Forum poétique
Si toi aussi, tu entends souvent ton cœur parler à ta plume, viens déposer tes escarpins dans l'empreinte de nos pas.
Tu pourras alors alimenter cette rivière afin qu'elle devienne un fleuve prolifique de douceurs où tous, nous venons à notre tour, pour y tremper notre plume féconde.
Et cet affluent de pensées innombrables finit sa course magnifique dans un océan de lumières.
J'aime cet idée de partage.
Elle devrait régir le monde sans aucune faille.
Pour que nous regardions tous dans la même direction.
C'est pour cette raison que nous aimons tant la poésie... Et les poètes !...
Gérard SANDIFORT alias Sandipoete
Forum poétique
Si toi aussi, tu entends souvent ton cœur parler à ta plume, viens déposer tes escarpins dans l'empreinte de nos pas.
Tu pourras alors alimenter cette rivière afin qu'elle devienne un fleuve prolifique de douceurs où tous, nous venons à notre tour, pour y tremper notre plume féconde.
Et cet affluent de pensées innombrables finit sa course magnifique dans un océan de lumières.
J'aime cet idée de partage.
Elle devrait régir le monde sans aucune faille.
Pour que nous regardions tous dans la même direction.
C'est pour cette raison que nous aimons tant la poésie... Et les poètes !...
Gérard SANDIFORT alias Sandipoete
Forum poétique
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


UN ENDROIT QUI RESPIRE LE BIEN ÉCRIRE ET L'AMITIÉ
 
Vitrine du SiteFaire lire sa poésie sur FacebookAccueilRechercherS'enregistrerComment écrire de la poésie ?Connexion
 

 Le blaireau

Aller en bas 
2 participants
AuteurMessage
tofka
Gagnant d'un concours sur le forum
Gagnant d'un concours sur le forum
tofka

Poète émérite
Nombre de sujets
Meilleur rédacteur
Rédacteur ayant posé plus de 1000 messages
Poète accompli
Durée d'inscription

Masculin
Gémeaux Buffle
Nombre de messages : 1344
Age : 61
Localisation : landes
Date d'inscription : 21/01/2010

Le blaireau Empty
MessageSujet: Le blaireau   Le blaireau EmptyMar 20 Mai 2014 - 0:22

Le blaireau





Perdure en folie la trame du temps qui se perd dans les frondaisons synaptiques de son cerveau malade...
il vit toutes les existences qu'il a oubliées dans la seconde qui le prive et le prend.
Camarde mon amour laisse moi te raconter l'histoire d'une de ces vies. Tiens justement celle que tu viens de me voler...

Deux heures, voilà deux heures que sans répit ce foutu trottoir j'arpente à te guetter, à t’espérer, sans qu'à l'horizon tu n'apparaisses !
Pourtant ce matin, ou hier je ne sais plus, ton message clair comme de l'eau de roche, m'indiquait l'endroit, l'heure de ces retrouvailles. Subtilement même ton envie de me revoir, allez, ne dis pas le contraire, je l'ai bien bien compris ! Ta vie sans moi est impossible, un constat qui te semble cruel mais dont tu sembles avoir pris conscience, malgré mes égarements, mes doutes ou mes certitudes qu'à tort je t'ai peut-être imposées.
Tu m'aimes, que veux-tu, il y a des choses sur cette terre contre lesquelles on ne peut rien.
Te souviens-tu de ce bel après-midi d'automne quand péniblement, à l’ombre des vieux chênes du parc municipal, tu m’annonçais déjà ton intention de me quitter trois mois seulement après notre première rencontre. ? Que t'ai-je dit ? Mon amour, ne t'inquiètes pas, tu ne le sais pas encore mais je suis celui que tu attendais depuis toujours, je suis ton héros, ton spiderman, ton homme élastique, ton avenger, quoi !
Il t'a suffit de cela pour qu'à l'église de mes pairs je te mène et te prenne pour épouse fidèle et à jamais consentante, jusqu'à hier, ou avant hier je ne sais plus...
Bon c'est vrai que je me suis emporté un tout petit peu, mais chérie ce ne sont que quelques bleus que le temps et ton amour pour moi vont effacer en un clin d’œil !
Tu te vexes vraiment pour peu de chose, imagine un peu si je faisais comme toi, on en sortirai jamais de ces futiles disputes.
Quatorze heures...allez tu m'a accordé l'éternité devant monsieur le curé, en bon prince je t'accorde moi encore un petit quart d'heure. Ce serait bien la première fois que tu me poses un lapin et franchement je ne le supporterais pas deux fois...
Enfin je t’aperçois au bout de la rue ma princesse, belle dans le vent des autobus qui se croisent et se décroisent sans cesse te cachant à ma vue régulièrement. Ton allure est calme et déterminée, et je ressens déjà au fond de moi ce besoin qui t'anime et te promet ces si doux instants dans mes bras.
Je suis heureux, presque comblé, juste en face au bout du passage piéton ton sourire me ravit...voila c'est vert, viens mon cœur rejoindre celui qui te fait vibrer malgré toi, viens...
Mais pourquoi donc restes-tu immobile...coquine ! J'arrive. D'un bon pied j'accoure à la rencontre de ma promise...

Merde ! C'est rouge...AHHHHHHH ! Putain de bus ! Galette de sang écrabouillée sur la chaussée, je regarde encore une fois de l'autre coté...plus de sourire, plus de baiser !
Juste un doigt levé....

Textes protégés par © Copyright N° 79Z516A
Mon grimoire
Revenir en haut Aller en bas
http://tofkann.lebonforum.com/forum
sandipoete
Fondateur
Fondateur
sandipoete

Poète émérite
Nombre de sujets
Meilleur rédacteur
Rédacteur ayant posé plus de 1000 messages
Poète accompli
Durée d'inscription

Masculin
Lion Dragon
Nombre de messages : 9213
Age : 69
Localisation : Bousies, dans le Nord !
Date d'inscription : 05/04/2005

Le blaireau Empty
MessageSujet: Re: Le blaireau   Le blaireau EmptyMar 20 Mai 2014 - 12:44

tofka a écrit:
Merde ! C'est rouge...AHHHHHHH !
Un rouge pour quelques bleus
C'est la juste réponse

Textes protégés par © Copyright N° 79Z516A
*****************************************
Gérard SANDIFORT, alias Sandipoete
Le blaireau Vieux-10La seule arme que je tolère, c'est la plume !...
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/view/sandipoete/home
 
Le blaireau
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum poétique :: LES GRIMOIRES :: LES GRIMOIRES DES MEMBRES DÉCÉDÉS :: Tofka 1961 - 2018-
Sauter vers: