Forum poétique
Si toi aussi, tu entends souvent ton cœur parler à ta plume, viens déposer tes escarpins dans l'empreinte de nos pas.
Tu pourras alors alimenter cette rivière afin qu'elle devienne un fleuve prolifique de douceurs où tous, nous venons à notre tour, pour y tremper notre plume féconde.
Et cet affluent de pensées innombrables finit sa course magnifique dans un océan de lumières.
J'aime cet idée de partage.
Elle devrait régir le monde sans aucune faille.
Pour que nous regardions tous dans la même direction.
C'est pour cette raison que nous aimons tant la poésie... Et les poètes !...
Gérard SANDIFORT alias Sandipoete
Forum poétique
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


UN ENDROIT QUI RESPIRE LE BIEN ÉCRIRE ET L'AMITIÉ
 
Vitrine du SiteFaire lire sa poésie sur FacebookAccueilRechercherS'enregistrerComment écrire de la poésie ?Connexion

 

 Brouillard (ou l'Aérateur)

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous


Brouillard (ou l'Aérateur) Empty
MessageSujet: Brouillard (ou l'Aérateur)   Brouillard (ou l'Aérateur) Icon_minitimeLun 29 Juil 2013 - 17:57

(d'accord, je fais un néologisme par sujet, mais je ne peux pas m'en empêcher. "Tritonneuse" dérive ici de "triton".)

Ne juge pas les hannetons morts
Qu'on vend au bord des routes
Touche-les, renifle-les, vois au-dehors:
L'air a blanchi dans la plaine
Dans la brume tout s'écroule
Les profiteux vendeurs, la pensée saoule

L'air a blanchi dans la plaine
Et la brume ample et souple
S’enlace avec les bois, en couple
Avec les troncs qui ploient, gorgés d'eau boueuse
La terre fraîche résorbe ses boues tritonneuses

Le vent frileux se froisse dans les branches
Mon brouillard de pensée s'étale et flanche

Les herbes alourdies de rosée
Grisonnent et s'évaporent
Le vent se fond dans les os tout fasciés
De la brume, et souffle encore
Sans un bruit

Blanche large et ronde
Brume étale ses pattes sur le monde
Toute la plaine s'habille d'émail éclaté de raies grises
Tout se blanchit dans la brise

Univers gris et blanc, brume incompréhensible
Certains drôles te voient en horizon pourri
En monstre de matière, fangeux, infini
Où vivotent deux loupiotes inaccessibles
Qui n'existent pas
Je ne veux pas savoir! (à hurler d'un air imbécile)
Je vois, vois, écoute, respire

Toutes les plumes de la brume
Luisent de veines terreuses et brunes
Dans les yeux dans le nez dans le creux des tympans
Toutes les plumes sont grignotées de choses minuscules
Agrippés, nonchalants poux dorés, Ils brillent

Je le regarde, roulant sur la vitre, sur la plaine
Aérateur, Lune de plastique graisseuse
Ronronnante, lâchant des rayons, rugueuse
L'univers s'y résume, tout s'y voit, tout s'y entend
Revenir en haut Aller en bas
 
Brouillard (ou l'Aérateur)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum poétique :: LES POÉSIES :: Les Poèmes sans contraintes métriques-
Sauter vers: