Forum poétique
Si toi aussi, tu entends souvent ton cœur parler à ta plume, viens déposer tes escarpins dans l'empreinte de nos pas.
Tu pourras alors alimenter cette rivière afin qu'elle devienne un fleuve prolifique de douceurs où tous, nous venons à notre tour, pour y tremper notre plume féconde.
Et cet affluent de pensées innombrables finit sa course magnifique dans un océan de lumières.
J'aime cet idée de partage.
Elle devrait régir le monde sans aucune faille.
Pour que nous regardions tous dans la même direction.
C'est pour cette raison que nous aimons tant la poésie... Et les poètes !...
Gérard SANDIFORT alias Sandipoete


UN ENDROIT QUI RESPIRE LE BIEN ÉCRIRE ET L'AMITIÉ
 
Vitrine du SiteFaire lire sa poésie sur FacebookAccueilRechercherS'enregistrerComment écrire de la poésie ?Connexion
Partagez
 

 Dialogue complice avec Boileau.

Aller en bas 
AuteurMessage
ELYSELLA
Plume de Corail
Plume de Corail
ELYSELLA

Féminin
Taureau Chat
Nombre de messages : 161
Age : 80
Localisation : ALSACE
Date d'inscription : 23/10/2015

Dialogue complice avec Boileau. Empty
MessageSujet: Dialogue complice avec Boileau.   Dialogue complice avec Boileau. Icon_minitimeLun 2 Déc 2019 - 17:30

Rien n'est beau que le vrai
Complicité avec Nicolas Boileau
Rien n'est beau que le vrai...

Boileau, recevant un jeune poète
... Rien n'est beau que le vrai : le vrai seul est aimable ;
Il doit régner partout, et même dans la fable :
De toute fiction l'adroite fausseté
Ne tend qu'à faire aux yeux briller la vérité.

( Claire )Le petit poète, ému devant le Maître :`
Maître je vous le dis, la vérité honore
Le récit inventé car l'on y met de soi
Dr ce qu'on a connu ou pensé quelquefois
Avec la passion nous menant à l'aurore,
La plume dans la main, épuisé, mais heureux.

Boileau lui souriant un peu condescendant :
Sais-tu pourquoi mes vers sont lus dans les provinces,
Sont recherchés du peuple, et reçus chez les princes ?
Ce n'est pas que leurs sons, agréables, nombreux,
Soient toujours à l'oreille également heureux ;

Le petit poète s'enhardissant :
Je vous lis tous les soirs, épuisant la chandelle
Mais je ne peux penser un jour vous égaler
Ne suis qu un besogneux des mots et pis-aller
Et j'oublie souvent la loi pourtant réelle
De la poésie en sa rigueur éternelle
Qui m'entraîne à braver malgré moi la censure...

Boileau à la poursuite de son idée....
Qu'en plus d'un lieu le sens n'y gêne la mesure,
Et qu'un mot quelquefois n'y brave la césure :
Mais c'est qu'en eux le vrai, du mensonge vainqueur,
Partout se montre aux yeux et va saisir le coeur ;

Petit poète l'interrompant.
L'on a beau le savoir, mais jamais l'en n'échappe
Au dépit d'être lu, mais pourtant incompris
Par des poètes qui ont sur tout un parti pris
Et vous écrive alors un pamphlet qui vous frappe
Et vous pique le cœur, par leur diatribe injuste ;
Mais continuez donc, je suis un malappris....

Boileau continue à distribuer ses conseils.
Que le bien et le mal y sont prisés au juste ;
Que jamais un faquin n'y tint un rang auguste ;
Et que mon coeur, toujours conduisant mon esprit,
Ne dit rien aux lecteurs qu'à soi-même il n'ait dit.
Ma pensée au grand jour partout s'offre et s'expose,
Et mon vers, bien ou mal, dit toujours quelque chose...

Ravi d'avoir été écouté par le Maître le peti tpoète prend congé
Je retourne chez moi, et suivre vos conseils
Puis écouter encor ce que me dit ma muse
Mais qu'importe après tout et que mon regard s'use
Sur des pages noircies lors de nuits sans sommeil.
Revenir en haut Aller en bas
 
Dialogue complice avec Boileau.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dialogue de sourd avec le Frankfurt
» Stickers géant avec Illustrator
» Différents objectifs avec ou sans MCON-40
» [AIDE] controler la musique avec un casque blutooth
» Avec mes excuses

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum poétique :: LES POÉSIES :: Les Poèmes avec contraintes métriques-
Sauter vers: