter l'embarras.
 
Près de moi, la cloche sonne,
Carillon ou bien tocsin,
Il ne reste plus personne
Et l'air devient trop malsain.
 
Je dois rester impavide,
Mon cerveau va prendre feu,
Pourtant j'ai la tête vide
Sans pouvoir peser l'enjeu.
 
Et la terre gronde et fume,
Vomissant tout son magma,
Le dôme perd son volume
Et arrive au minima.
 
Sur la mer qui se démonte,
Les barques sont à l'abri
Et sur le chemin qui monte
Un homme n'a rien compris.
 
Il a la tête étrangère
Avec le teint basané
Mais sais-t-il que c'est la guerre?
Il n'a pas l'air chagriné.
 
Le feu qui sort de la terre
N'a pas, sur lui grand effet,
Pour demain comme naguère
Il me semble satisfait.

Textes protégés par © Copyright N° 79Z516A
Capricorne

L'étranger. Grimoi10

sandipoete et Eric 94 aiment ce message

Revenir en haut Aller en bas
 
L'étranger.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum poétique :: LES GRIMOIRES :: Vos poèmes classés en grimoires :: Capricorne-
Sauter vers: