Forum poétique
Si toi aussi, tu entends souvent ton cœur parler à ta plume, viens déposer tes escarpins dans l'empreinte de nos pas.
Tu pourras alors alimenter cette rivière afin qu'elle devienne un fleuve prolifique de douceurs où tous, nous venons à notre tour, pour y tremper notre plume féconde.
Et cet affluent de pensées innombrables finit sa course magnifique dans un océan de lumières.
J'aime cet idée de partage.
Elle devrait régir le monde sans aucune faille.
Pour que nous regardions tous dans la même direction.
C'est pour cette raison que nous aimons tant la poésie... Et les poètes !...
Gérard SANDIFORT alias Sandipoete
Forum poétique
Si toi aussi, tu entends souvent ton cœur parler à ta plume, viens déposer tes escarpins dans l'empreinte de nos pas.
Tu pourras alors alimenter cette rivière afin qu'elle devienne un fleuve prolifique de douceurs où tous, nous venons à notre tour, pour y tremper notre plume féconde.
Et cet affluent de pensées innombrables finit sa course magnifique dans un océan de lumières.
J'aime cet idée de partage.
Elle devrait régir le monde sans aucune faille.
Pour que nous regardions tous dans la même direction.
C'est pour cette raison que nous aimons tant la poésie... Et les poètes !...
Gérard SANDIFORT alias Sandipoete
Forum poétique
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


UN ENDROIT QUI RESPIRE LE BIEN ÉCRIRE ET L'AMITIÉ
 
Vitrine du SiteFaire lire sa poésie sur FacebookAccueilRechercherS'enregistrerComment écrire de la poésie ?Connexion
Le Deal du moment :
iPhone 13 Pro : où précommander le ...
Voir le deal

 

 la saison des amants

Aller en bas 
AuteurMessage
kémal
Grimoirien
Grimoirien
kémal

Masculin
Scorpion Singe
Nombre de messages : 89
Age : 64
Localisation : Oran - Algérie
Date d'inscription : 12/01/2006

la saison des amants Empty
MessageSujet: la saison des amants   la saison des amants Icon_minitimeMer 15 Fév 2006 - 18:51

La saison des amants

Epi vert qui naît dans mon champ;
Se nourrit de ma force, absorbe ma sueur,
S'enivre de soleil, devient jaune
La terre qui t'accueille dans son immensité;
Te berce dans sa chaleur, sa couleur,
Te comble de sa générosité, sa bonté,


La terre qui t'accouche dans on lit;
Naturellement, t'adopte dans ton sein,
T'élève comme sa fière maternité,
La pluie qui t'arrose à la saison;
T'auréole de perles scintillantes;
Te procure une indélébile fraîcheur,

La pluie qui trempe ta silhouette;
Te lave des germes insoupçonnés,
Qui indisposent ta délicatesse,
Le vent, qui souffle, à l'odeur marine;
Te caresse et t'ondule avec grâce,
Te murmure un chant secret et envoûtant,

Le vent, énergie d'un dieu antique;
Avec d'incessantes notes t'appelle,
Te courtise avec d'interminables soupirs,
Le soleil qui te darde de ses rayons;
Brûle ton corps d'un feu sorcier,
Mue ta peau en un habit doré,

Le ciel; incommensurable espace;
Evite d'avoir sa grise mine; et
T’admires dans ton bel attrait,
Le ciel; voile impalpable et léger;
Te découvre sous son bleu azur,
Te recouvre d'un bleu nuit étoilé,


L'épouvantail humble dans se guenilles;
De son perchoir, éloigne les importuns,
Chasse les infortunés prédateurs,
L'épouvantail gentilhomme de paille;
De ses yeux absents contemple le jouvenceau
Dans sa frêle tunique verdâtre, enveloppé

Les coquelicots qui parsèment ton parterre;
Des éphélides tavelant le visage,
Des érubescences le rosissant,
Les coquelicots aux pétales veloutés;
S'étalent en un tapis d'honneur,
Reçoivent leur solennel hôte,

Epi vert qui naît aujourd'hui;
M'accordes-tu ta moisson?
Je t'ensilerai dans mes coffrets celés,
Epi d'or du mois de Mai;
Fais-moi goûter ton gluten savoureux,
Abreuves-moi de tes épillets fermentés,
Gorges-moi de ta sève élaborée.

Epi d'or du mois d'hiver;
Abrites-moi sous ton toit de chaume,
Gardes-moi tes nuits sur le foin,
Réchauffe mes sens de froid transis.
Epi d'or, enfant de Maia;
Un arbre est planté en ton honneur.
Au moi de Mai; ton jour de fête;
Je battrai le tambour et sonnerai les trompettes.

Epi d'or, mon âme est illuminée;
Ma main dans tes mèches duvetées,
Epanchera le parfum des anges,
Qui conduira mes pas vers toi.
Epi d'or, pur de toute souillure;
Rends le verbe à mes lèvres muettes,
A mon oeil troublé sa limpidité,
A mon corps arrêté son mouvement.

Epi d'or, tu m'inspires l'amour;
J'unirai le mien à la blancheur des cygnes.
En ces temps merveilleux ou nos bractées
Refleuriront libres et épanouies.
Epi d'or qui naît aujourd'hui;
Jaloux, je te ceindrai dans mes bras;
Et d'un baiser capiteux tu seras béni:
Epi d'or, sois le bienvenu.

Epi d'or plein de vertus;
A tes stigmates mon coeur est suspendu;
Je t'aime ainsi: sois ce que tu voudras,
Je crierai: épi d'or, je t'adore.

Textes protégés par © Copyright N° 79Z516A
Ecrire c'est vivre deux fois.
Revenir en haut Aller en bas
Jenny
Invité
Anonymous


la saison des amants Empty
MessageSujet: super !   la saison des amants Icon_minitimeMer 15 Fév 2006 - 20:08

Féliciter Féliciter Féliciter
Très beau poème mon ami Kémal
Bisous de Jenny

Aimer Aimer Aimer
Revenir en haut Aller en bas
kémal
Grimoirien
Grimoirien
kémal

Masculin
Scorpion Singe
Nombre de messages : 89
Age : 64
Localisation : Oran - Algérie
Date d'inscription : 12/01/2006

la saison des amants Empty
MessageSujet: Re: la saison des amants   la saison des amants Icon_minitimeJeu 16 Fév 2006 - 18:38

Bonsoir Jenny

Ravi que cet essai te plaise.Croiser la plume avec tous les membres de ce forum est un bel exercice.Salutations de Kémal

Textes protégés par © Copyright N° 79Z516A
Ecrire c'est vivre deux fois.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




la saison des amants Empty
MessageSujet: Re: la saison des amants   la saison des amants Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
la saison des amants
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum poétique :: LES POÉSIES :: Les Poèmes avec contraintes métriques-
Sauter vers: