Forum poétique
Si toi aussi, tu entends souvent ton cœur parler à ta plume, viens déposer tes escarpins dans l'empreinte de nos pas.
Tu pourras alors alimenter cette rivière afin qu'elle devienne un fleuve prolifique de douceurs où tous, nous venons à notre tour, pour y tremper notre plume féconde.
Et cet affluent de pensées innombrables finit sa course magnifique dans un océan de lumières.
J'aime cet idée de partage.
Elle devrait régir le monde sans aucune faille.
Pour que nous regardions tous dans la même direction.
C'est pour cette raison que nous aimons tant la poésie... Et les poètes !...
Gérard SANDIFORT alias Sandipoete
Forum poétique
Si toi aussi, tu entends souvent ton cœur parler à ta plume, viens déposer tes escarpins dans l'empreinte de nos pas.
Tu pourras alors alimenter cette rivière afin qu'elle devienne un fleuve prolifique de douceurs où tous, nous venons à notre tour, pour y tremper notre plume féconde.
Et cet affluent de pensées innombrables finit sa course magnifique dans un océan de lumières.
J'aime cet idée de partage.
Elle devrait régir le monde sans aucune faille.
Pour que nous regardions tous dans la même direction.
C'est pour cette raison que nous aimons tant la poésie... Et les poètes !...
Gérard SANDIFORT alias Sandipoete
Forum poétique
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


UN ENDROIT QUI RESPIRE LE BIEN ÉCRIRE ET L'AMITIÉ
 
Vitrine du SiteFaire lire sa poésie sur FacebookAccueilRechercherS'enregistrerComment écrire de la poésie ?Connexion

 

 Noyez Joël

Aller en bas 
AuteurMessage
Paul
Grimoirien
Grimoirien
Paul

Masculin
Verseau Cheval
Nombre de messages : 85
Age : 30
Date d'inscription : 13/03/2007

Noyez Joël Empty
MessageSujet: Noyez Joël   Noyez Joël Icon_minitimeMar 13 Mar 2007 - 21:05

Nous répondrons présents, pour un joyeux Noël.
Celui dont la voix forte portait au loin l'appel
Et celui que l'hiver avait rendu fébrile
Dressaient sur la place du village immobile
Un tableau surprenant, mêlé de noir et blanc,
Leurs deux visages ronds devenus souriants
Devant les fenêtres fermées et les murs gris.
Seuls, mais accompagnés par une foule d'amis,
En rêve tout du moins, car ils se regardaient.
Le petit, l'œil en l'air, et tendant vers le vrai.
Tremblant de tous ses membres dans le froid vengeur.
Vengeance pour l'été ! Vos sublimes demeures !
Dans l'ombre de mon vent, vous êtes des enfants...
Les yeux rouges, le plus grand des deux pauvres gens
Traçait du regard une courbe fantastique,
Ralliant tous les toits et les balcons antiques.
Envieux comme chiens, ils se serraient très fort
De leurs doigts douloureux, dans un ultime effort.
Pour mourir ensemble devant le grand sapin
Plutôt que vivre seul dans un passé lointain...
Nous répondrons présents pour un joyeux Noël
Avaient pourtant jurés tous les anges du ciel.
Les héros s'affaissent dans la bise tranchante.
Un volet s'ouvre sur une paire d'yeux hésitante.
Un enfant stupide qui croit au père Noël.
Le lendemain matin, d'un violent coup de pelle,
On découvrit sous neige une étrange figure :
Un chat et un chien se tenant par la ceinture !
Revenir en haut Aller en bas
 
Noyez Joël
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum poétique :: LES POÉSIES :: Les Poèmes avec contraintes métriques-
Sauter vers: