Forum poétique
Si toi aussi, tu entends souvent ton cœur parler à ta plume, viens déposer tes escarpins dans l'empreinte de nos pas.
Tu pourras alors alimenter cette rivière afin qu'elle devienne un fleuve prolifique de douceurs où tous, nous venons à notre tour, pour y tremper notre plume féconde.
Et cet affluent de pensées innombrables finit sa course magnifique dans un océan de lumières.
J'aime cet idée de partage.
Elle devrait régir le monde sans aucune faille.
Pour que nous regardions tous dans la même direction.
C'est pour cette raison que nous aimons tant la poésie... Et les poètes !...
Gérard SANDIFORT alias Sandipoete



 
AccueilFaire de la poésie sur FacebookVitrine du SiteÉvènementsLe Wiki du Forum poétiqueCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Genèse.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
ungarcondifficile
Nouvelle plume
Nouvelle plume
avatar

Masculin
Sagittaire Chèvre
Nombre de messages : 1
Age : 25
Localisation : Paris
Date d'inscription : 27/12/2012

MessageSujet: Genèse.   Jeu 27 Déc 2012 - 19:16

Bonjour,

Je me permets de venir poster un texte que j'ai écris la nuit du 9 au 10 décembre 2012.
Je ne sais pas s'il saura retenir quelqu'un - qui sait?
En Mp, un lien vers mon blog d'écriture créé tout récemment dans lequel je rajoute régulièrement des textes.
Je serais content d'avoir des retours ou des "appréciations".
Merci d'avance.

Le texte se nomme Genèse. -?

--------------------------------------------------

Les… cheveux_poussent.

Déjà, l’horizon des trottoirs mal famés hantait mon front nouveau-né.

En-deux comme impair, un trou primordial a tâtonné sur ma peau jusqu’à usure – il n’a pas su se refermer depuis.

(cependant, les repères biologiques de mes parents ont fini par l’encadrer)
Longtemps tenu éloigné des fenêtres, ta vue a fixé mon nez sur le cadrant nord qui n’était plus alimenté par le soleil.

J’ai alors goûté pour la première fois l’air libre, tu me l’avais craché sur la figure –

t’en souviens-tu ?

Ta sensualité bien pourvue a rebondi sur les pierres que tu lançais, les autres ne cherchaient même plus à te domicilier.

(dorénavant, ils n’ont plus la tête qu’à ça)

Les sons qui s’affrètent sur les antennes impériales enchaînent mes nuits, quadrillent tes prières de rue – mon grain de beauté gauche n’y survivra pas.

Je n’ai pu dire mots que lorsque les dieux et les monstres ont trouvé ton chemin rebroussé – il n’y avait plus rien à faire, le point de rencontre devenait au loin plaine réfractaire.

Sans attendre le moindre signe de vie, devant-dedans l’assaut, j’ai alors pris les armes à cor et à cri, oubliant par là toute formule de politesse, pour connaitre tes silences d’après baiser–

pourquoi n’as-tu pas dis oui ?

Depuis l’au-delà, tu n’as pas cru bon de me donner de nouvelles – même les écluses ne répondent plus le soir venu.

Je crois que ta peine de me voir défiguré a calmé tes ardeurs d’apothicaire.

Alors… mon visage_tarde.

(pourtant, j’ai essayé de te plaire)
Revenir en haut Aller en bas
 

Genèse.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Genèse (II)
» Dune la Genèse
» Tours et donjons, symboles de la féodalité - Cahors - 29 septembre 2010
» Petite Annecdote
» Batailles et Blindés n°40

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum poétique :: LES POÉSIES :: Les Poèmes sans contraintes métriques-