Forum poétique
Si toi aussi, tu entends souvent ton cœur parler à ta plume, viens déposer tes escarpins dans l'empreinte de nos pas.
Tu pourras alors alimenter cette rivière afin qu'elle devienne un fleuve prolifique de douceurs où tous, nous venons à notre tour, pour y tremper notre plume féconde.
Et cet affluent de pensées innombrables finit sa course magnifique dans un océan de lumières.
J'aime cet idée de partage.
Elle devrait régir le monde sans aucune faille.
Pour que nous regardions tous dans la même direction.
C'est pour cette raison que nous aimons tant la poésie... Et les poètes !...
Gérard SANDIFORT alias Sandipoete
Forum poétique
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


UN ENDROIT QUI RESPIRE LE BIEN ÉCRIRE ET L'AMITIÉ
 
Vitrine du SiteFaire lire sa poésie sur FacebookAccueilRechercherS'enregistrerComment écrire de la poésie ?Connexion
Le Deal du moment : -60%
PHILIPS SHB3175BK/00 Casque Bluetooth
Voir le deal
28.80 €

 

 La fin

Aller en bas 
AuteurMessage
Pierre de Cœur
Plume de Bois
Plume de Bois
Pierre de Cœur

Masculin
Scorpion Dragon
Nombre de messages : 87
Age : 67
Localisation : Séville, Espagne
Date d'inscription : 26/03/2014

La fin Empty
MessageSujet: La fin   La fin Icon_minitimeVen 9 Oct 2015 - 14:57


La fin


Quand mon cœur s’éteindra, que ce soit ton image
Celle qui s’évapore en guidant mes débris
Vers l’oubli désiré, comme des sans-abris, 
Ta dernière douceur et mon dernier hommage.

En prétendant t’aider, têtu je t’endommage,
Toi, l’ange de bonté dont je me suis épris,
Captive de ton joug tu dois payer le prix
De cette passion qui dérange ta cage.

Si ma présence ajoute au poids de ton carcan
La menace et la peur, la bombe du volcan
Dormi de ton bourreau, qu’ici-même je meure.

Que l’accent grisolant de ta divine voix
Me conduise à la fin sous son dernier pavois
En enchantant mes sens jusqu’à ma dernière heure.
Revenir en haut Aller en bas
http://bitiji.org/pierredecoeur/
bruine
Grimoirien
Grimoirien
bruine

Féminin
Poissons Rat
Nombre de messages : 299
Age : 48
Localisation : Toulon, France
Date d'inscription : 12/12/2014

La fin Empty
MessageSujet: Re: La fin   La fin Icon_minitimeDim 11 Oct 2015 - 9:21

bonjour,
ce poème m'interpelle par son contenu.
c'est l'amour prison si j'ai bien compris, qui doit demeurer jusqu'à la fin malgré ses dommages.
C'est assez troublant !

En tout cas bravo d'avoir eu le talent et l'audace de parler d'un sujet où flotte le parfum d'une sorte de malédiction, de la fatalité d'une passion qui ronge.

Textes protégés par © Copyright N° 79Z516A
Bruine
Revenir en haut Aller en bas
Pierre de Cœur
Plume de Bois
Plume de Bois
Pierre de Cœur

Masculin
Scorpion Dragon
Nombre de messages : 87
Age : 67
Localisation : Séville, Espagne
Date d'inscription : 26/03/2014

La fin Empty
MessageSujet: Re: La fin   La fin Icon_minitimeDim 11 Oct 2015 - 21:26

@bruine a écrit:
bonjour,
ce poème m'interpelle par son contenu.
c'est l'amour prison si j'ai bien compris, qui doit demeurer jusqu'à la fin malgré ses dommages.
C'est assez troublant !

En tout cas bravo d'avoir eu le talent et l'audace de parler d'un sujet où flotte le parfum d'une sorte de malédiction, de la fatalité d'une passion qui ronge.

Je ne suis pas trop sûr si moi je t'ai bien compris, alors je vais t'expliquer de ce qu'il s'agit, mais je dois commencer avec un mea culpa car, si mes poèmes sont obscurs, c'est de ma faute : ils sont tous dirigés à ma muse et traitent de sujets que seuls elle, et ceux qui connaissent son histoire (racontée dans mon livre en prose et mes sonnets), peuvent bien apprécier.

Cet amour est mon premier, débuté en 1964 quand j'avais 11 ans et elle 9 et brisé par mon père peu avant mes 18 ans pour éviter le sexe entre nous à cause de la différence d'âge, une rupture dont j'ai failli mourir (j'ai essayé) et que je n'aurais pas survécu si je n'avais pas trouvé l'amour de ma femme, celle qui m'a sauvé. Cet amour, et ses leçons, a guidé ma vie sans son objet, dans l'ombre et en sourdine, mais jamais éteint et toujours présent même après près de 45 ans séparé de ma muse. Il y a 5 ans, la révélation, par ma mère, de la responsabilité de mon père m'a poussé à écrire mon premier livre, "Lettres à Ingrid", pour à la fois la trouver et le lui raconter.

Il y a deux ans, l'année du cinquantième anniversaire de notre passion, il a atteint son but et je l'ai retrouvée mais ses propres révélations sur sa vie sans moi, une vie que j'avais damnée, m'ont à nouveau poussé dans une nouvelle direction, la poésie pur essayer d'illuminer un peu son existence, et folie vaniteuse, l'immortaliser. J'ai appris que, tandis que je me lançais à l'auto-destruction parce que je croyais l'avoir perdue pour toujours, elle m'avais laissé partir pour mon bien, car elle croyais que c'était mieux pour moi, mais n'a jamais arrêté de m'aimer au point de passer la nuit antérieure à son mariage, deux ans après le mien, à parler de moi avec ma mère...

Son union sans amour l'avait conduite à la misère en essayant de sauver un mari alcoolique qui a fini par mourir de son addiction en la couvrant de dettes qu'elle continue à payer aujourd'hui. Pour s'en sortir elle a dû se marier avec un tyran abusif qui, para exemple, ne veut pas qu'elle travaille avec des collègues et des patients (elle est aide-soignante) masculins, lui interdit l'accès à Internet, contrôle son téléphone et épluche sa facture, la file quand elle va promener son chien ou visiter sa mère, une fois par semaine comme maximum, la seule excursion qu'elle peut faire seule car son mari hait sa maman. Et non, ce n'est pas un musulman mais un flamand de pure cèpe...

Actuellement nous nous communiquons par des lettres que j'envoie chez sa mère et des coup de fils qu'elle me donne avec un GSM qu'elle garde à son travail. Voilà pourquoi ma passion dérange sa cage car elle souffrira si son geôlier découvre quelque chose À cause de mes attentions, son marin pourrait la foutre dehors, dans la misère, comme il la menace toujours. Et, bien qu'il ne l'aie jamais battue (c'est ce qu'elle me dit), les paranoïaques de ce genre sont imprévisibles et, souvent, quand ils éclatent, les plus apparemment tranquilles sont aussi les plus dangereux. C'est *cela* qui me ronge, pas ma passion qui, au contraire, est la partie positive de ces "saudades", ce qui me permet de continuer à vivre en composant ces vers pour elle.

Ces derniers sont le reflet de la tourmente émotionnelle que je viens de souffrir dans un voyage désastreux aux Enfers de sa prison ou je n'ai pu que la sentir quand elle passait a quelques mètres de moi... Il montre le mélange de sentiment de culpabilité parce que mon amour, au lieu de l'aider, complique encore sa vie et la met en danger, et mon désir d'en finir pour éviter continuer à la gêner. D'en finir avec son image et voix comme dernier souvenirs...
Revenir en haut Aller en bas
http://bitiji.org/pierredecoeur/
bruine
Grimoirien
Grimoirien
bruine

Féminin
Poissons Rat
Nombre de messages : 299
Age : 48
Localisation : Toulon, France
Date d'inscription : 12/12/2014

La fin Empty
MessageSujet: Re: La fin   La fin Icon_minitimeDim 11 Oct 2015 - 22:22

Bonsoir,
Tout d'abord merci infiniment d'avoir parlé ainsi de ton histoire, de l'histoire de ce poeme. Et bien je n'étais pas loin quand je parlais de malédiction. Ici je vois qu'il s'agit de deux vies sacrifiée sur l'autel d'un amour impossible mais qui continue à brûler. 
C'est terrible. 
L' interdiction d'un père a ravagé deux destins.
C'est très compliqué, destructeur.
Je ne peux que vous souhaiter bon courage à tous deux et espérer qu'un jour vous serez enfin réunis. 

Bien amicalement

Textes protégés par © Copyright N° 79Z516A
Bruine
Revenir en haut Aller en bas
Pierre de Cœur
Plume de Bois
Plume de Bois
Pierre de Cœur

Masculin
Scorpion Dragon
Nombre de messages : 87
Age : 67
Localisation : Séville, Espagne
Date d'inscription : 26/03/2014

La fin Empty
MessageSujet: Re: La fin   La fin Icon_minitimeLun 12 Oct 2015 - 7:06

@bruine a écrit:
Bonsoir,
Tout d'abord merci infiniment d'avoir parlé ainsi de ton histoire, de l'histoire de ce poeme. Et bien je n'étais pas loin quand je parlais de malédiction. Ici je vois qu'il s'agit de deux vies sacrifiée sur l'autel d'un amour impossible mais qui continue à brûler. 
C'est terrible. 
L' interdiction d'un père a ravagé deux destins.
C'est très compliqué, destructeur.
Je ne peux que vous souhaiter bon courage à tous deux et espérer qu'un jour vous serez enfin réunis. 

Bien amicalement
 
Je te remercie pour ta compréhension et bons désirs, mais je ne suis pas sûr qu'il s'agisse d'une malédiction. Ou seulement d'une malédiction, car je le vois aussi comme une bénédiction. Qui peut vivre une telle passion à mon âge (63 ans) ? Merde, c'est même plus fort que lorsque je l'ai perdue et ça que l'âge et la distance me tempèrent...

Elle me dit souvent que je ne me préoccupe pas, qu'elle est habituée, qu'elle n'est pas malheureuse parce qu'elle ne sent plus pour ne pas souffrir, mais peut-on vraiment s'empêcher de sentir ? Avant j'étais "heureux", sans doute, parce qu'inconscient, mais voudrais-je le redevenir ? Aujourd'hui, je préfère écrire des vers que rouler et m'amuser avec mes frères de la route, que danser jusqu'à l'épuisement dans un concert de rock, me payer un menu de dégustation dans un trois étoiles, que jouer avec mes petites-filles jumelles, que défaire des dragons sur Skyrim, etc. Du gars que les jeunes enviaient en disant "moi, quand je serais vieux, je veux être comme toi", je suis devenu un emmerdeur qui ne pense qu'à sa muse et ses sonnets.

Et bien franchement, je crois que le bonheur est surfait. Ce que j'ai senti durant ce voyage aux Enfers est bien supérieur en intensité à tous mes "culs de fer" de plus de 2000 km en moins de 24 heures, mes festivals non-stop, mes rides avec les rouge et blanc, mes concerts exclusifs, mes concentres à l'autre bout de l'Europe, etc. Oh, bien sûr, c'est souvent dur et je pleure comme un gosse, mais cette sensation d'aimer, d'aimer la seule, l'unique, depuis plus de 50 ans, près et loin, respirer l'air qu'elle respire, sentir le soleil qu'elle sent, partager le même espace et temps, même de loin... Un jour peut-être, ce sera trop fort et je devrais en finir mais, jusque là, what a ride! La bouteille peut être presque vide, mais les dernières gouttes sont extraordinaire. Je ne voudrais pas les perdre pour seulement vivre un peu plus longtemps...

Et merci pour me laisser partager ces choses si difficiles... Ça, j'en ai besoin... :-)
Revenir en haut Aller en bas
http://bitiji.org/pierredecoeur/
bruine
Grimoirien
Grimoirien
bruine

Féminin
Poissons Rat
Nombre de messages : 299
Age : 48
Localisation : Toulon, France
Date d'inscription : 12/12/2014

La fin Empty
MessageSujet: Re: La fin   La fin Icon_minitimeLun 12 Oct 2015 - 9:16

bonjour, 
Oui c'est vrai qu'on peut le voir comme une bénédiction aussi. Sans doute les deux. Bénédiction et malédiction...
Moi ce que j'avais pensé à la lecture de ton poème c'était un amour passionnel entre deux êtres, engendrant maintes souffrances et déchirures (jalousie par exemple, exclusivité) et emprisonnant malgré tout en son sein ces deux cœurs qui malgré ces montagnes russes ne peuvent se résoudre à se quitter : prisonniers l'un de l'autre. de cette cage d'amour impitoyable.
Quand à ne plus "sentir", non je ne pense pas que cela soit possible. une bulle de protection oui, par obligation... un refoulement de soi même... c'est la seule solution quand on est ainsi prisonnier et malheureux pour ne pas devenir fou ou sombrer. Mais profondément... elle est toujours elle, avec ses émotions...
bien amicalement...

Textes protégés par © Copyright N° 79Z516A
Bruine
Revenir en haut Aller en bas
Pierre de Cœur
Plume de Bois
Plume de Bois
Pierre de Cœur

Masculin
Scorpion Dragon
Nombre de messages : 87
Age : 67
Localisation : Séville, Espagne
Date d'inscription : 26/03/2014

La fin Empty
MessageSujet: Re: La fin   La fin Icon_minitimeLun 12 Oct 2015 - 13:18

@bruine a écrit:
bonjour, 
Oui c'est vrai qu'on peut le voir comme une bénédiction aussi. Sans doute les deux. Bénédiction et malédiction...
Moi ce que j'avais pensé à la lecture de ton poème c'était un amour passionnel entre deux êtres, engendrant maintes souffrances et déchirures (jalousie par exemple, exclusivité) et emprisonnant malgré tout en son sein ces deux cœurs qui malgré ces montagnes russes ne peuvent se résoudre à se quitter : prisonniers l'un de l'autre. de cette cage d'amour impitoyable.
Quand à ne plus "sentir", non je ne pense pas que cela soit possible. une bulle de protection oui, par obligation... un refoulement de soi même... c'est la seule solution quand on est ainsi prisonnier et malheureux pour ne pas devenir fou ou sombrer. Mais profondément... elle est toujours elle, avec ses émotions...
bien amicalement...

La jalousie est le contraire de l'amour. Comme son mari qui l'utilise comme servante, infirmière, ouvrière, femme-trophée et autres et qui est jaloux de son ombre (il l'a engueulée parce que, en vérifiant sa facture de GSM, quelqu'un l’appelait très souvent et précisément quand elle n'était pas avec lui : il n'a même pas vu que c'était lui) parce qu'il sait ne pas la mériter et il s'en fout de son bonheur.

À défaut d'être avec elle, je préférerais infiniment que son mari soit bon et qu'ils s'aiment, qu'elle soit heureuse avec lui et non pas misérable, qu'elle m'envoie promener parce que je met en danger leur amour et non qu'elle se cache pour m’appeler. C'est parce qu'elle n'est pas heureuse que je ne puis l'être. Quand on aime, on ne peut pas être heureux si l'autre ne l'est pas, ce qui exclu la jalousie. C'est ça l'amour : quand ton bonheur dépend de celui de l'autre...

Je jubilerais si l'amour de quelqu'un d'autre la sauvait des griffes de cet ogre...

Et merci encore pour m'écouter... :-)
Revenir en haut Aller en bas
http://bitiji.org/pierredecoeur/
Contenu sponsorisé




La fin Empty
MessageSujet: Re: La fin   La fin Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
La fin
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum poétique :: LES POÉSIES :: Les Poèmes avec contraintes métriques :: Les Sonnets Réguliers-
Sauter vers: