Forum poétique
Si toi aussi, tu entends souvent ton cœur parler à ta plume, viens déposer tes escarpins dans l'empreinte de nos pas.
Tu pourras alors alimenter cette rivière afin qu'elle devienne un fleuve prolifique de douceurs où tous, nous venons à notre tour, pour y tremper notre plume féconde.
Et cet affluent de pensées innombrables finit sa course magnifique dans un océan de lumières.
J'aime cet idée de partage.
Elle devrait régir le monde sans aucune faille.
Pour que nous regardions tous dans la même direction.
C'est pour cette raison que nous aimons tant la poésie... Et les poètes !...
Gérard SANDIFORT alias Sandipoete
Forum poétique
Si toi aussi, tu entends souvent ton cœur parler à ta plume, viens déposer tes escarpins dans l'empreinte de nos pas.
Tu pourras alors alimenter cette rivière afin qu'elle devienne un fleuve prolifique de douceurs où tous, nous venons à notre tour, pour y tremper notre plume féconde.
Et cet affluent de pensées innombrables finit sa course magnifique dans un océan de lumières.
J'aime cet idée de partage.
Elle devrait régir le monde sans aucune faille.
Pour que nous regardions tous dans la même direction.
C'est pour cette raison que nous aimons tant la poésie... Et les poètes !...
Gérard SANDIFORT alias Sandipoete
Forum poétique
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


UN ENDROIT QUI RESPIRE LE BIEN ÉCRIRE ET L'AMITIÉ
 
Vitrine du SiteFaire lire sa poésie sur FacebookAccueilRechercherS'enregistrerComment écrire de la poésie ?Connexion
 

 Loin d'ici

Aller en bas 
3 participants
AuteurMessage
Petite fleur
Nouvelle plume
Nouvelle plume
Petite fleur

Poète accompli
Durée d'inscription

Féminin
Cancer Serpent
Nombre de messages : 22
Age : 81
Localisation : région centre
Date d'inscription : 24/08/2015

Loin d'ici Empty
MessageSujet: Loin d'ici   Loin d'ici EmptyMer 14 Oct 2015 - 15:18

 Loin d’ici   (villanelle)


Emmenez-moi loin d’ici,
J’y suis par trop mal aimée.
Rien ne pourrait être pis.


N’écoutez pas les on-dit,
Ma destinée est tracée,
Emmenez-moi loin d’ici.


Ces mots abscons que j’écris,
Traduisent peu ma pensée,
Rien ne pourrait être pis.


Je hais ce pays maudit,
Où par hasard je suis née,
Emmenez-moi loin d’ici.


Tout le jour je me languis,
La nuit me tient éveillée,
Rien ne pourrait être pis.


Car je suis telle Procis, *
Le bonheur m’a désertée,
Rien ne pourrait être pis.
Emmenez-moi loin d’ici.   


Bravo   ?????


Voir Céphale et Procis dans le ballet Héröique de André Grétry (1773) Wikipédia


Dernière édition par Petite fleur le Lun 19 Oct 2015 - 14:54, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
loràn
Plume de Corail
Plume de Corail
loràn

Poète accompli
Durée d'inscription

Masculin
Taureau Serpent
Nombre de messages : 150
Age : 46
Localisation : gard
Date d'inscription : 16/08/2015

Loin d'ici Empty
MessageSujet: Re: Loin d'ici   Loin d'ici EmptyMer 14 Oct 2015 - 17:01

Poignant...Vrai...quelque chose est offert.
Merci de cette générosité petite fleur.
Revenir en haut Aller en bas
sandipoete
Fondateur
Fondateur
sandipoete

Poète émérite
Nombre de sujets
Meilleur rédacteur
Rédacteur ayant posé plus de 1000 messages
Poète accompli
Durée d'inscription

Masculin
Lion Dragon
Nombre de messages : 9699
Age : 70
Localisation : Bousies (Nord)
Date d'inscription : 05/04/2005

Loin d'ici Empty
MessageSujet: Re: Loin d'ici   Loin d'ici EmptyLun 19 Oct 2015 - 18:35

À l'origine, chanson, danse ou poème d'inspiration pastorale et populaire, la villanelle ne fut soumise à une règle fixe qu'après la célèbre villanelle de Passerat.
En poésie, la villanelle est une composition pastorale faite de couplets terminés par un refrain.
La villanelle, surtout en faveur au XVI° siècle, mais reprise par quelques poètes modernes, est une chanson rustique, divisée en tercets et écrite sur deux rimes. C'est un poème à forme fixe composé d'un nombre impair de tercets, suivis d'un quatrain final et dans lequel le premier vers du premier tercet forme le troisième vers des strophes 2 et 4, etc. Le troisième vers du premier tercet forme le troisième vers des strophes 3 et 5, etc. Ces deux vers figurent ensuite dans le quatrain final.
La villanelle, qui n'était, au début, qu'une chanson pastorale et populaire, ne fut soumise à une règle fixe qu'après la célèbre villanelle de Passerat.
Voici la célèbre villanelle de Passerat :

J'ay perdu ma tourterelle.
Est-ce point elle que j'oy?
Je veux aller après elle.
Tu regrettes ta femelle;
Hélas aussy fay-je moy :
J'ay perdu ma tourterelle.

Si ton amour est fidèle,
Aussy est ferme ma foy;
le veux aller après elle.

Ta plainte se renouvelle;
Toujours plaindre je me doy :
J'ay perdu ma tourterelle.

En ne voyant plus la belle,
Plus rien de beau je ne voy :
Je veux aller après elle.

Mort, que tant de fois j'appelle,
Prends ce qui se donne à toy :
J'ay perdu ma tourterelle.
Je veux aller après elle.

source = Villanelle

Textes protégés par © Copyright N° 79Z516A
*****************************************
Gérard SANDIFORT, alias Sandipoete
Loin d'ici Vieux-10La seule arme que je tolère, c'est la plume !...

Loin d'ici Grimoi10
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/view/sandipoete/home
 
Loin d'ici
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Au loin
» Loin des yeux
» Loin de moi
» Menez-moi loin
» Loin... si loin...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum poétique :: LES GRIMOIRES :: Textes en attente de Grimoire-
Sauter vers: