Forum poétique
Si toi aussi, tu entends souvent ton cœur parler à ta plume, viens déposer tes escarpins dans l'empreinte de nos pas.
Tu pourras alors alimenter cette rivière afin qu'elle devienne un fleuve prolifique de douceurs où tous, nous venons à notre tour, pour y tremper notre plume féconde.
Et cet affluent de pensées innombrables finit sa course magnifique dans un océan de lumières.
J'aime cet idée de partage.
Elle devrait régir le monde sans aucune faille.
Pour que nous regardions tous dans la même direction.
C'est pour cette raison que nous aimons tant la poésie... Et les poètes !...
Gérard SANDIFORT alias Sandipoete


Un endroit qui respire le bien écrire et l'amitié
 
Vitrine du SiteFaire lire sa poésie sur FacebookAccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerComment écrire de la poésie ?Connexion

Partagez
 

 Trèfle

Aller en bas 
AuteurMessage
Michel 48
Modérateur
Modérateur
Michel 48

Masculin
Taureau Dragon
Nombre de messages : 655
Age : 67
Date d'inscription : 12/01/2009

Trèfle Empty
MessageSujet: Trèfle   Trèfle Icon_minitimeLun 3 Juin 2019 - 22:12

Qui dira la détresse du trèfle à 4 feuilles ?


Je suis né pour vivre les saisons, me repaître de soleil, et frémir au souffle du vent. Mais quoi ? Quelque hasard génétique m'a fait pair parmi mes impairs, faux frère, branche indigne d'un arbre généalogique ? Et je vis caché, inconnu, si souvent honteux de ma tare, improbable avatar.
Car les miens me boudent et m'excluent de leur compagnie, tout enjoués qu'ils sont de leurs rondes trifoliaires.


Comment tourner en rond quand on est au carré ? Comment m'aimer moi, tout simplement, lorsque ce membre surnuméraire vient se greffer comme un moignon, difforme, toujours chétif, et rompant le magnifique ordre ternaire. Si au moins j'étais né carré, d'une belle croix de diagonales, complet, certain, assis dans l'accompli. Tiré à quatre épingles. Hélas, ce foliole difforme m'obsède, je ne sais à quel usage le vouer. Je l'eusse accepté bossu, crochu si du moins il se fût montré coopératif, actif, savant qui sait. Je l'eusse aimé d'une autre couleur, artiste, voyez-vous, avec des zébrures, ou des nuances tirant sur le jaune, ou mieux, l'orangé. N'ai-je pas un cousin que l'on baptise incarnat ? Allons, fierté mal placée, il n'a d'incarnat que sa fleur.


Je cherche un avantage à ma singularité, qui me conférerait une supériorité génétique jusqu'à ce jour ignorée, allant jusqu'à supposer que ma quasi claudication pourrait un jour sauver mon espèce menacée, une mutation dont l'histoire attesterait bientôt le bénéfice inestimable. Je me vois carré d'as entre les mains d'un joueur de poker, as de trèfle bien sûr. Je me vois cardinal, affairé à chacun de ses points, vénéré, toqué de violine. Mousquetaire, en implacable d'Artagnan, je m'invente de fabuleuses épopées ; je m'ébroue, je caracole, je suis, excusez du peu, les quatre Fils Aymon, les quatre Cavaliers de l'Apocalypse, les quatre Évangélistes. Je viens en rédempteur du monde. Je suppute, je pèse, je file, je peaufine, j'examine, et que me reste-t-il ? Comme si du sable coulait entre mes doigts ouverts, de mes divagations je ne retiens que poussière


Si... si cette feuille non conventionnelle était née plume ? Je rencontre parfois des poètes, les seuls qui m'accordent quelque attention, parce que mon irrégularité soudain les arrache à leur rêve, et parce que seul le rêveur me trouve. Pourtant, jamais poète n'a daigné me consacrer le moindre vers. Alors, plume, je saurais m'en servir, et je conterais tout ce que mon triste sort engendre de philosophie dans ma cervelle de papilionacée. Parce que la différence rend humble et sage, mais non pas soumis, ni effacé, je veux crier cette parole que nul n'entend.


On me dit porteur de bonheur. Mais qu'en savent-ils du bonheur ceux qui me piétinent ? Dans la majeure partie des cas, je finirai brouté et digéré, magma verdâtre dans la panse d'un ruminant. Quelques rares fois j'aurai le suprême destin de me dessécher dans les pages d'un livre, ou punaisé tel un coléoptère. O joie !
Pourtant, il existe une chance infinitésimale... aussi improbable que l'est la coquille sénestre chez l'escargot. Être cueilli avec amour, recueilli plutôt, pour être enrubanné, parfumé, collé sur une lettre que l'amoureux envoie à sa belle, toute de studieuse calligraphie en anglaises, et que l'aimée conservera pieusement jusqu'aux jours de ses vieux jours où, saisie de frémissements, elle sortira d'une malle pour les caresser d'une main rêveuse ces missives du temps de son insouciance.


Ah, oui, qui dira ma détresse ?

Textes protégés par © Copyright N° 79Z516A
Au clin d'oeil je suis enclin
Le déclin, je décline
Revenir en haut Aller en bas
http://www.poete.org/MichelB/
78Anita
Plume d'Argent
Plume d'Argent
78Anita

Féminin
Cancer Cochon
Nombre de messages : 649
Age : 59
Localisation : Pays de la Loire , Sarthe 72
Date d'inscription : 07/01/2017

Trèfle Empty
MessageSujet: Re: Trèfle   Trèfle Icon_minitimeMar 4 Juin 2019 - 23:36

Bravo Beau délire et si bien exprimé 

Esprit comique très inspiré 

Bravo 

Très plaisant à lire 

Merci 
Revenir en haut Aller en bas
http://styloplume.wixsite.com/modefemmelaine
Michel 48
Modérateur
Modérateur
Michel 48

Masculin
Taureau Dragon
Nombre de messages : 655
Age : 67
Date d'inscription : 12/01/2009

Trèfle Empty
MessageSujet: Re: Trèfle   Trèfle Icon_minitimeMer 5 Juin 2019 - 11:42

Merci de ta lecture Anita. Je pensais que ce forum dormait un peu, preuve que non. Comment vas tu?

Textes protégés par © Copyright N° 79Z516A
Au clin d'oeil je suis enclin
Le déclin, je décline
Revenir en haut Aller en bas
http://www.poete.org/MichelB/
78Anita
Plume d'Argent
Plume d'Argent
78Anita

Féminin
Cancer Cochon
Nombre de messages : 649
Age : 59
Localisation : Pays de la Loire , Sarthe 72
Date d'inscription : 07/01/2017

Trèfle Empty
MessageSujet: Re: Trèfle   Trèfle Icon_minitimeMer 5 Juin 2019 - 12:07

Merci pour ta réponse 
Bonjour Michel 

Difficile les réactions 
J'ose malgré parfois un grand vide manifeste 
Qu'il est donc facile de penser ou de  déduire 
qu'il faut être bien téméraire 
ou bien un peu fou , irresponsable que d'oser écrire ?
Ou sommes nous simplement courageux d'oser ?

Il faut pourtant bien vivre , et , ou trouver encore à rire 
Même si ce n'est pas tous les jours faciles !

Mais justement , comment ne pas se reconnaitre dans l'autre
pour partager , voir alléger tout naturellement 
 un moment !

Communiquer , dialoguer , devient très compliqué 
Donc est méritoire d'essayer !

:tournesol 


Il pleut dehors , il le faut bien , le beau temps arrivera !

.
Revenir en haut Aller en bas
http://styloplume.wixsite.com/modefemmelaine
Contenu sponsorisé




Trèfle Empty
MessageSujet: Re: Trèfle   Trèfle Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Trèfle
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum poétique :: LES LITTÉRATURES :: Vos Récits :: Nouvelles-
Sauter vers: