Forum poétique
Si toi aussi, tu entends souvent ton cœur parler à ta plume, viens déposer tes escarpins dans l'empreinte de nos pas.
Tu pourras alors alimenter cette rivière afin qu'elle devienne un fleuve prolifique de douceurs où tous, nous venons à notre tour, pour y tremper notre plume féconde.
Et cet affluent de pensées innombrables finit sa course magnifique dans un océan de lumières.
J'aime cet idée de partage.
Elle devrait régir le monde sans aucune faille.
Pour que nous regardions tous dans la même direction.
C'est pour cette raison que nous aimons tant la poésie... Et les poètes !...
Gérard SANDIFORT alias Sandipoete
Forum poétique
Si toi aussi, tu entends souvent ton cœur parler à ta plume, viens déposer tes escarpins dans l'empreinte de nos pas.
Tu pourras alors alimenter cette rivière afin qu'elle devienne un fleuve prolifique de douceurs où tous, nous venons à notre tour, pour y tremper notre plume féconde.
Et cet affluent de pensées innombrables finit sa course magnifique dans un océan de lumières.
J'aime cet idée de partage.
Elle devrait régir le monde sans aucune faille.
Pour que nous regardions tous dans la même direction.
C'est pour cette raison que nous aimons tant la poésie... Et les poètes !...
Gérard SANDIFORT alias Sandipoete
Forum poétique
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


UN ENDROIT QUI RESPIRE LE BIEN ÉCRIRE ET L'AMITIÉ
 
Vitrine du SiteFaire lire sa poésie sur FacebookAccueilRechercherS'enregistrerComment écrire de la poésie ?Connexion
 

 Mémoires de John Rambo

Aller en bas 
3 participants
AuteurMessage
Chris Jordan
Plume de Bois
Plume de Bois
Chris Jordan


Masculin
Balance Rat
Nombre de messages : 60
Age : 61
Localisation : Alsace France
Date d'inscription : 17/02/2022

Mémoires de John Rambo Empty
MessageSujet: Mémoires de John Rambo   Mémoires de John Rambo EmptyVen 18 Fév 2022 - 14:41

Voici un poème que j'ai écrit il y a déjà dix ans et que j'ai adoré écrire,
il s'agit d'un pastiche du poème d'Arthur Rimbaud 'Mémoires' mit à la
sauce de John Rambo.

Mémoires de John Rambo 12302310

Mémoire de John RAMBO
(Pastiche du poème d’Arthur Rimbaud Mémoires)
I
L’eau sale, versé par mes larmes de souffrances,
Les assauts incessants des ennemis de mon âme,
Le froid, le réchauffement des corps de femmes
Qui susurrent comme des pucelles en transe ;
L’état de mes hanches ; -Non… mes muscles lâches,
Je me meurs dans leurs bras de femmes infidèles ;
Cherchant le rideau déchiré du septième ciel
Je sombre dans leurs draps couverts de tâches ;
II
Et cette sueur sur mes yeux mirauds livides,
Cette eau qui suinte sur cette étrange couette
En voyant ces femmes moulées comme des fillettes
Dont le corps d’amour est avide d’argent et cupide.
Leur corps plus brûlant qu’une chaudière
Leur soif insatiable de plaisirs qui les pousse
Toute la nuit à ce que leur robe je trousse
Et de leur jardin si doux faire bonne chair.
III
Puis la femme s’enfuit au cœur de la nuit,
Laissant cette neige sur les draps d’aquarelle
Et moi, seul, pensant sans cesse à elle
Et à sa fleur si jolie que j’ai cueillie.
Il ne me reste que des marques rouges comme
Une cicatrice qui ne me laisse aucun doute
Sur cette folle nuit ou fut longue la route
Qui me mena à la victoire de l’homme.
IV
Je rejoignis la forêt quand le ciel devint azur,
Quand la lune s’en fut derrière le petit bois
Retrouvant ces villageois sans cesse aux abois
Armés jusqu’aux dents par des âmes obscures.
Qu’il pleut à présent sur l’étendard, la haine
Des peuples d’en haut que l’ennemi méprise,
Dont la source limitée de leur matière grise
Se révolte et que la victoire enfin vienne.
V
Je joue à la guerre sans me laisser prendre
Parmi les canaux éclairés par la lune
Ecoutant les pleurs des jaunes qui m’importunent
Là, ou après mon passage ne reste que cendres.
Ah ! Ça sent bon la poudre, le sang et la boue
Ceux que je rosse et qui vont par milliers tomber
Dans les canaux désaffectés de leur fatale destiné
Au fond de moi, j’y ai pris plaisir de vous l’avoue.

Voici l'originale d'Arthur Rimbaud


[size=31]Mémoire[/size]

Arthur Rimbaud

I
L’eau claire ; comme le sel des larmes d’enfance,
l’assaut au soleil des blancheurs des corps de femmes ;
la soie, en foule et de lys pur, des oriflammes
sous les murs dont quelque pucelle eut la défense ;
l’ébat des anges ; — Non… le courant d’or en marche,
meut ses bras, noirs, et lourds, et frais surtout, d’herbe. Elle
sombre, avant le Ciel bleu pour ciel-de-lit, appelle
pour rideaux l’ombre de la colline et de l’arche.
II
Eh ! l’humide carreau tend ses bouillons limpides !
L’eau meuble d’or pâle et sans fond les couches prêtes.
Les robes vertes et déteintes des fillettes
font les saules, d’où sautent les oiseaux sans brides.
Plus pure qu’un louis, jaune et chaude paupière,
le souci d’eau — ta foi conjugale, ô l’Épouse ! —
au midi prompt, de son terne miroir, jalouse
au ciel gris de chaleur la Sphère rose et chère.
III
Madame se tient trop debout dans la prairie
prochaine où neigent les fils du travail ; l’ombrelle
aux doigts ; foulant l’ombelle ; trop fière pour elle
des enfants lisant dans la verdure fleurie
leur livre de maroquin rouge ! Hélas, Lui, comme
mille anges blancs qui se séparent sur la route,
s’éloigne par-delà la montagne ! Elle, toute
froide, et noire, court ! après le départ de l’homme !
IV
Regret des bras épais et jeunes d’herbe pure !
Or des lunes d’avril au cœur du saint lit ! Joie
des chantiers riverains à l’abandon, en proie
aux soirs d’août qui faisaient germer ces pourritures !
Qu’elle pleure à présent sous les remparts ! l’haleine
des peupliers d’en haut est pour la seule brise.
Puis, c’est la nappe, sans reflets, sans source, grise :
un vieux, dragueur, dans sa barque immobile, peine.
V
Jouet de cet oeil d’eau morne, je n’y puis prendre,
ô canot immobile ! oh ! bras trop courts ! ni l’une
ni l’autre fleur : ni la jaune qui m’importune,
là ; ni la bleue, amie à l’eau couleur de cendre.
Ah ! la poudre des saules qu’une aile secoue !
Les roses des roseaux dès longtemps dévorées !
Mon canot, toujours fixe ; et sa chaîne tirée
au fond de cet œil d’eau sans bords, — à quelle boue ?
Arthur Rimbaud, Derniers vers

sandipoete, Silverfox199, Surfeur1111 et Eric 94 aiment ce message

Revenir en haut Aller en bas
http://chezchrispoesie68.centerblog.net/
Surfeur1111
Administrateur
Administrateur
Surfeur1111

Poète émérite
Nombre de sujets
Poète accompli
Durée d'inscription
Meilleur rédacteur
Rédacteur ayant posé plus de 1000 messages

Masculin
Cancer Serpent
Nombre de messages : 1066
Age : 68
Localisation : Ile de France et Normandie
Date d'inscription : 29/03/2016

Mémoires de John Rambo Empty
MessageSujet: Re: Mémoires de John Rambo   Mémoires de John Rambo EmptyVen 25 Fév 2022 - 5:43

Bonjour Chris,

Pour ma part, j'ai lu un poème, une histoire qui n'appartient qu'à son auteur 
et que je n'ai pas reliée au poème de Rimbaud.
J'ai pensé, par moments, à Rambo 2: La mission
Merci pour cet agréable partage

La paix

Textes protégés par © Copyright N° 79Z516A
Surfeur
Revenir en haut Aller en bas
sandipoete
Fondateur
Fondateur
sandipoete

Poète émérite
Nombre de sujets
Meilleur rédacteur
Rédacteur ayant posé plus de 1000 messages
Poète accompli
Durée d'inscription

Masculin
Lion Dragon
Nombre de messages : 9179
Age : 69
Localisation : Bousies, dans le Nord !
Date d'inscription : 05/04/2005

Mémoires de John Rambo Empty
MessageSujet: Re: Mémoires de John Rambo   Mémoires de John Rambo EmptyDim 27 Fév 2022 - 9:54

À parler de façon sèchement rhétorique, Mémoire est une longue et ingénieuse métaphore filée. Le texte décrit, sur le mode de la personnification, les aspects successifs d'une rivière, du matin au soir. Les métamorphoses de l'eau selon les variations de la lumière, l'arrivée du soleil puis son départ, fournissent au poète un vocabulaire symbolique pour raconter l'union et la séparation d'un couple.
Bien sûr qu'on ne retrouve pas cet état d'esprit dans ton poème mais le travail réalisé est appréciable.

Textes protégés par © Copyright N° 79Z516A
*****************************************
Gérard SANDIFORT, alias Sandipoete
Mémoires de John Rambo Vieux-10La seule arme que je tolère, c'est la plume !...
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/view/sandipoete/home
 
Mémoires de John Rambo
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mémoires!
» Citation de Saint-John Perse
» Mémoires courtes
» MAGEE John Gillespie - High Flight / Haut Vol
»  le parfum des mémoires écrit le 23 juin 2014

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum poétique :: LES POÉSIES :: Vos Nouveaux Poèmes-
Sauter vers: