Forum poétique
Si toi aussi, tu entends souvent ton cœur parler à ta plume, viens déposer tes escarpins dans l'empreinte de nos pas.
Tu pourras alors alimenter cette rivière afin qu'elle devienne un fleuve prolifique de douceurs où tous, nous venons à notre tour, pour y tremper notre plume féconde.
Et cet affluent de pensées innombrables finit sa course magnifique dans un océan de lumières.
J'aime cet idée de partage.
Elle devrait régir le monde sans aucune faille.
Pour que nous regardions tous dans la même direction.
C'est pour cette raison que nous aimons tant la poésie... Et les poètes !...
Gérard SANDIFORT alias Sandipoete
Forum poétique
Si toi aussi, tu entends souvent ton cœur parler à ta plume, viens déposer tes escarpins dans l'empreinte de nos pas.
Tu pourras alors alimenter cette rivière afin qu'elle devienne un fleuve prolifique de douceurs où tous, nous venons à notre tour, pour y tremper notre plume féconde.
Et cet affluent de pensées innombrables finit sa course magnifique dans un océan de lumières.
J'aime cet idée de partage.
Elle devrait régir le monde sans aucune faille.
Pour que nous regardions tous dans la même direction.
C'est pour cette raison que nous aimons tant la poésie... Et les poètes !...
Gérard SANDIFORT alias Sandipoete
Forum poétique
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


UN ENDROIT QUI RESPIRE LE BIEN ÉCRIRE ET L'AMITIÉ
 
Vitrine du SiteFaire lire sa poésie sur FacebookAccueilRechercherS'enregistrerComment écrire de la poésie ?Connexion

 

 Ph'nglui mglw'nafh Cthulhu R'lyeh wgah'nagl fhtagn

Aller en bas 
AuteurMessage
Surfeur1111
Modérateur
Modérateur
Surfeur1111

Masculin
Cancer Chien
Nombre de messages : 921
Age : 63
Localisation : Ile de France et Normandie
Date d'inscription : 29/03/2016

Ph'nglui mglw'nafh Cthulhu R'lyeh wgah'nagl fhtagn Empty
MessageSujet: Ph'nglui mglw'nafh Cthulhu R'lyeh wgah'nagl fhtagn   Ph'nglui mglw'nafh Cthulhu R'lyeh wgah'nagl fhtagn Icon_minitimeMer 15 Sep 2021 - 13:23

Poème un peu étrange qui interpellera (peut-être) les fans de Lovecraft et d'August Derleth dont je fais partie.


Ph'nglui mglw'nafh Cthulhu R'lyeh wgah'nagl fhtagn
(Sur la piste d'Abdul al-Hazred)
@ Angie Blue

A la lecture de l'entrefilet, l'angoisse
Serra ses doigts de glace et prenant ses quartiers
Dans les méandres de l'esprit se fit tenace,
M'entraînant dans la peur sur un sombre sentier ;
De nombreux sahraouis quittaient leur résidence,
Délaissaient Tarfaya poussés par un danger
Qui pouvait, je le sais, changer leur existence ;
Inquiet, je posais « Le journal de Tanger ».
Ils avaient préféré aux folles visions,
Aux longs gémissements, les routes de l'exode ;
Un nouvel univers aux sombres déraisons
Se profilait avec son terrifiant code,


Les visages traqués, vers la voûte des cieux
Se tournaient implorants pour raconter l'horrible
Au monde bienveillant de tous les Anciens Dieux,
Tentaient par le regard d'exprimer l'indicible ;
Un sentiment laissant le cœur endolori
S'invitait face à ces tristes photographies,
L'article reprenait une sorte de cri,
De grottes près de l'eau couvertes de graphies...
Tous décrivaient un air, un hurlement étrange
Où l'on psalmodiait« riley » et «cthulhu»
Mais aussi d'autres mots chuchotés en louange,
Chaos mystérieux de tout langage exclu,


Le froid me parcourut ; je stoppais ma lecture,
Du regard je cherchais un livre de chevet,
Ouvrage curieux emmêlant l'aventure
Rêves et cauchemars, adorants dépravés...
Sur mon pauvre parcours, sur mon chemin d'épines,
Poussé par un destin noir vers mon Rubicon,
Je le franchis un jour de maussades bruines
Et pour mon grand malheur, « Le Nécronomicon »
Acquis au fond d'un souk distilla sa folie
Dans mes nuits sans sommeil car les événements
Décrits par Lovecraft bousculèrent ma vie
Aussi soudainement qu'inexplicablement,


Bien des songes maudits s'invitèrent sans cesse,
« Le Nécronomicon », fruit d'un arabe fou
Distillait son poison tel le cobra qui blesse,
« Mes étoiles au ciel » sans aucun « doux frou-frou »
Clignotaient faiblement et seule Bételgeuse
D'Orion en éthers mauves teintés de sang
Paraissait me lancer une étincelle affreuse,
Je l'observais pris dans un étau malfaisant ;
Ce manuscrit que me proposa un berbère
Au sourire cruel se trouvait attesté
Dans sa véracité par toutes ces prières
Que je connaissais trop pour leur étrangeté,


Les témoins du grand sud marocain dans leur fuite,
Ceux qui laissaient l'horreur en livrant aux journaux
Ces lourds halètements, ces plaintes insolites,
Savaient qu'une Entité dort tout au fond des eaux,
Ils décrivaient aussi la falaise rongée
Par l'incessant ressac où de nombreux tunnels
Protégeaient un ballet de masses dévoyées
Et verts reptiliens priant sur leurs autels
Auxquels un grondement faisait parfois réponse,
Et ce peuple aquatique en transe d'invoquer
Le retour de Celui qui jamais ne renonce,
Rêve et son heure attend dans son antre embusqué ;


Je ne saurai jamais comment la litanie
« Ph'nglui mglw'nafh Cthulhu R'lyeh wgah'nagl fhtagn » imprégna
Ce Abdul al-Hazred. Quelle cosmogonie
Revendiquait ses droits ? Bien avant qui régna ?
Voilà traduction de cette folle phrase :
« Dans R'lyeh, le défunt Cthulhu séjourne en rêvant »,
Un Kraken monstrueux dans son logis de vase
Inspire les humains en créant des servants,
Oh grimoire maudit ! Oh maudite écriture !
Pour repousser le sort, que ne t'ai-je brûlé !
Car j'entends quelquefois cet ignoble murmure
Qui glace et envahit puis l'esprit ébranlé...

.S'agenouille ou s'enfuit ; les habitants des sables
Au cœur pur ont choisi l'exil vers Agadir,
Et moi, pauvre pantin, pris par l'impitoyable
Charme des Grands Anciens je me sens dépérir,
Je griffonne ces vers avant que la démence
Plante son noir drapeau sur mon front tourmenté,
L'abominable appel sans aucune décence,
Tel l'ouragan vainqueur ayant tout dévasté,
Impose furieux ses froides certitudes,
Aucune cathédrale église ou zawiya
Ne pourra m'accorder quelque mansuétude,
N'ouvrira son portail...Je pars pour Tarfaya.


Textes protégés par © Copyright N° 79Z516A
Surfeur

Eric 94 aime ce message

Revenir en haut Aller en bas
 
Ph'nglui mglw'nafh Cthulhu R'lyeh wgah'nagl fhtagn
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum poétique :: LES POÉSIES :: Les Poèmes avec contraintes métriques-
Sauter vers: