Forum poétique
Si toi aussi, tu entends souvent ton cœur parler à ta plume, viens déposer tes escarpins dans l'empreinte de nos pas.
Tu pourras alors alimenter cette rivière afin qu'elle devienne un fleuve prolifique de douceurs où tous, nous venons à notre tour, pour y tremper notre plume féconde.
Et cet affluent de pensées innombrables finit sa course magnifique dans un océan de lumières.
J'aime cet idée de partage.
Elle devrait régir le monde sans aucune faille.
Pour que nous regardions tous dans la même direction.
C'est pour cette raison que nous aimons tant la poésie... Et les poètes !...
Gérard SANDIFORT alias Sandipoete



 
Faire lire sa poésie sur FacebookVitrine du SiteAccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Poème en wallon de Lucien André

Aller en bas 
AuteurMessage
eau2roche
Grimoirien
Grimoirien
avatar

Féminin
Bélier Tigre
Nombre de messages : 109
Age : 56
Localisation : Casablanca
Date d'inscription : 06/04/2008

MessageSujet: Poème en wallon de Lucien André   Jeu 16 Avr 2009 - 21:07

Je vous présente un très joli poème en wallon, dialecte qui a bercé mon enfance et qui me tient tellement à la peau que lorsque je l'entends parler je sens vibrer en moi un sentiment de bonheur melé de nostalgie pour un pays dont je me suis exilée il y a plus de vingt ans et qui n'existe plus pour moi que dans mes souvenirs...



Il-arive qu’in-ome ès mète à canter èy à rire
Tous seû – pou l’plési
Adon les nûtts dè mé ès font pus pèrfondes
Què les clokètes dès godèts
Les broûyards ont bèl à valser pa dzeûr les-yaus
èrmonter les valèyes èyè muchî les mésos
qui sont des sondjrîyes
toutès raclipotéyes dèsous l’lumière dè leû visâdge

Il-arive qu’in-ome ès mète à rire
à fé skèter les fèrnièsses dou cièl
parce qu’il-est binèse dè yèsse dèvins ses kmins
ses bos – sès-èfants – ses camarâdes
stampè avû ses deûs pîds su les cayaus

Il-arive qu’in-ome s’in dalisse come il est vnu
Es sang a rmontè pa tous les ris – djusqu’à s’keûr
eyè il-a yeû des grandès-alowètes
qui ont tourniqui pa dvant ses-îs

Il-arivra què les kmins – les bos – ses-èfants
ses camarâdes sè rmètront à canter tout doûcemint
pou asprouver comint c’què ça s’passe dè l’aute costè dou cièl

Il-arivra què les valèyes èrpèrdront ç’canson-là
èyè qu’tout ça – mis inchène – va sè rmète à rire
pace qu’i faut des cansons à brasséyes
èyè des clokètes dè godèts
pou apèrfondi les nûtts dè mé


Nivèles, dins l’esté dè 1960,


adaptation française:

un homme chante
il rit
par luxe – pour le plaisir
Ainsi – les nuits des mais amoureux résonnent
aux clochettes des jacinthes des bois
Les brouillards peuvent mener valses et sarabandes
Envahir les vallées - dissoudre les demeures
ces songeries - rapetissées de lumière
à hauteur de visage
Parfois un homme chante et rit
à casser les fenêtres du ciel : heureux…
heureux d’aller par les chemins
ses forêts - ses enfants - ses camarades
les deux pieds sur ses roches
Parfois - un homme vient puis s’en va
Son sang a reflué par les ruisseaux
jusqu’en son cœur
De grandes alouettes ont tourbillonné devant ses yeux
Parfois - les chemins – les forêts - ses enfants
ses camarades se reprennent à chanter - très doucement
pour éprouver l’autre côté du ciel
Parfois - les vallées retrouvent cette chanson
et tout cela mis ensemble se surprend à rire
car il faut des chansons par brassées
mille jacinthes aux sous-bois
afin que résonnent les nuits
des mais de l’amour

Textes protégés par © Copyright N° 79Z516A

Wann wird man je verstehen..........?
Revenir en haut Aller en bas
 
Poème en wallon de Lucien André
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Poème en wallon de Lucien André
» bâtiment en brabant wallon ? Savons Laurent frères Waterloo
» CREDO de Lucien Jacques ((1891-1961)
» [Comte-Sponville, André] Le miel et l'absinthe
» [Breton, André] Poisson soluble

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum poétique :: LES TEXTES PATOISANTS :: Pour découvrir les patois-
Sauter vers: