Forum poétique
Si toi aussi, tu entends souvent ton cœur parler à ta plume, viens déposer tes escarpins dans l'empreinte de nos pas.
Tu pourras alors alimenter cette rivière afin qu'elle devienne un fleuve prolifique de douceurs où tous, nous venons à notre tour, pour y tremper notre plume féconde.
Et cet affluent de pensées innombrables finit sa course magnifique dans un océan de lumières.
J'aime cet idée de partage.
Elle devrait régir le monde sans aucune faille.
Pour que nous regardions tous dans la même direction.
C'est pour cette raison que nous aimons tant la poésie... Et les poètes !...
Gérard SANDIFORT alias Sandipoete



 
Faire lire sa poésie sur FacebookVitrine du SiteAccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Rodez

Aller en bas 
AuteurMessage
Jean Pauvremiche
Nouvelle plume
Nouvelle plume
Jean Pauvremiche

Masculin
Lion Cochon
Nombre de messages : 45
Age : 23
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 19/04/2015

MessageSujet: Rodez   Mer 10 Juin 2015 - 0:12

Peindre Les vieux chagrins dvêtirain
Peu à peuà jamaist’ont bâti
Ton piton éreintant
Déserté des nbeautéT’élève aux nuages
Et trônant au sommet
Cathédrale des âges
Les grès rose à mi-mai
Rodez

Ton charme prend racine
En ton coeur délaissé
Tes allures citadines
Sur tes murs effacés
Tes volets qui sommeillent
Et attendent le temps
D’éclosion qui pareil
À la fleur au printemps
Rodez

Les rues cherchent l’espace
Drainant les Ruthénois
Vers de trop grandes places
Où le tendre minois
Où le visage clair
Du doux soleil d’été
Chauffe tes courants d’air
Toi la belle cité
Rodez

Ton jardin qui prolonge
L’avenue d’un poète
Où le temps se rallonge
Pour de viles amourettes
Tes musées en l’honneur
De maîtres autochtones
Qui bercaient en ton coeur
De leur pouvoir étonne
Rodez

Le marché de cité
De la place du bourg
Traditions assiétées
Héritées du labour
Ton patoi disparu
Y referait surface
Sous moustaches écrues
De quelques vieux coriaces
Rodez

Et dans un vent nordique
Une danse funeste
Dans un voile pudique
Sous la voûte céleste
Là ton peuple à tes pieds
Ces enfants et ces pères
Goûtent de leur foyer
La saveur de tes pierres
Rodez

C’est ce peuple obstiné
Qui t’ai-me et te révère
Loin des mondains dîners
Te jugeant un calvaire
Peu importe ces cons
Et leur vision sévère
Moi mes yeux t’aimeront
Tant qu’ils seront ouverts
Rodez

Et s'il n'en reste qu'une 
À choisir à jamais
Je vêtirai l'enbrume
De ton triste sommet
J'habillerai mes yeux
De tes crépis trop sombres
De Bonald, l'Hotel-Dieu
Et rêverai ton ombre
Rodez
Revenir en haut Aller en bas
 
Rodez
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cathédrale gothique de Rodez (12)
» nouveau magasin sur rodez
» Avis de marché - Rodez(12) - Archives départementales - Restauration et conditionnement de documents patrimoniaux - 4 lots
» photo de rodez
» Invitation TOP OPTIONS " rodez" !!!!!!!!!!!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum poétique :: LES POÉSIES :: Les Poèmes avec contraintes métriques-
Sauter vers: