Forum poétique
Si toi aussi, tu entends souvent ton cœur parler à ta plume, viens déposer tes escarpins dans l'empreinte de nos pas.
Tu pourras alors alimenter cette rivière afin qu'elle devienne un fleuve prolifique de douceurs où tous, nous venons à notre tour, pour y tremper notre plume féconde.
Et cet affluent de pensées innombrables finit sa course magnifique dans un océan de lumières.
J'aime cet idée de partage.
Elle devrait régir le monde sans aucune faille.
Pour que nous regardions tous dans la même direction.
C'est pour cette raison que nous aimons tant la poésie... Et les poètes !...
Gérard SANDIFORT alias Sandipoete
Forum poétique
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


UN ENDROIT QUI RESPIRE LE BIEN ÉCRIRE ET L'AMITIÉ
 
Vitrine du SiteFaire lire sa poésie sur FacebookAccueilRechercherS'enregistrerComment écrire de la poésie ?Connexion
Le Deal du moment :
Chargeur sans fil – Samsung – ...
Voir le deal
4.99 €

 

 FRERES

Aller en bas 
AuteurMessage
weirfree
Nouvelle plume
Nouvelle plume
weirfree

Féminin
Lion Singe
Nombre de messages : 12
Age : 52
Localisation : cognac
Date d'inscription : 30/05/2014

FRERES Empty
MessageSujet: FRERES   FRERES Icon_minitimeVen 27 Juin 2014 - 12:23

Freres
 

I

Eviter les faux pas ...
Eviter d'être social... au cas...
se retenir aux parois du gouffre
Asphyxiés par l'odeur de souffre .

Le monstre, gueule béante,
Glouton et obscène
Eructant sa digestion sereine
Salive et patiente.

Saluer ses frères de misère,
Unis par l'ultime insoumission.
S'échanger de racoleurs pardons
Cracher quelques jurons en guise de prières.


II

On les voit, beaux et gras,
D'honneur faire des bras.
On les devine dans des carrosses
Payés comptant, rouler leur bosse.

On les ignore, sales, chétifs,
Le regard bas, las, déjà fautifs.
On se damne en les condamnant,
L'amour est même aux indigents.

Le monstre, gueule béante,
Glouton et obscène
Eructant sa digestion sereine
Salive et patiente.


III

A quoi sert de souffrir ?
On ne canonise plus personne.
Peut - être trop de monde en lice,
Poussé par des doigts tendus
Vers des sommets d'où l'on glisse.

Le monstre, gueule béante,
Glouton et obscène
Eructant sa digestion sereine
Salive et patiente.


Weirfree
Revenir en haut Aller en bas
 
FRERES
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum poétique :: LES POÉSIES :: Les Poèmes sans contraintes métriques-
Sauter vers: