Forum poétique
Si toi aussi, tu entends souvent ton cœur parler à ta plume, viens déposer tes escarpins dans l'empreinte de nos pas.
Tu pourras alors alimenter cette rivière afin qu'elle devienne un fleuve prolifique de douceurs où tous, nous venons à notre tour, pour y tremper notre plume féconde.
Et cet affluent de pensées innombrables finit sa course magnifique dans un océan de lumières.
J'aime cet idée de partage.
Elle devrait régir le monde sans aucune faille.
Pour que nous regardions tous dans la même direction.
C'est pour cette raison que nous aimons tant la poésie... Et les poètes !...
Gérard SANDIFORT alias Sandipoete


UN ENDROIT QUI RESPIRE LE BIEN ÉCRIRE ET L'AMITIÉ
 
Vitrine du SiteFaire lire sa poésie sur FacebookAccueilRechercherS'enregistrerComment écrire de la poésie ?Connexion

Partagez
 

 Amour au masculin

Aller en bas 
AuteurMessage
douce-amertume
Plume de Corail
Plume de Corail
douce-amertume

Féminin
Scorpion Chien
Nombre de messages : 177
Age : 25
Date d'inscription : 17/08/2010

Amour au masculin Empty
MessageSujet: Amour au masculin   Amour au masculin Icon_minitimeMer 24 Nov 2010 - 0:33

Spoiler:
 

Amour au masculin


Aujourd'hui est un jour comme les autres. Le soleil éclair le monde de ça plus douce chaleur. Dans le bois, deux amoureux se tiennent la main, timidement. Parfois il leur arrive de s'échanger un regard furtif, un sourire complice ou une caresse légère. Autour d'eux ne demeure que le silence, seul les oiseaux deviennent complices de cette amour naissant.

Les deux amants ne parlent pas que sont les mots face à la magie des expressions. Parfois il leur arrive de s'arrêter et de contempler le spectacle silencieux de la nature, parfois même il s'échange un baiser, tantôt timide, tantôt fougueux dans un silence audacieux.

Leurs regards se font plus intenses, leurs caresses plus intimes, ils n'ont pas besoin de parler pour savoir exactement ce que l'autre désire, dans le silence de leurs promesses futures.

Bientôt, ils devront quitter le bois de leurs promesses et retourner à la réalité. Certains trouveront leur histoire magnifique, née d'un amour sincère, qui dans cet instant oserai dire qu'ils n'ont pas le droit de s'aimer car ils ne sont pas de sexe opposé?
Revenir en haut Aller en bas
BL
Grimoirien
Grimoirien
BL

Féminin
Vierge Cochon
Nombre de messages : 676
Age : 72
Localisation : Paris mais surtout Montréal
Date d'inscription : 08/05/2010

Amour au masculin Empty
MessageSujet: Re: Amour au masculin   Amour au masculin Icon_minitimeMer 24 Nov 2010 - 3:29

Douce amertume tu as très bien décrit l'amour de deux êtres et qu'importe s'ils sont du même sexe. :tournesol Bec
Revenir en haut Aller en bas
douce-amertume
Plume de Corail
Plume de Corail
douce-amertume

Féminin
Scorpion Chien
Nombre de messages : 177
Age : 25
Date d'inscription : 17/08/2010

Amour au masculin Empty
MessageSujet: Re: Amour au masculin   Amour au masculin Icon_minitimeMer 24 Nov 2010 - 8:23

Merci beaucoup Bl :D
Revenir en haut Aller en bas
Sylvain
Nouvelle plume
Nouvelle plume
Sylvain

Masculin
Vierge Coq
Nombre de messages : 1
Age : 62
Localisation : Merano
Date d'inscription : 14/10/2012

Amour au masculin Empty
MessageSujet: Re: Amour au masculin   Amour au masculin Icon_minitimeDim 14 Oct 2012 - 18:45

L’inconnu de la ligne 13





J’ai
toujours été attiré par les regards inconnus. Sur la plage, allongé sur le
sable, je feins de me passionner pour un polar, mais mes lunettes de sport Cébé
ajustées sur le nez papillonnent d’une serviette à l’autre. Assis sur le rebord
d’un massif de plantes situé au carrefour d’une galerie marchande, j’attends le
retour de caisse de ma chérie, son chariot plein et le porte-monnaie vide, en
mitraillant du regard les consommateurs résignés du samedi. Sur les places de
Paris bondées de touristes, je voyage autour du monde à peu de frais, assis sur
un banc, en observant les couples étrangers se bécoter ou se quereller, sur
fond de cathédrale et de basilique. Je mate, je jauge, je critique, je fantasme
et je me fais mon cinéma. C’est un spectacle vivant, permanent et totalement
gratuit, d’observer la vie de son prochain en direct, ainsi qu’une source
inépuisable de connaissances sur la société. Cristelle me reproche un excès de
voyeurisme, là où je ne vois que de la curiosité, et elle me met souvent en
garde contre le possible courroux d’un fiancé jaloux, une paire de claque que
je n’aurais pas volée, ou un regard mal interprété qui attiserait une
agressivité dont je ferais les frais. Jusqu’à présent, je croise les doigts,
j’ai pu m’adonner à mon péché mignon sans avoir troublé quiconque, ni en avoir
été empêché. Je suis un actif contemplatif plus qu’un cérébral réaliste.


Avec
ce type en ligne de mire, ce fut d’abord comme avec tous les autres : des
regards furtifs qui se croisent, un léger sourire, une communication
silencieuse. Je suis courtois, propre sur moi, et sociable avec qui semble
l’être. Le mec ne paraissait pas avoir plus de vingt-cinq, vingt-huit ans. Ce
n’était plus un adolescent, mais pas encore l’homme qui, ayant atteint le seuil
fatidique des trente ans, songe déjà nostalgique à sa jeunesse perdue, en
égrainant les premiers regrets. Bien que lors de notre premier contact visuel,
le mec fut assis, il me sembla plutôt grand et bien bâti, portant de façon
décontractée, un costume sportif de coupe anglaise. Mais ce qui m’avait attiré
en lui, c’était son regard sombre et romantique, encadré par une chevelure
noire corbeau coupée mi-court, qui lui donnait un air Latino. L’inconnu se leva
à l’approche de la station Gabriel Péri, deux stations avant le terminus.


Cet
été-là, lorsque je montais le matin dans le wagon de queue à la station Place
Clichy, il était déjà là, assis sur une banquette. La ligne n’étant pas trop
chargée en ces périodes estivales, il était impossible ne pas l’apercevoir. A
peine entré dans la rame, je levai discrètement le nez pour m’assurer de sa
présence et je m’arrangeais pour venir m’assoir près de lui, mais jamais en
face ni exactement à ses côtés. Parfois, il n’était pas là. Sans doute avait-il
eu un empêchement, ou bien moi-même avais-je pris de l’avance sur mon début de
matinée pourtant bien réglée. Les rencontres quotidiennes avec ce mec étaient
devenues l’un des moments les plus émouvants de mes journées. Il était devenu
sans le savoir une parenthèse dans ma vie, un rendez-vous incontournable, comme
un cumulus cotonneux qui s’effiloche dans l’immensité d’un ciel azur. Il
m’intimidait. Il portait généralement le costume, mais parfois il tombait la
veste, et je l’avais observé à maintes reprises, vêtu d’un simple tee-shirt
ouvert sur un poitrail légèrement velu. Tout lui allait. Tout ce qu’il portait
était transcendé. Même habillé d’un sac à provisions, le bonhomme aurait été
transfiguré par son regard piquant. Là où il se rendait, il devait apporter le
bonheur, et susciter désir et plaisir. Moi qui ne suis pas particulièrement
envieux, je me dis que Dame nature avait été par trop injuste en me mettant au
monde. Je commençais à dresser la liste de mes défauts physiques majeurs, j’en
avais plein le corps. Parmi ceux-là, mes touffes de poil dans le dos, trois ou
quatre îlots disgracieux disséminés entre les deux omoplates, un endroit qu’il
m’est malaisé d’atteindre avec la main. Ce fut Cristelle qui m’en informa par
hasard, un après-midi de plage au Touquet. Jusque là, je pensais avoir une peau
lisse et douce comme celle des bébés, dans le dos comme partout ailleurs. Qui
sait qui les avait mises là, ces touffes de poils, et à quoi pouvaient-elles
bien servir sur un corps majoritairement imberbe…


Jour
après jour, je m’étais mis à regarder de travers, comme le font ceux qui
souffrent de strabisme. Je matais l’inconnu de façon oblique pour ne pas me
faire repérer. Je le matais, non par simple curiosité, ennui ou pour passer le
temps, mais parce que sa présence m’était devenu agréable, voire indispensable,
et parce qu’il me tenait compagnie. Je faisais bien attention que nos regards
ne se croisent pas, mais lui, parfois, m’observait à travers la vitre du wagon
qui reflétait mon visage. En général, je m’en apercevais trop tard, et confus,
je baissai les yeux. En capturant mon regard, il avait dû remarquer mon
trouble. Pourtant, je ne voulais pas qu’il se méprenne. L’intérêt que je lui
portais n’avait rien de sexuel. Je n’ai jamais été attiré par les garçons, ni
pendant mon enfance, ni pendant l’adolescence. Mais cette indifférence
résultait-elle d’un choix, ou était-ce plutôt par commodité, pour obéir à
l’éducation chrétienne reçue de mes parents, ou bien encore parce que j’étais
trop mal dans ma tête pour désirer, assumer et aimer ? Je refusais
d’apporter une réponse à ce questionnaire multiple. « Se poser la
question, c’est déjà y répondre », aurait énoncé en classe mon prof de
philo. Comme si cela ne suffisait pas, je m’assurai que mon Latino ne portait
pas d’alliance. Un si bel homme encore célibataire, que devais-je en
conclure ? Non, il n’est pas gay, rassure-toi, Théo. Il n’en a ni le
regard, ni les manières, ni le look. A raisonner ainsi, j’étais soudain devenu
à mes propres yeux, un ringard, le roi des stéréotypes, le marquis des idées
reçues et le prince de l’ignorance, voilà qui j’étais réellement devenu…Un
homosexuel n’est pas forcément une folle ! Ça peut être n’importe qui
d’entre nous : cinq, six, peut-être sept pour cent de la population,
dit-on. Je dénombrai sommairement les voyageurs présents dans la rame :
vingt-six personnes, joyeuses, bavardes, solitaires ou somnolentes. Au mieux,
une à deux d’entre elles seraient homosexuelles. Alors pourquoi pas le beau
ténébreux avec ses grands yeux noirs, assis à trois pas de mon strapontin, et
pourquoi pas moi après tout ? Je me reposai la question, elle m’obsédait
la question, elle tournait en boucle dans mon cerveau : quelle était mon
orientation sexuelle ? Avec Cristelle, je m’entendais bien. Au lit, ce n’était
plus le désir du début, mais le plaisir était toujours présent. Mais avec le
temps, tout devient moins puissant. Il m’arrivait parfois de bander mou. Au
lieu de me rassurer, Cristelle me lançait invariablement : « Le
corps ne ment jamais, Théo ! » Peut-être avais-je besoin de voir
ailleurs... Avec Véronique, ma première fille, ce fut moyen, très moyen. A
vingt-deux ans, j’étais puceau, elle était vierge. On a attendu un bon mois
avant de faire l’amour. Non par manque de désir, mais par inexpérience et
maladresse. Ma première fois ne fut pas grandiose. J’ai fini par la quitter
après près d’un an de compromis et de frustration. Avec les deux suivantes, je
pense avoir connu le nirvana, sur le plan sexuel, en tout cas. Mais comment
expliquer qu’elles m’aient toutes deux abandonné après quelques nuits
d’ivresse ?



Parfois, le wagon se remplissait au point que nous devions rester
debout. Mon regard parcourait alors tous les visages jusqu’à ce que je
reconnaisse le sien. Le savoir là me rassurait et je me convainquais que la
journée se déroulerait le mieux du monde. Un matin, je fus poussé par une cohue
humaine jusqu’à la porte d’en face. Je faillis lâcher une grossièreté à
l’encontre des passagers qui me pressurisèrent à l’excès. Bien mal m’en aurait
pris car les pousseurs me jetèrent directement dans les bras de l’inconnu. Je
ressentis des sueurs froides. Les deux mains accrochées à une rampe, j’eus
toutes les peines du monde à ne pas le heurter avec le bas du corps. Je ne pus
m’empêcher de lui sourire. Il allait sans doute m’envoyer sur les roses. Au
contraire, le mec me renvoya le plus beau sourire qu’un homme ne m’ait jamais
accordé. Un sourire ravageur, mêlé de miel et de lavande, aussi gourmand que
celui des enfants à qui l’on tend un pot de Nutella. C’était l’occasion rêvée
de lui adresser la parole. Pourtant, je m’en étais abstenu. Avec le recul, je
me persuadai que son sourire n’était autre que celui d’un homme bien élevé. Le
fruit de sa bonne éducation.


L’inconnu reprit la lecture de son épais bouquin.
Un titre compliqué écrit en anglais, dans une collection de luxe. Je réussis à
force de contorsion, à déchiffrer quelques lignes de la page qu’il lisait. Le
bouquin était écrit en français. Je recueillais un indice supplémentaire sur le
profil encore mystérieux de mon charmant voisin. Le Latino n’était peut-être
pas Latino. En tout cas, c’était un francophone, un francophone au physique
plutôt méditerranéen. Il ne m’était pas indécent ni inconvenant de le
déshabiller de la tête jusqu’aux pieds, car positionné comme je l’étais, je
n’avais pas d’autre occupation possible. Une certaine complicité se créa de
facto entre nos deux corps qui se frôlaient. Décidément, il est peu de
réaffirmer que je ne suis pas mon type d’homme… Lui s’était parfumé avec une essence
délicate qui régalait mes nerfs olfactifs. Il avait étalé sa chevelure d’une
noix de gel, ce qui lui donnait du volume, tout en laissant les pointes
s’éparpiller de manière faussement désordonnée. Du grand art. Je ne me parfume
pas, et me coiffer le matin me rend maniaco-dépressif… Est-ce que je le salis
en révélant tous ces détails, est-ce que je me salis moi-même ? Que
devait-il penser de moi ? Que j’étais un homme ordinaire sans odeur ni
saveur. Il paraissait absorbé par sa lecture. Rien ne semblait le distraire, ce
qui me laissa le temps de pénétrer son intimité en toute impunité. Ses mains
étaient fines et caressantes. J’aimais l’observer tandis qu’il enfilait un
doigt sous la page droite pour la faire décoller, avant de la reposer sur la
partie gauche du livre. Il exécutait ce geste naturel avec grâce et une
délicatesse qui me captivait. Parfois, il enroulait son doigt, toujours le
même, l’index de la main droite, dans une touffe de ses cheveux rebelles. La
station Gabriel Péri s’annonçait comme le prochain arrêt, c’était la station de
l’inconnu, et pour moi, la fermeture de la parenthèse. L’homme, pris de cours,
referma son livre et l’insinua dans une sacoche en cuir avant de courir vers la
porte de sortie : « Excusez-moi, pardon, s’il vous plaît ! »
s’écria-t-il à la cantonade. Bien qu’il ne m’adressait pas directement la
parole, l’homme venait de rompre le silence de nos regards croisés, jusque là
muets. J’avais aimé le son de sa voix. Il me paraissait posé, tout en équilibre
malgré la circonstance, en harmonie avec le personnage. Dans la précipitation,
un marque-page glissa sous ses pas. Aucun doute, c’était le sien, celui que
j’avais aperçu se balader sur le livre, au rythme de sa lecture. Les usagers
quittèrent en masse le wagon à la station Gabriel Péri. Les portes du métro
s’étaient refermées, et nous nous sentions de nouveau à l’aise. Dans le wagon,
désormais, on aurait pu se compter sur les doigts d’une seule main. Je n’avais
d’yeux que pour ce marque-page, désormais orphelin. Il gisait par terre, après
avoir été piétiné par plusieurs voyageurs. Personne ne sembla s’y intéresser.
Je me baissai pour le ramasser. Un geste anodin qui me submergea d’émotion.
Revenir en haut Aller en bas
Claude
Grimoirien
Grimoirien
Claude

Féminin
Cancer Dragon
Nombre de messages : 480
Age : 67
Localisation : Gironde
Date d'inscription : 19/08/2010

Amour au masculin Empty
MessageSujet: Re: Amour au masculin   Amour au masculin Icon_minitimeVen 9 Nov 2012 - 18:21

pfuiiiiiii ... et ? ensuite ?

Textes protégés par © Copyright N° 79Z516A
Claude

Il était une fois un grimoire ...
Revenir en haut Aller en bas
http://labranchedesoiseaux.positifforum.com/
douce-amertume
Plume de Corail
Plume de Corail
douce-amertume

Féminin
Scorpion Chien
Nombre de messages : 177
Age : 25
Date d'inscription : 17/08/2010

Amour au masculin Empty
MessageSujet: Re: Amour au masculin   Amour au masculin Icon_minitimeSam 10 Nov 2012 - 14:34

Je me posais la même question! Je veux savoir aussi!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Amour au masculin Empty
MessageSujet: Re: Amour au masculin   Amour au masculin Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Amour au masculin
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Amour au masculin
» Amour d'éternité.
» Amour du passé
» "le temps de l'amour" de Colleen McCullough
» [Gallay, Claudie] Mon amour ma vie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum poétique :: LES LITTÉRATURES :: Vos Récits-
Sauter vers: