Forum poétique
Si toi aussi, tu entends souvent ton cœur parler à ta plume, viens déposer tes escarpins dans l'empreinte de nos pas.
Tu pourras alors alimenter cette rivière afin qu'elle devienne un fleuve prolifique de douceurs où tous, nous venons à notre tour, pour y tremper notre plume féconde.
Et cet affluent de pensées innombrables finit sa course magnifique dans un océan de lumières.
J'aime cet idée de partage.
Elle devrait régir le monde sans aucune faille.
Pour que nous regardions tous dans la même direction.
C'est pour cette raison que nous aimons tant la poésie... Et les poètes !...
Gérard SANDIFORT alias Sandipoete



 
AccueilFaire de la poésie sur FacebookVitrine du SiteCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les Baux de Provence

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
pagnolesque
Grimoirien
Grimoirien
avatar

Masculin
Sagittaire Rat
Nombre de messages : 3316
Age : 57
Localisation : Boulogne sur mer
Date d'inscription : 22/08/2012

MessageSujet: Les Baux de Provence   Jeu 31 Jan 2013 - 9:03



Les Baux de Provence.
(Vers libres)

Il y a sous le ciel de la douce Provence
Tant de lieux mon amour où nous sommes allés,
Qu’il est bien difficile à mettre en évidence
Tous ces sites charmants qui nous ont abrités !
Le temps d’une saison, les ruelles pimpantes
Du village endormi de notre belle France
Ont vu tout notre amour, notre joie si fringante.
Et dans tes yeux azurs, poursuivait la romance
De ton cœur qui m’aimait, du mien qui t’adorait !

Et Les Baux de Provence entourés de remparts,
Ont vibré je le pense, alors qu’il était tard
Sous l’amour de nos sens et de douces promesses
Échangées dans le soir en bien tendres caresses.
Nous y avons passé des heures merveilleuses,
Nous y avons connu tant de journées joyeuses,
Qu’à ce jour, le vois-tu, je veux les protéger,
Au creux des souvenirs que je veux préserver !
Le temps n’effacera nul instant avec toi
Et je resterai là en n’attendant que toi !

Souviens-toi des étals, où dormait la lavande,
Le thym de la garrigue et le bois d’olivier,
Moi je revois ta bouche et tes lèvres gourmandes,
Souviens-toi de nos cœurs qui n’étaient que brasier.
Il me vient à l’instant l’idée de te parler
Des marches du château, de la très vieille église,
Et de tous les potiers et autres sabotiers,
Tu vois comme à présent, tout ce passé me grise,
Il me blesse le cœur quand je pense à avant !

Oui Les Baux de Provence ont à jamais marqué
Mon âme dans l’errance et mon très cher passé,
Et j’y retournerai, pour entendre ton rire,
Pour ne penser qu’à toi en un profond soupir !
Car je sais que là-bas, au cœur de la Provence
Moi j’y retrouverai comme un brin d’espérance,
Dans un profond silence, un instant de plaisir,
Et dès lors en ces lieux je pourrai m’endormir…
Mais avant tout cela, il me faudra finir,
De poser çà et là, mes plus beaux souvenirs !

© Pagnolesque

Textes protégés par © Copyright N° 79Z516A


Mon Grimoire



Telle est la vie des hommes.
Quelques joies, très vite effacées par d'inoubliables chagrins.(Marcel Pagnol)
Revenir en haut Aller en bas
 

Les Baux de Provence

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Michel du mois : Michel au val d'enfer
» Mise à jour du 11 Avril 2010
» Le peintre F. DE HERAIN
» Angelo Branduardi
» Chaton au graphite

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum poétique :: LES POÉSIES :: Les Poèmes sans contraintes métriques-