Forum poétique
Si toi aussi, tu entends souvent ton cœur parler à ta plume, viens déposer tes escarpins dans l'empreinte de nos pas.
Tu pourras alors alimenter cette rivière afin qu'elle devienne un fleuve prolifique de douceurs où tous, nous venons à notre tour, pour y tremper notre plume féconde.
Et cet affluent de pensées innombrables finit sa course magnifique dans un océan de lumières.
J'aime cet idée de partage.
Elle devrait régir le monde sans aucune faille.
Pour que nous regardions tous dans la même direction.
C'est pour cette raison que nous aimons tant la poésie... Et les poètes !...
Gérard SANDIFORT alias Sandipoete
Forum poétique
Si toi aussi, tu entends souvent ton cœur parler à ta plume, viens déposer tes escarpins dans l'empreinte de nos pas.
Tu pourras alors alimenter cette rivière afin qu'elle devienne un fleuve prolifique de douceurs où tous, nous venons à notre tour, pour y tremper notre plume féconde.
Et cet affluent de pensées innombrables finit sa course magnifique dans un océan de lumières.
J'aime cet idée de partage.
Elle devrait régir le monde sans aucune faille.
Pour que nous regardions tous dans la même direction.
C'est pour cette raison que nous aimons tant la poésie... Et les poètes !...
Gérard SANDIFORT alias Sandipoete
Forum poétique
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


UN ENDROIT QUI RESPIRE LE BIEN ÉCRIRE ET L'AMITIÉ
 
Vitrine du SiteFaire lire sa poésie sur FacebookAccueilRechercherS'enregistrerComment écrire de la poésie ?Connexion
 

 Fin d’après-midi au Liban

Aller en bas 
2 participants
AuteurMessage
ventpre
Grimoirien
Grimoirien
ventpre

Poète émérite
Nombre de sujets
Poète accompli
Durée d'inscription

Masculin
Taureau Coq
Nombre de messages : 956
Age : 77
Localisation : Saintes. France
Date d'inscription : 17/11/2015

Fin d’après-midi au Liban Empty
MessageSujet: Fin d’après-midi au Liban   Fin d’après-midi au Liban EmptyMar 17 Nov 2015 - 16:06

« Fin d’après-midi au Liban »

 

 

 

 

 

 

 

 

Un éclat de soleil par la fenêtre ouverte

Jette sur le piano des accords meurtriers.

 

Une femme joue doucement une gavote ancienne

Le regard tout au loin, une main à l’archet…

 

Un éclat de soleil a jeté dans la pièce

Quelques cris étouffés ;

Un râle d’agonie s’est soudain détaché

D’une partition ouverte

Et c’est à cet endroit que l’ombre s’est penchée.

 

La femme ne joue plus, la main s’est arrêtée.

L’archet gît à ses pieds, toute crinière au vent.

L’immeuble est éventré et l’on entend les balles

Ricocher sur les murs leurs cris ensanglantés.

 

Un éclat de douleur dans le soleil couchant

Recouvre d’un linceul ces pierres éboulées.

 

 

          Que la musique est douce en ces fins de journée

          Dans Beyrouth le soir, quand quelqu’un sait en jouer.

 

 

 



 

« Fin d’après-midi au Liban »



 



 



 



 



 



 



 



 



Un éclat de soleil par la fenêtre ouverte



Jette sur le piano des accords meurtriers.



 



Une femme joue doucement une gavote ancienne



Le regard tout au loin, une main à l’archet…



 



Un éclat de soleil a jeté dans la pièce



Quelques cris étouffés ;



Un râle d’agonie s’est soudain détaché



D’une partition ouverte



Et c’est à cet endroit que l’ombre s’est penchée.



 



La femme ne joue plus, la main s’est arrêtée.



L’archet gît à ses pieds, toute crinière au vent.



L’immeuble est éventré et l’on entend les balles



Ricocher sur les murs leurs cris ensanglantés.



 



Un éclat de douleur dans le soleil couchant



Recouvre d’un linceul ces pierres éboulées.



 



 



          Que la musique est douce en ces fins de journée



          Dans Beyrouth le soir, quand quelqu’un sait en jouer.



 



 





 

« Fin d’après-midi au Liban »



 



 



 



 



 



 



 



 



Un éclat de soleil par la fenêtre ouverte



Jette sur le piano des accords meurtriers.



 



Une femme joue doucement une gavote ancienne



Le regard tout au loin, une main à l’archet…



 



Un éclat de soleil a jeté dans la pièce



Quelques cris étouffés ;



Un râle d’agonie s’est soudain détaché



D’une partition ouverte



Et c’est à cet endroit que l’ombre s’est penchée.



 



La femme ne joue plus, la main s’est arrêtée.



L’archet gît à ses pieds, toute crinière au vent.



L’immeuble est éventré et l’on entend les balles



Ricocher sur les murs leurs cris ensanglantés.



 



Un éclat de douleur dans le soleil couchant



Recouvre d’un linceul ces pierres éboulées.



 



 



          Que la musique est douce en ces fins de journée



          Dans Beyrouth le soir, quand quelqu’un sait en jouer.

Textes protégés par © Copyright N° 79Z516A
SOMMAIRE DU GRIMOIRE DE VENTPRE
Ventpré
Revenir en haut Aller en bas
Goebel Jeannie 1946-2017
Modérateur
Modérateur
Goebel Jeannie 1946-2017

Poète émérite
Nombre de sujets
Meilleur rédacteur
Rédacteur ayant posé plus de 1000 messages
Poète accompli
Durée d'inscription

Féminin
Nombre de messages : 2107
Localisation : Perpignan
Date d'inscription : 06/03/2015

Fin d’après-midi au Liban Empty
MessageSujet: Re: Fin d’après-midi au Liban   Fin d’après-midi au Liban EmptyJeu 26 Nov 2015 - 0:05

Bonsoir ventpre,

La sérénité de la musique, l'éclat du soleil, tout pour une belle douceur de vie, et tout est sinistrement effacé dans "un éclat de douleur" par la folie des hommes.

Amitiés
Jeannie.

Textes protégés par © Copyright N° 79Z516A
Goebel Jeannie 1946 - 2017
Revenir en haut Aller en bas
 
Fin d’après-midi au Liban
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un après -midi au muses
» les longues aprés-midi
» deux fous l'après-midi
» Un certain après-midi Sur les monts et collines de l'AURès
» Après-midi poétique du 21.11.2009 (par Antigone)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum poétique :: LES GRIMOIRES :: Vos poèmes classés en grimoires :: ventpre-
Sauter vers: