Forum poétique
Si toi aussi, tu entends souvent ton cœur parler à ta plume, viens déposer tes escarpins dans l'empreinte de nos pas.
Tu pourras alors alimenter cette rivière afin qu'elle devienne un fleuve prolifique de douceurs où tous, nous venons à notre tour, pour y tremper notre plume féconde.
Et cet affluent de pensées innombrables finit sa course magnifique dans un océan de lumières.
J'aime cet idée de partage.
Elle devrait régir le monde sans aucune faille.
Pour que nous regardions tous dans la même direction.
C'est pour cette raison que nous aimons tant la poésie... Et les poètes !...
Gérard SANDIFORT alias Sandipoete
Forum poétique
Si toi aussi, tu entends souvent ton cœur parler à ta plume, viens déposer tes escarpins dans l'empreinte de nos pas.
Tu pourras alors alimenter cette rivière afin qu'elle devienne un fleuve prolifique de douceurs où tous, nous venons à notre tour, pour y tremper notre plume féconde.
Et cet affluent de pensées innombrables finit sa course magnifique dans un océan de lumières.
J'aime cet idée de partage.
Elle devrait régir le monde sans aucune faille.
Pour que nous regardions tous dans la même direction.
C'est pour cette raison que nous aimons tant la poésie... Et les poètes !...
Gérard SANDIFORT alias Sandipoete
Forum poétique
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


UN ENDROIT QUI RESPIRE LE BIEN ÉCRIRE ET L'AMITIÉ
 
Vitrine du SiteFaire lire sa poésie sur FacebookAccueilRechercherS'enregistrerComment écrire de la poésie ?Connexion
Vous souhaitez faire plaisir à votre ami(e) ou à un(e) proche
Avec des mots bien choisis mais vous ne savez pas comment l'exprimer ?
Demandez-nous de vous écrire un poème !...
Réponse assurée.
Nous vous donnerons en réponse l'endroit où vous pourrez
Lire, copier et même donner votre avis sur le texte que vous aurez préféré
Mais d'abord...
 

 Somos cinco mil (Estadio Chile) - Victor Jara

Aller en bas 
2 participants
AuteurMessage
LKazan
Grimoirien
Grimoirien
LKazan

Poète émérite
Nombre de sujets
Poète accompli
Durée d'inscription

Masculin
Lion Serpent
Nombre de messages : 278
Age : 82
Localisation : Bruges
Date d'inscription : 19/10/2014

Somos cinco mil (Estadio Chile) - Victor Jara Empty
MessageSujet: Somos cinco mil (Estadio Chile) - Victor Jara   Somos cinco mil (Estadio Chile) - Victor Jara EmptyDim 4 Jan 2015 - 15:45

La dernière chanson de Victor Jara, sauvegardée clandestinement.





Somos cinco mil aquí
en esta pequeña parte de la ciudad.
Somos cinco mil.
¿Cuántos somos en total
en las ciudades y en todo el país?
Sólo aquí,
diez mil manos que siembran
y hacen andar las fábricas.
Cuánta humanidad
con hambre, frío, pánico, dolor,
presión moral, terror y locura.

Seis de los nuestros se perdieron
en el espacio de las estrellas.
Uno muerto, un golpeado como jamás creí
se podría golpear a un ser humano.
Los otros cuatro quisieron quitarse
todos los temores,
uno saltando al vacío,
otro golpeándose la cabeza contra un muro
pero todos con la mirada fija en la muerte.
¡Qué espanto produce el rostro del fascismo!
Llevan a cabo sus planes con precisión artera
sin importarles nada.
La sangre para ellos son medallas.
La matanza es un acto de heroísmo.
¿Es este el mundo que creaste, Dios mío?
¿Para esto tus siete días de asombro y de trabajo?
En estas cuatro murallas sólo existe un número
que no progresa.
Que lentamente querrá más la muerte.

Pero de pronto me golpea la consciencia
y veo esta marea sin latido
y veo el pulso de las máquinas
y los militares mostrando su rostro de matrona
llena de dulzura.
¿Y México, Cuba y el mundo?
¡Qué griten esta ignominia!
Somos diez mil manos
menos que no producen.
¿Cuántos somos en toda la patria?
La sangre del compañero Presidente
golpea más fuerte que bombas y metrallas.
Así golpeará nuestro puño nuevamente.

Canto, qué mal me sales
cuando tengo que cantar espanto.
Espanto como el que vivo
como el que muero, espanto.
De verme entre tantos y tantos
momentos de infinito
en que el silencio y el grito
son las metas de este canto.
Lo que veo nunca vi.
Lo que he sentido y lo que siento
harán brotar el momento...

(Estadio Chile, septembre 1973)

Nous sommes ici cinq mille
dans cette infime partie de la ville.
Nous sommes ici cinq mille.
Combien d'entre nous au total
dans les villes et à travers le pays?
Rien qu'ici,
dix mille mains qui semaient
et faisaient tourner les usines.
Quel nombre d'humains
livrés à la faim, au froid, à la panique, à la douleur,
à la pression morale, à la terreur et à la folie.

Six d'entre nous se sont perdus
dans l'espace des étoiles.
L'un mort, l'un battu comme jamais j'aurais cru
qu'on puisse frapper un être humain.
Les quatre autres ont voulu fuir
toutes les terreurs,
tantôt en sautant dans le vide,
tantôt en se brisant la tête contre un mur
mais tous regardant la mort en face.
Quelle horreur produit le visage du fascisme !
Ils appliquent leurs plans avec une précision diabolique
sans état d'âme.
Le sang répandu est pour eux décorations.
Le meurtre est un acte d'héroïsme.
Est-ce là le monde que vous avez créé, Mon Dieu ?
Est-ce là le but de vos sept jours d'émerveillement et de labeur ?
Dans ces quatre murs il n'existe qu'un nombre
qui ne progresse pas.
L'antichambre de la mort lente.

Mais tout à coup ma conscience me fait mal
et je vois cette marée au pouls brisé
et je vois le pouls des machines
et l'armée montrant son visage de matrone
plein de douceur.
Et le Mexique, Cuba et le monde ?
Comment réagir à cette atrocité !
Nous sommes dix mille mains
de moins qui ne produisons plus.
Combien sommes-nous à travers la patrie ?
Le sang du camarade-président
frappe plus fort que les bombes et la mitraille.
De même frappera notre poing de nouveau dressé.

Chanson combien imparfaite
quand il me faut chanter l'horreur.
L'horreur comme celle que je vis
comme celle dont je meurs, l'horreur.
A me voir parmi tant d'autres
instants infinis
quand le silence et les cris
sont les objets mêmes de cette chanson.
Je n'ai jamais vu ce que je vois.
Ce que j'ai ressenti et ce que je ressens
marquera l'instant ...

(Traduction personnelle - LKazan)

Interprété par Isabel Parra :



Dernière édition par LKazan le Mer 17 Aoû 2016 - 10:55, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
LKazan
Grimoirien
Grimoirien
LKazan

Poète émérite
Nombre de sujets
Poète accompli
Durée d'inscription

Masculin
Lion Serpent
Nombre de messages : 278
Age : 82
Localisation : Bruges
Date d'inscription : 19/10/2014

Somos cinco mil (Estadio Chile) - Victor Jara Empty
MessageSujet: Re: Somos cinco mil (Estadio Chile) - Victor Jara   Somos cinco mil (Estadio Chile) - Victor Jara EmptyJeu 22 Jan 2015 - 15:38

En hommage au général d'aviation Sergio Poblete Garcés (1918-2011) qui, détenu, torturé, exilé et déchu de sa nationalité, n'a cessé de se battre contre la junte fasciste.

A voir : le film "Il pleut sur Santiago" (1975), d'Helvio Soto.

Textes protégés par © Copyright N° 79Z516A
L.Kazan ** Somos cinco mil (Estadio Chile) - Victor Jara Grimoi10
Revenir en haut Aller en bas
marsbleu
Plume de Bois
Plume de Bois
marsbleu

Poète accompli
Durée d'inscription

Masculin
Bélier Cochon
Nombre de messages : 50
Age : 77
Localisation : allemagne karlsruhe
Date d'inscription : 30/03/2013

Somos cinco mil (Estadio Chile) - Victor Jara Empty
MessageSujet: Re: Somos cinco mil (Estadio Chile) - Victor Jara   Somos cinco mil (Estadio Chile) - Victor Jara EmptyVen 23 Jan 2015 - 13:14

merci pour ce poeme et sa traduction.

ne jamais oublier que le fascisme est encore
vivant
ses complices sont dans l´ombre
et ils arborent la respectabilité
comme les gangsters

comment l´être humain peut en arriver là

mars bleu
Revenir en haut Aller en bas
 
Somos cinco mil (Estadio Chile) - Victor Jara
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Victor Hugo
» Victor Hugo....
» Sur un vers de Victor Hugo
» Citation de Victor Hugo
» Proverbe de Victor Hugo

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum poétique :: LES MÉDIA QUE VOUS AIMEZ !... :: Vos Chansons préférées-
Sauter vers: