Forum poétique
Si toi aussi, tu entends souvent ton cœur parler à ta plume, viens déposer tes escarpins dans l'empreinte de nos pas.
Tu pourras alors alimenter cette rivière afin qu'elle devienne un fleuve prolifique de douceurs où tous, nous venons à notre tour, pour y tremper notre plume féconde.
Et cet affluent de pensées innombrables finit sa course magnifique dans un océan de lumières.
J'aime cet idée de partage.
Elle devrait régir le monde sans aucune faille.
Pour que nous regardions tous dans la même direction.
C'est pour cette raison que nous aimons tant la poésie... Et les poètes !...
Gérard SANDIFORT alias Sandipoete


UN ENDROIT QUI RESPIRE LE BIEN ÉCRIRE ET L'AMITIÉ
 
Vitrine du SiteFaire lire sa poésie sur FacebookAccueilRechercherS'enregistrerComment écrire de la poésie ?Connexion

Partagez
 

 Octosyllabes depuis Louis Aragon

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous


Octosyllabes depuis Louis Aragon Empty
MessageSujet: Octosyllabes depuis Louis Aragon   Octosyllabes depuis Louis Aragon Icon_minitimeVen 19 Déc 2014 - 21:49

Bonsoir,
je voulais vous adresser, en écoute, la chanson de Jean Ferrat sur les vers sublimes de Louis Aragon:
J'arrive où je suis étranger!
Mais je dois attendre encore quelques jours pour publier un lien http..

dans cette attente je vous propose quelques vers:

Octosyllabes depuis Louis Aragon
 


 
Tu quittas ta chemise et puis
Je fus l’instant qui te troubla
Comme à l’eau profonde d’un puit
Le trouble naît de l’au-delà
Ton corps au mien disent cela !

La lumière éclate du jour
Et du jour nous sommes en nuit
Comme le parfum à l’amour
Comme à l’amour ce qui s’ennuie
Ton corps au mien malgré la pluie !

Je balbutie dans ta pénombre
Et de tes yeux échevelés
Je suis le chiffre de ton nombre
Comme à ta lèvre s’élever
Tout ce qui est où se trouver !

Sur ta gorge ma bouche pleure
Et sur tes seins ma lèvre va
C’est peut-être d’un mot un leurre
Peut-être un mot qui te trouva
Comme un étranger qui s’en va !

Le corps au corps n’a de naufrage
Et je glisse ma main en toi
Comme l’instant d’un paysage
A ne rien savoir de son toit
Comme entre nous ce qui tutoie !

Le délice se fait attendre
Et j’entre dans ta déraison
Comme à glisser le goût du tendre
Et le tendre en toi, l’horizon
Que parfument chaque saison !

« Enfin, enfin je te retrouve * »
Et nos corps chantent malgré nous
Le bonheur qui de nous se louve
Où le plaisir est à genoux
Mon sexe à ton sexe se noue !


Alain Girard

Le 12 12 2014

Copyright. Tous Droits Réservés.

* Louis Aragon


Revenir en haut Aller en bas
 
Octosyllabes depuis Louis Aragon
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Octosyllabes depuis Louis Aragon
» Louis Aragon
» ORB ou l'autre façon de naviguer sur son PC depuis son HD
» DEPUIS TOUJOURS, J'ATTENDAIS...
» Mini Jos-Louis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum poétique :: LES GRIMOIRES :: Textes en attente de Grimoire-
Sauter vers: