Forum poétique
Si toi aussi, tu entends souvent ton cœur parler à ta plume, viens déposer tes escarpins dans l'empreinte de nos pas.
Tu pourras alors alimenter cette rivière afin qu'elle devienne un fleuve prolifique de douceurs où tous, nous venons à notre tour, pour y tremper notre plume féconde.
Et cet affluent de pensées innombrables finit sa course magnifique dans un océan de lumières.
J'aime cet idée de partage.
Elle devrait régir le monde sans aucune faille.
Pour que nous regardions tous dans la même direction.
C'est pour cette raison que nous aimons tant la poésie... Et les poètes !...
Gérard SANDIFORT alias Sandipoete


UN ENDROIT QUI RESPIRE LE BIEN ÉCRIRE ET L'AMITIÉ
 
Vitrine du SiteFaire lire sa poésie sur FacebookAccueilRechercherS'enregistrerComment écrire de la poésie ?Connexion

Partagez
 

 A toutes celles qui se ressemblent

Aller en bas 
AuteurMessage
yamina mansour
Nouvelle plume
Nouvelle plume
yamina mansour

Féminin
Balance Cheval
Nombre de messages : 13
Age : 53
Localisation : Hassi Bah Bah Djelfa Algérie
Date d'inscription : 04/12/2014

A toutes celles qui se ressemblent Empty
MessageSujet: A toutes celles qui se ressemblent   A toutes celles qui se ressemblent Icon_minitimeDim 7 Déc 2014 - 9:18

"A toutes celles qui se ressemblent et qui, dans la douleur et l'espoir s'assemblent"…

Laisse- le partir…Ce sera trop tard,
Quand il osera te percuter, contre son mur
Te persécutera de silence, te fixera de son regard.
Tu pleureras, tu te tairas, le teint blafard.
Tu te mettras un peu de teint, un peu de rouge,
Un peu de fard.

Face à son dos et face au poids de son armure.
Tu seras devenue, l'ombre effacée d'une vétille,
L'empreinte du doigt, dans l'étau, tracée sur de la roche dure.
Tu risqueras, à chaque fois, des échappées, dans les bosquets de son empire.

Ce sera trop tard quand il t'aura endoctrinée.
Il prendra goût, aux ouragans qu'il soufflera dans tes moulins, sur ton visage.
Il séchera, de ton puit, tes eaux limpides, devenues troublées.
Il te fera boire l'élixir de sa faiblesse qui le soulage.
Édifiera "tes châteaux, d'Espagne", ruinés,
Avec les plus belles terreurs d'un beau carnage.


Et ces enfants que la colère enfantera et la détresse.
Apprennent, déjà des cours de rage, avec adresse.
Ils ont la graine de la tornade que sèment les bons maîtres et maîtresses.
Leurs ongles seront mordillés, leurs âmes rongées par le stress.

Pendants les nuits de perdition et de galère.
Tu entends parler, la voix rauque, de ses chaussures.
Au milieu du nid s'installent les grandes gelées des rudes hivers.
Après minuit, de la colère remplit les coupes de cristal que tu fais luire.
Et, la roue du morne silence, elle peut tourner, à vive allure.

Ce sera trop tard quand il t'aura cousue la voix et momifiée.
Dans tes lambeaux endoloris, tu t'envelopperas dans tes bandages.
Ce sera trop tard de jeter l'ancre et d'accoster, sur son rivage.
Quand il osera, te couvrir du noir de son encre, sous sa nuée.
Tu ne seras plus, que cette feuille morte de papyrus, pétrifiée.

Derrière les meubles bien rangés, se trouve la porte
Des châtiés et sur leur table bien garnie : "
Plats d'aigreur, de l'odeur fade de pain rassis, de la moisissure en compote."
Il mangera, te survivra et te suivra jusqu'à ta morgue.
Il sait encore, plus d'une fois que tu pleureras,
Malgré toi, sur son épaule, derrière sa porte.

Tu pleureras derrière lui et contre toi, tu te battras.
Tu rangeras tes os fragiles et tes fractures, au pied du mur.
Tu te mettras, sous ton silence pour t'enterrer et te moisir. Et tu mettras sur ta tête nue, son châle d'orgueil et ses rosseries.
Tu pleureras son ignorance, son arrogance, l'intolérance et la violence… tes mesquineries.



Quand il osera te briser, avec son sceptre; il te tuera!
Ce sera trop tard, de t'habiller, si vaillamment en un soldat.
Ce sera trop tard de jardiner "les pensées noires" pour les cueillir et les poser, sur son chemin.
Il t'aura, déjà livré guerre qui toute la vie, perdurera.
Le drapeau blanc, en abdiquant, de son enfer, te sortira, te sauvera.
Et si tu te risques à périr sur son terrain, martyrisée.
Tu auras la légion d'honneur, du brave soldat que l'on
Enterre, avec ses bleus et sans son arme, que l'on oublie. Après sa mort, il aura bien pris sa revanche, sa liberté.
Car désormais, personne n'osera lui faire de mal ou lui nuira …
Revenir en haut Aller en bas
 
A toutes celles qui se ressemblent
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [SOFT] GALLERY 3D : Visualiser toutes vos photos, vidéo, ..... [Gratuit]
» Bonsoir à toutes et tous !
» LEVY Marc: Toutes ces choses qu'on ne s'est pas dites
» Petits tutos de toutes sortes
» Bonjour à toutes les brodeuses

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum poétique :: LES LITTÉRATURES :: Vos Récits-
Sauter vers: