Forum poétique
Si toi aussi, tu entends souvent ton cœur parler à ta plume, viens déposer tes escarpins dans l'empreinte de nos pas.
Tu pourras alors alimenter cette rivière afin qu'elle devienne un fleuve prolifique de douceurs où tous, nous venons à notre tour, pour y tremper notre plume féconde.
Et cet affluent de pensées innombrables finit sa course magnifique dans un océan de lumières.
J'aime cet idée de partage.
Elle devrait régir le monde sans aucune faille.
Pour que nous regardions tous dans la même direction.
C'est pour cette raison que nous aimons tant la poésie... Et les poètes !...
Gérard SANDIFORT alias Sandipoete
Forum poétique
Si toi aussi, tu entends souvent ton cœur parler à ta plume, viens déposer tes escarpins dans l'empreinte de nos pas.
Tu pourras alors alimenter cette rivière afin qu'elle devienne un fleuve prolifique de douceurs où tous, nous venons à notre tour, pour y tremper notre plume féconde.
Et cet affluent de pensées innombrables finit sa course magnifique dans un océan de lumières.
J'aime cet idée de partage.
Elle devrait régir le monde sans aucune faille.
Pour que nous regardions tous dans la même direction.
C'est pour cette raison que nous aimons tant la poésie... Et les poètes !...
Gérard SANDIFORT alias Sandipoete
Forum poétique
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


UN ENDROIT QUI RESPIRE LE BIEN ÉCRIRE ET L'AMITIÉ
 
Vitrine du SiteFaire lire sa poésie sur FacebookAccueilRechercherS'enregistrerComment écrire de la poésie ?Connexion
-15%
Le deal à ne pas rater :
Roborock S7 Aspirateur Robot en promo chez Cdiscount
509 € 599 €
Voir le deal

 

 Grand Corps Malade - Quatre saisons

Aller en bas 
AuteurMessage
sandipoete
Fondateur
Fondateur
sandipoete

Masculin
Lion Dragon
Nombre de messages : 8999
Age : 69
Localisation : Landrecies, dans le Nord !
Date d'inscription : 05/04/2005

Grand Corps Malade - Quatre saisons Empty
MessageSujet: Grand Corps Malade - Quatre saisons   Grand Corps Malade - Quatre saisons Icon_minitimeDim 18 Mai 2008 - 2:05

GRAND CORPS MALADE

4 saisons

A l’arrivée du mois de décembre, j’ai bien regardé la hauteur du ciel descendre et l’hiver arriver
J'étais presque content de le voir en l’observant se déployer, j’ai mis une veste au dessus de ma veste, pour pas trop cailler
J’ai vu la nuit qui tombait tôt et les gens qui marchaient plus vite
J’ai vu la chaleur des bistrots avec de la buée sur les vitres
La dessus la nature est fidèle
J’ai vu le jour se lever tard, j’ai vu les guirlandes de Noël qui m’ foutent le cafard
J’ai aimé avoir les mains gelées pour les mettre au fond de mes poches
J’ai adoré marcher dehors quand tu sais que la maison est proche
J’ai souri bêtement en voyant qu’y avait plus de fleurs sur les balcons
J’ai regardé le ciel tout blanc, y’avait même des flocons
Certains matins j’ai vu que le givre avait squatté derrière les fenêtres
J’ai vu les gens revenir du ski avec la marque des lunettes
J’commençais juste à m’y habituer mais les jours ont rallongé et j’ai compris que le printemps allait emménagé
Le mois de mars avait tracé en un battement de cils et on m’a dit qu’en avril faut pas s’ découvrir d’un fil
Mais moi j’ai peur de rien alors malgré les dictons vieillots , j’ai enlevé une de mes deux vestes pour pas avoir trop chaud
J’ai vu les arbres avoir des feuilles et les filles changer de godasses
J’ai vu les bistrots ouvrir plus tard avec des tables en terrasse
Y’ avait plein de couples qui s’embrassaient, c’est les hormones, ça réagit
C’est la saison des amours et la saisons des allergies
C’est vrai qu’ j’ai eu le nez qui coule et j’ me suis frotté les yeux
Mais j’ai aimé la chair de poule pendant un coup de vent affectueux
Sur les balcons ça bourgeonnait, j’ai ri bêtement à cette vision
J’ai regardé le ciel bleu pâle, y ‘avait même des avions
Ma factrice a ressorti le vélo, j’étais content pour elle,
Content aussi pour le daron qui aime le retour de hirondelles
J’ commençais juste à m’y habituer mais l’ thermomètre a augmenté
J’ai compris c’ qui nous pendait au nez, c’était l’été
Au mois de juin on change de teint , fini d’être albinos
C’est la période des examens, et puis celle de Roland Garros
Ça sent les vacances à plein nez il va être l’heure de se tire
Et j’ai enlevé ma dernière veste pour pas transpirer
J’ai vu qu’il faisait encore jour même après le début du film
Pour ceux qui ont des poignées d’amour il est trop tard pour le régime
Les mecs sont assez excités et ça les préoccupe que les filles sortent leur décolleté et leur mini jupe
J’ai aimé rechercher l’ombre quand y’ avait trop de soleil
J’ai aimé dormir sans la couette pour rafraîchir le sommeil
Sur les balcons c’était la jungle y’ avait plein de fleurs et plein de feuillage
J’ai regardé le ciel tout bleu, y’ avait même pas de nuage
J’ai adoré conduire la nuit, la vitre ouverte en grand avec le bras gauche de sorti qui fait un bras de fer contre le vent
J’ commençais juste à m’y habituer mais j’ai vu une fleur fanée et j’ai compris que l’automne était déterminé
C’est surtout à partir d’octobre qu’ c’est la saison la plus austère,
Moi bizarrement je la trouve noble , c’est celle qui a le plus de caractère
J’ai vu des feuilles qui tournoyaient comme des ballons de baudruche
J’ai remis une de mes vestes ,avec une capuche
J’ai vu la pluie, j’ai vu le vent et un rayon de soleil malade
J’ai vu les K-way des enfants qui partent aux châtaignes en balade
J’ai marché dans les feuilles mortes et sur les trottoirs mouillés
J’ai vu les parcs changer de couleur, ils étaient tout rouillé
J’ai aimé les lumières de la ville qui se reflètent dans les flaques et
les p’tites bourrasques de vent qui mettent les brushings en vrac
Sur les balcons y’ avait que des branches, sans feuilles et sans raison
J’ai regardé le ciel tout gris, y’ avait même plus d’horizon
Puis l’hiver est revenu et les saisons se sont perpétuées
Les années passent la vie aussi, on commençait juste à s’y habituer
On est les témoins impuissants du temps qui trace, du temps qui veut que les enfants deviennent des grands
Et que les grands deviennent des vieux

Textes protégés par © Copyright N° 79Z516A
*****************************************
Gérard SANDIFORT, alias Sandipoete
Grand Corps Malade - Quatre saisons Vieux-10La seule arme que je tolère, c'est la plume !...
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/view/sandipoete/home
 
Grand Corps Malade - Quatre saisons
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tout sur Slayers Hentaï (ou presque)
» De retour a la maison avec toi (PV Riku) (Hentaï ) (terminer)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum poétique :: LES POÉSIES :: Les textes d'Auteurs connus-
Sauter vers: