Forum poétique
Si toi aussi, tu entends souvent ton cœur parler à ta plume, viens déposer tes escarpins dans l'empreinte de nos pas.
Tu pourras alors alimenter cette rivière afin qu'elle devienne un fleuve prolifique de douceurs où tous, nous venons à notre tour, pour y tremper notre plume féconde.
Et cet affluent de pensées innombrables finit sa course magnifique dans un océan de lumières.
J'aime cet idée de partage.
Elle devrait régir le monde sans aucune faille.
Pour que nous regardions tous dans la même direction.
C'est pour cette raison que nous aimons tant la poésie... Et les poètes !...
Gérard SANDIFORT alias Sandipoete



 
AccueilFaire de la poésie sur FacebookVitrine du SiteCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Théâtre III

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Pierre Verney
Nouvelle plume
Nouvelle plume
avatar

Masculin
Scorpion Singe
Nombre de messages : 13
Age : 25
Localisation : Paris
Date d'inscription : 30/04/2013

MessageSujet: Théâtre III   Sam 4 Mai 2013 - 3:54

III

Saul et Moïra

Je n'avais que toi
Je ne laissais pas de trace
Mon seul point
de fuite

Une figure belle exactement
Dans un tableau de
taches et de fumée.

Vous filiez comme des tempêtes et
Me blessiez
au passage

Moi
Je ne bougeai pas
La seule chose au monde qui fut
immobile

Ton odeur
Ta façon douce de me
laisser

Te parler d'amour
Ton désir ce que je sentais
Me chuchoter au creux
du cou

Ce qui effleurait ma peau.
Je te voulais
J'ai souhaité te voir sombrer en moi

Mêler ma peau avec la tienne
Poser mes yeux sur les tiens
N'avoir qu'un seul ventre et
Deux mains à enlacer toujours.

J'ai voulais t'arracher au monde
T'empêcher de le voir
De le goûter
seule.

Je voulais que tu vives
Chaque seconde
Mon calvaire
Que tu
cesses de rire.

Je n'ai jamais eu envie de rire.
Je voulais que tu
regardes le monde

A travers mon visage froid.
Ce que font les hommes.


Je danse maintenant
Sur tes restes
Mes pieds de bête
Prennent de l'ampleur
Devant leur dernier voyage
Voici que j'emporte avec moi mon angoisse
Et je cherche à troquer sa présence humide et froide
Pour un corps vivant
Un nom que j'eus déjà dans la bouche
Instant si court et gâché
Moïra
Où es-tu ?
Revenir en haut Aller en bas
 

Théâtre III

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum poétique :: LES POÉSIES :: Les Poèmes sans contraintes métriques-