Forum poétique
Si toi aussi, tu entends souvent ton cœur parler à ta plume, viens déposer tes escarpins dans l'empreinte de nos pas.
Tu pourras alors alimenter cette rivière afin qu'elle devienne un fleuve prolifique de douceurs où tous, nous venons à notre tour, pour y tremper notre plume féconde.
Et cet affluent de pensées innombrables finit sa course magnifique dans un océan de lumières.
J'aime cet idée de partage.
Elle devrait régir le monde sans aucune faille.
Pour que nous regardions tous dans la même direction.
C'est pour cette raison que nous aimons tant la poésie... Et les poètes !...
Gérard SANDIFORT alias Sandipoete


UN ENDROIT QUI RESPIRE LE BIEN ÉCRIRE ET L'AMITIÉ
 
Vitrine du SiteFaire lire sa poésie sur FacebookAccueilRechercherS'enregistrerComment écrire de la poésie ?Connexion
-54%
Le deal à ne pas rater :
Tondeuse à barbe Babyliss Designer SH500E
59.99 € 129.99 €
Voir le deal

 

 Références à Basile Valentin et aux valentiniens

Aller en bas 
AuteurMessage
Joël Gissy
Plume de Saphir
Plume de Saphir
Joël Gissy

Masculin
Poissons Chien
Nombre de messages : 300
Age : 38
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 28/01/2011

Références à Basile Valentin et aux valentiniens Empty
MessageSujet: Références à Basile Valentin et aux valentiniens   Références à Basile Valentin et aux valentiniens Icon_minitimeVen 14 Fév 2014 - 19:44

Les Métamorphoses du Phœnix

Sur les champs de Saturne, horizon phlégréen,
L’oisillon naît au nid, visitant de son bec
Ce vase ovoïdal, sous l’œil jupitérien
De l’Un-père où s’incarne en pensée l’âme impure.
Alors qu’en cœur déjà se dessine le Nec
Plus ultra
d’une étreinte aux effusions caduques,
Obéissant à l’illusion de sa nature

Tel un nuage effervescent de noctiluques,
En vain, il s’hypnotise au miroir de Narcisse.
Puis retournant à la Terre en plongeon martial,
Ainsi qu’en les tréfonds d’un puits minéral,
Rectifiant son vol sans savoir qu’il s’unisse,
Enfin l’emporte la couronne de la gloire
Au grand Soleil pour l’hymen d’Hermès et Vénus.

Dans un bois fleuri aux nuits d’une lune noire,
Or que la douce licorne veille à ses lys
Comme un ciboire ancien où, renaissant pictus,
L’oiseau de paradis du Jugement Dernier,
Se conformant aux cycles des saisons d’Apis,
Emerge aux feux de son sépulcre, humanisé,
Le Titan primordial qui porte la clarté

De la Connaissance ultime au monde aveuglé,
Contemple en soi-même l’univers tout entier.
Car tandis que remonte de la mer la Bête,
Chevauchée par l’Hermaphrodite originel
Reflétant le silence insondable du ciel,
Le physeter qui semble d’un dragon l’arrête,
Engloutit tel Jonas l’autre bout par la tête.

Joël Gissy 


°°°

Acqua alta

Souci de justice à du lys la pureté
Se pourfend en lice ainsi qu’un scorpion grisé,
Insultant, qui surmonte, s’arrache aux tumultes.
L’Aréopagite accédant aux voies occultes
Franchissant le pas secret de l’abbé Trithème,
A la maison des trois pas que l’index profane
Rectifie le divin par un juste blasphème.
Distillant le venin ouroborique au crâne
Qu’il encastre en ses crocs sulfuriques, émane
A maturité le fauve en la clef douzième
D’un basilic valentinien qu’un lion mordore
Dans le crépuscule azuré qui le dévore.

Joël Gissy



www.joelgissy-poesie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://www.joelgissy-poesie.com
 
Références à Basile Valentin et aux valentiniens
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum poétique :: LES GRIMOIRES :: Vos poèmes classés en grimoires :: Joël Gissy-
Sauter vers: