Forum poétique
Si toi aussi, tu entends souvent ton cœur parler à ta plume, viens déposer tes escarpins dans l'empreinte de nos pas.
Tu pourras alors alimenter cette rivière afin qu'elle devienne un fleuve prolifique de douceurs où tous, nous venons à notre tour, pour y tremper notre plume féconde.
Et cet affluent de pensées innombrables finit sa course magnifique dans un océan de lumières.
J'aime cet idée de partage.
Elle devrait régir le monde sans aucune faille.
Pour que nous regardions tous dans la même direction.
C'est pour cette raison que nous aimons tant la poésie... Et les poètes !...
Gérard SANDIFORT alias Sandipoete
Forum poétique
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


UN ENDROIT QUI RESPIRE LE BIEN ÉCRIRE ET L'AMITIÉ
 
Vitrine du SiteFaire lire sa poésie sur FacebookAccueilRechercherS'enregistrerComment écrire de la poésie ?Connexion
Le Deal du moment : -33%
Ventilateur ROWENTA VU5640 TURBO SILENCE EXTRÊME
Voir le deal
67 €
-63%
Le deal à ne pas rater :
-100€ sur les baskets Nike Air max 270 React
59.35 € 159.99 €
Voir le deal

 

 La poesía es un arma cargada de futuro - Gabriel Celaya

Aller en bas 
AuteurMessage
LKazan
Grimoirien
Grimoirien
LKazan

Masculin
Lion Serpent
Nombre de messages : 280
Age : 78
Localisation : Bruges
Date d'inscription : 19/10/2014

La poesía es un arma cargada de futuro - Gabriel Celaya Empty
MessageSujet: La poesía es un arma cargada de futuro - Gabriel Celaya   La poesía es un arma cargada de futuro - Gabriel Celaya Icon_minitimeDim 29 Mar 2015 - 17:08

Gabriel Celaya (1911-1991)

Interprété par Paco Ibañez :





La poesía es un arma cargada de futuro


Cuando ya nada se espera personalmente exaltante,
más se palpita y se sigue más acá de la conciencia,
fieramente existiendo, ciegamente afirmando,
como un pulso que golpea las tinieblas,

cuando se miran de frente
los vertiginosos ojos claros de la muerte,
se dicen las verdades:
las bárbaras, terribles, amorosas crueldades.

Se dicen los poemas
que ensanchan los pulmones de cuantos, asfixiados,
piden ser, piden ritmo,
piden ley para aquello que sienten excesivo.

Con la velocidad del instinto,
con el rayo del prodigio,
como mágica evidencia, lo real se nos convierte
en lo idéntico a sí mismo.

Poesía para el pobre, poesía necesaria
como el pan de cada día,
como el aire que exigimos trece veces por minuto,
para ser y en tanto somos dar un sí que glorifica.

Porque vivimos a golpes, porque apenas si nos dejan
decir que somos quien somos,
nuestros cantares no pueden ser sin pecado un adorno.
Estamos tocando el fondo.

Maldigo la poesía concebida como un lujo
cultural por los neutrales
que, lavándose las manos, se desentienden y evaden.
Maldigo la poesía de quien no toma partido hasta mancharse.

Hago mías las faltas. Siento en mí a cuantos sufren
y canto respirando.
Canto, y canto, y cantando más allá de mis penas
personales, me ensancho.

Quisiera daros vida, provocar nuevos actos,
y calculo por eso con técnica qué puedo.
Me siento un ingeniero del verso y un obrero
que trabaja con otros a España en sus aceros.

Tal es mi poesía: poesía-herramienta
a la vez que latido de lo unánime y ciego.
Tal es, arma cargada de futuro expansivo
con que te apunto al pecho.

No es una poesía gota a gota pensada.
No es un bello producto. No es un fruto perfecto.
Es algo como el aire que todos respiramos
y es el canto que espacia cuanto dentro llevamos.

Son palabras que todos repetimos sintiendo
como nuestras, y vuelan. Son más que lo mentado.
Son lo más necesario: lo que no tiene nombre.
Son gritos en el cielo, y en la tierra son actos.

(Gabriel Celaya, Cantos iberos)


La poésie est une arme chargée d'avenir

Quand sur le plan personnel on n'attend plus rien d'exaltant,
mais que plus on palpite et que plus on dépasse les limites du conscient,
on continue sauvagement d'exister, aveuglément d'affirmer,
comme un pouls qui martèle les ténèbres,

quand on regarde en face
les yeux clairs vertigineux de la mort,
on dit des vérités :
les barbares, les terribles, les tendres cruautés.

On dit les poèmes
qui enflent les poumons de ceux qui, asphyxiés,
demandent à exister, demandent du rythme,
demandent des lois pour juguler les débordements.

Avec la rapidité de l'instinct,
avec l'éclair du prodige,
comme une magique évidence, le réel se change pour nous
en l'identique à soi-même.

Poésie pour le pauvre, poésie nécessaire
comme le pain quotidien,
comme l'air que nous exigeons treize fois par minute,
pour exister et autant que nous sommes marquer un acquiescement qui glorifie.

Parce que nous vivons sous les coups, parce que c'est à peine s'ils nous permettent
de nous dire tels que nous sommes,
nos chants ne peuvent être sans péché, un ornement,
c'est pourquoi nous touchons le fond.

Je maudis la poésie conçue comme un luxe
culturel pour les indifférents
qui, se lavant les mains, se désengagent et s'évadent.
Je maudis la poésie de celui qui ne prend pas parti jusqu'à en être souillé.

Je fais miennes les erreurs. Je sens en moi tous ceux qui souffrent
et je chante comme je respire.
Je chante, je chante, et en dépassant mes propres peines,
je me grandis.

J'aimerais vous rendre vie, stimuler de nouveaux actes,
et j'utilise à cette fin la technique à ma portée.
Je me sens un ingénieur du vers et un ouvrier
qui avec d'autres sert l'Espagne de l'acier.

Telle est ma poésie : une poésie-instrument
à la fois expression de l'unanime et de l'aveuglement.
Telle est-elle, une arme chargée d'avenir exponentiel
qui te vise au cœur.

Ce n'est pas une poésie distillée goutte à goutte.
Ce n'est pas un beau produit. Ce n'est pas un fruit parfait.
C'est semblable à l'air que tous nous respirons
et c'est le chant qui donne de l'ampleur à ce que nous portons en nous.

Ce sont des mots que tous nous nous approprions
et ils parcourent les espaces. Ils en disent plus que ce qu'ils mentionnent.
Ils sont l'indispensable : ce qui n'a pas de nom.
Ce sont des cris lancés vers le ciel, et sur terre ce sont des actes.

(Traduction personnelle)

Textes protégés par © Copyright N° 79Z516A
L.Kazan ** La poesía es un arma cargada de futuro - Gabriel Celaya Grimoi10


Dernière édition par LKazan le Mar 16 Aoû 2016 - 1:34, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Roger Massé
Modérateur
Modérateur
Roger Massé

Masculin
Lion Chèvre
Nombre de messages : 2546
Age : 88
Localisation : Nantes
Date d'inscription : 07/08/2006

La poesía es un arma cargada de futuro - Gabriel Celaya Empty
MessageSujet: Re: La poesía es un arma cargada de futuro - Gabriel Celaya   La poesía es un arma cargada de futuro - Gabriel Celaya Icon_minitimeDim 29 Mar 2015 - 20:11

Quelle merveilleuse définition de la poésie :  "une arme chargée d'avenir" . Merci, Lucien de nous avoir traduit cette œuvre !
Amitiés
Roger

Textes protégés par © Copyright N° 79Z516A
Roger MASSÉ
La poesía es un arma cargada de futuro - Gabriel Celaya Grimoi10
Revenir en haut Aller en bas
Goebel Jeannie 1946-2017
Modérateur
Modérateur
Goebel Jeannie 1946-2017

Féminin
Nombre de messages : 2108
Localisation : Perpignan
Date d'inscription : 06/03/2015

La poesía es un arma cargada de futuro - Gabriel Celaya Empty
MessageSujet: Re: La poesía es un arma cargada de futuro - Gabriel Celaya   La poesía es un arma cargada de futuro - Gabriel Celaya Icon_minitimeMer 8 Avr 2015 - 18:17

Bonjour Lucien,

"Es el canto que espacia cuanto dentro llevamos"

C'est une très belle définition de la poésie, qui en résume toute l'âme.

Amicales bises
Jeannie

Textes protégés par © Copyright N° 79Z516A
Goebel Jeannie 1946 - 2017
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




La poesía es un arma cargada de futuro - Gabriel Celaya Empty
MessageSujet: Re: La poesía es un arma cargada de futuro - Gabriel Celaya   La poesía es un arma cargada de futuro - Gabriel Celaya Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
La poesía es un arma cargada de futuro - Gabriel Celaya
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum poétique :: LES POÉSIES :: Les textes d'Auteurs connus-
Sauter vers: