Forum poétique
Si toi aussi, tu entends souvent ton cœur parler à ta plume, viens déposer tes escarpins dans l'empreinte de nos pas.
Tu pourras alors alimenter cette rivière afin qu'elle devienne un fleuve prolifique de douceurs où tous, nous venons à notre tour, pour y tremper notre plume féconde.
Et cet affluent de pensées innombrables finit sa course magnifique dans un océan de lumières.
J'aime cet idée de partage.
Elle devrait régir le monde sans aucune faille.
Pour que nous regardions tous dans la même direction.
C'est pour cette raison que nous aimons tant la poésie... Et les poètes !...
Gérard SANDIFORT alias Sandipoete
Forum poétique
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


UN ENDROIT QUI RESPIRE LE BIEN ÉCRIRE ET L'AMITIÉ
 
Vitrine du SiteFaire lire sa poésie sur FacebookAccueilRechercherS'enregistrerComment écrire de la poésie ?Connexion
Le deal à ne pas rater :
Code promo ASOS : -10% sur les articles en promo pour le BLACK FRIDAY
Voir le deal

 

 L'Ordure

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous


L'Ordure Empty
MessageSujet: L'Ordure   L'Ordure Icon_minitimeMer 31 Juil 2013 - 19:26

Danse, danse, le Bombyx danse, sur le fil de piano, comme un doigt doré sur une harpe. Il fait vibrer ses ailes par intermittence.
    Danse, danse, le bombyx danse. Le fil rêche et brillant vient se blottir autour de ma nuque. Son corps annelé et métallique me glace en entier. Voilà que tout mon squelette s'éclate sur le carrelage. Toute ma peau, froide et lâche, se déchiquette.
    Danse, danse, le bombyx danse. On bourre ma gorge de pots de yaourt vides. Il se font tièdes et inquiets, ils me vrillent la gorge de leurs angles acerbes. Ils criquettent* en se froissant.
    Danse, danse, le bombyx danse, sur le fil de piano. Le câble anguleux me serre le cou, me marque d'anneaux rouges.
    Danse, le bombyx danse, gentiment. On crevasse mon ventre avec les pieds. Voilà qu'en gerbe le sang, chaud et ferrugineux. On fait remonter de mon ventre, à force de coups, des chuintements étouffés. Les pots de yaourt s'écrasent. Voilà que ma poésie, embryon gris tout chétif, surgit aussi par ma bouche, vomissure. Elle tient dans ses pattes toute ma petite personne, toute hallucinée. Ma petite personne, on l'écrase comme un cloporte. Informe, elle gémit, vérolée.
    Danse, mon bombyx danse sur mon corps démantibulé, danse, danse, mon bombyx, mon doigt doré.
Revenir en haut Aller en bas
 
L'Ordure
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum poétique :: LES POÉSIES :: Les Poèmes sans contraintes métriques-
Sauter vers: