Forum poétique
Si toi aussi, tu entends souvent ton cœur parler à ta plume, viens déposer tes escarpins dans l'empreinte de nos pas.
Tu pourras alors alimenter cette rivière afin qu'elle devienne un fleuve prolifique de douceurs où tous, nous venons à notre tour, pour y tremper notre plume féconde.
Et cet affluent de pensées innombrables finit sa course magnifique dans un océan de lumières.
J'aime cet idée de partage.
Elle devrait régir le monde sans aucune faille.
Pour que nous regardions tous dans la même direction.
C'est pour cette raison que nous aimons tant la poésie... Et les poètes !...
Gérard SANDIFORT alias Sandipoete


Un endroit qui respire le bien écrire et l'amitié
 
Vitrine du SiteFaire lire sa poésie sur FacebookAccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerComment écrire de la poésie ?Connexion

Partagez
 

 Sylvianne et la mort I

Aller en bas 
AuteurMessage
Caleb Hintermann
Grimoirien
Grimoirien
Caleb Hintermann

Masculin
Capricorne Chat
Nombre de messages : 91
Age : 43
Localisation : Alès
Date d'inscription : 03/08/2015

Sylvianne et la mort I Empty
MessageSujet: Sylvianne et la mort I   Sylvianne et la mort I Icon_minitimeMer 20 Fév 2019 - 4:01

Sylvianne et la mort I


Le réveil en alu sonna dans le silence,
Sylvianne se leva et sitôt se couvrit.
Le matin était frais et c'était là prudence
Que de se vêtir chaud au sortir de son lit.


Sa tasse de café tiédissant sur l'évier,
Elle alla se chausser de bottines en peaux
Et doubla son corsage de l'épais tablier
Aux deux poches remplies de fils et de ciseaux.


Sylvianne descendit l'allée aux pierres franches,
Ravinée et glissante par l'orage du soir ;
Au milieu du jardin ciselé de pervenches,
Elle admira sans fin son large dahlia noir.


Elle trancha alors avec sa lame fine
La bogue de stramoine qui épuisait le plant.
Sylvianne serra fort ce fruit couleur d'épine,
Avant de le jeter sur le mur en ciment.


Tout en bas de l'allée Sylvianne s'accroupit,
Au milieu des pourpiers mouillés et scintillants :
Ludovic les aimait mais pour loin qu’il partît,
Elle en garnit sans hâte un petit linge blanc.


Elle s'allongea là sur les pourpiers humides
Écartant ses deux bras pour sentir la fraîcheur :
Ludovic lui revint dans ses prunelles vides
Alors que tout son dos baignait dans la froideur.

Textes protégés par © Copyright N° 79Z516A
Qu'est-ce que la poésie ? Une pensée dans une image. (Goethe)

Sommaire Grimoire
Revenir en haut Aller en bas
 
Sylvianne et la mort I
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Undertaker serait mort !!!!
» Dieu de la mort : 03/2008
» Bière : La Mort Subite
» tete de mort
» "Michael Jackson" est mort...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum poétique :: LES GRIMOIRES :: Vos poèmes classés en grimoires :: Caleb Hintermann-
Sauter vers: