Forum poétique
Si toi aussi, tu entends souvent ton cœur parler à ta plume, viens déposer tes escarpins dans l'empreinte de nos pas.
Tu pourras alors alimenter cette rivière afin qu'elle devienne un fleuve prolifique de douceurs où tous, nous venons à notre tour, pour y tremper notre plume féconde.
Et cet affluent de pensées innombrables finit sa course magnifique dans un océan de lumières.
J'aime cet idée de partage.
Elle devrait régir le monde sans aucune faille.
Pour que nous regardions tous dans la même direction.
C'est pour cette raison que nous aimons tant la poésie... Et les poètes !...
Gérard SANDIFORT alias Sandipoete
Forum poétique
Si toi aussi, tu entends souvent ton cœur parler à ta plume, viens déposer tes escarpins dans l'empreinte de nos pas.
Tu pourras alors alimenter cette rivière afin qu'elle devienne un fleuve prolifique de douceurs où tous, nous venons à notre tour, pour y tremper notre plume féconde.
Et cet affluent de pensées innombrables finit sa course magnifique dans un océan de lumières.
J'aime cet idée de partage.
Elle devrait régir le monde sans aucune faille.
Pour que nous regardions tous dans la même direction.
C'est pour cette raison que nous aimons tant la poésie... Et les poètes !...
Gérard SANDIFORT alias Sandipoete
Forum poétique
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


UN ENDROIT QUI RESPIRE LE BIEN ÉCRIRE ET L'AMITIÉ
 
Vitrine du SiteFaire lire sa poésie sur FacebookAccueilRechercherS'enregistrerComment écrire de la poésie ?Connexion
-23%
Le deal à ne pas rater :
-300€ sur ce PC Portable Gamer – LENOVO Legion 5 15ACH6H – ...
999 € 1299 €
Voir le deal

 

 A mon père

Aller en bas 
AuteurMessage
pagnolesque
Grimoirien
Grimoirien
pagnolesque

Masculin
Sagittaire Rat
Nombre de messages : 3316
Age : 60
Localisation : Boulogne sur mer
Date d'inscription : 22/08/2012

A mon père Empty
MessageSujet: A mon père   A mon père Icon_minitimeLun 19 Nov 2012 - 15:07

À mon père !

Hier, encore,
À cinquante ans,
Il parlait du beau temps,
Mais aussi de la pluie...
Il pensait, devant lui,
Découvrir de beaux jours
Qui meubleraient sa vie,
A la levée du jour.

Jamais il ne pensait
Que ses rêves d’avant
Se verraient dépasser
Par d’horribles tourments...
Il vivait avec nous
Comme un père éperdu
Entre nos jeux d’enfants
Et ses envies perdues.

Hier, encore,
À cinquante ans,
Il nous parlait du temps,
Nous cachant ses soucis.
Il pensait que la vie,
En nous parlant d’amour,
Lui laisserait le temps
De nous dire "toujours" !

Le mal était en lui,
Et un petit matin
Le dur verdict fut dit :
Ses jours étaient comptés ;
En me prenant la main
Ses idées s’enfuyaient,
Pensant que le destin,
Traître, l’avait trompé.

Hier, encore,
Est pourtant si lointain...
Mais je revois son corps,
Son regard incertain,
Se disant que la mort
Était son lendemain,
Et que sur lui l’aurore
Se coucherait sans fin.

Hier, encore,
Est maintenant bien loin ;
Hier, encore,
N’était que son destin...

© Pagnolesque
(sur la mélodie de « hier encore »)
Revenir en haut Aller en bas
 
A mon père
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum poétique :: LES POÉSIES :: Les Poèmes sans contraintes métriques-
Sauter vers: