Forum poétique
Si toi aussi, tu entends souvent ton cœur parler à ta plume, viens déposer tes escarpins dans l'empreinte de nos pas.
Tu pourras alors alimenter cette rivière afin qu'elle devienne un fleuve prolifique de douceurs où tous, nous venons à notre tour, pour y tremper notre plume féconde.
Et cet affluent de pensées innombrables finit sa course magnifique dans un océan de lumières.
J'aime cet idée de partage.
Elle devrait régir le monde sans aucune faille.
Pour que nous regardions tous dans la même direction.
C'est pour cette raison que nous aimons tant la poésie... Et les poètes !...
Gérard SANDIFORT alias Sandipoete



 
Faire lire sa poésie sur FacebookVitrine du SiteAccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les pieds au plancher

Aller en bas 
AuteurMessage
Caleb Hintermann
Grimoirien
Grimoirien
Caleb Hintermann

Masculin
Capricorne Chat
Nombre de messages : 63
Age : 43
Localisation : Alès
Date d'inscription : 03/08/2015

MessageSujet: Les pieds au plancher   Sam 3 Mar 2018 - 12:25

Maintenant tout va bien, cet instant-là me plaît,
Puis le réel se tord, le souffle se fait rare :
Dans le fond de la scène un débile se marre :
Moi aussi je veux vivre les deux pieds au plancher.
 
Je n’ai plus le contrôle tout va tellement vite :
L’idiot l’aura compris que je perds en galon.
Peut-être dans la mer toucherai-je le fond ?
C’est bien là quelque part que le masque s’effrite…
 
Tout nu, je pleurerai me voyant épaissi,
Mes deux yeux fixant bas ma colonne brisée
Mais pourquoi maintenant remonte la marée ?
Diluant cette larme d’un espoir obscurci…
 
Je recherche un trésor depuis ma vieille barque
Dans le bois vermoulu qu’à peine je remarque.
Pauvre vie mon crétin, mon intestin se tord.
Je coule doucement tout proche de la mort…
 
Bon Dieu regarde donc mon état lamentable :
Bon Dieu regarde-donc mon ventre révulsé.
Ces deux qui étaient forts et moi cet exalté
Expirons doucement la langueur misérable.
 
Cet humour décalé, ma marque de fabrique
Alors s’enorgueillit de la fière mimique :
Puisse l’éclat d’antan de mon esprit usé
Être le gouvernail  d'un combat épuisé.
 
Pourquoi ai-je plongé ? J’aurai pas dû conduire
La vie à contre-sens de ma désillusion :
Mon contrat s’est rompu, rien ne peut se produire
Aurai-je un cœur nouveau pour battre à l’unisson ?
 
Et alors j’ai rougi d'un affront vicelard ;
Dans le vent j’essuyai sur mon front un mollard.
Et puis alors que vivre et puis que découvrir ?
Que le corps est flétri, que l’âme va pourrir…
 
Ô tellement d’erreurs qu’il fallut réviser,
Tellement de blasphèmes qu’il fallut essuyer…
J’ai pas tenu ma place dans ce monde putride
Je me trouve partant  dans la vallée fétide.
 
Alors le mot du mort  m’offrit un gros tison
Pénétrant lentement mon corps cent fois détruit.
D’amour, de vie pénarde cet étendard blanchit
Ce pavillon en berne prit feu avec raison.
 
Pourquoi donc respirer si le corps devient flou ?
Pourquoi donc subsister quand l'âme aura durci ?
Elle a pas eu le temps d’honorer son défi
Elle qui coulera comme un caramel mou…
 
Je crève tu le vois tel un fétu de paille
Enlevé par les vents sous l'hideuse mitraille.
Ma barque aura coulé, le débile amusé
Contemplera alors mes deux pieds au plancher.

Textes protégés par © Copyright N° 79Z516A
Qu'est-ce que la poésie ? Une pensée dans une image. (Goethe)
Revenir en haut Aller en bas
 
Les pieds au plancher
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les Pieds Nickelés de Trap et Oiry
» Vous aider dans le comptage des pieds
» Bonjour, j'arrive sur la pointe des pieds
» J'ai enfin les pieds à l'aise...
» "Le Rêve des Pieds Nickelés"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum poétique :: LES GRIMOIRES :: Vos poèmes classés en grimoires :: Caleb Hintermann-
Sauter vers: