Forum poétique
Si toi aussi, tu entends souvent ton cœur parler à ta plume, viens déposer tes escarpins dans l'empreinte de nos pas.
Tu pourras alors alimenter cette rivière afin qu'elle devienne un fleuve prolifique de douceurs où tous, nous venons à notre tour, pour y tremper notre plume féconde.
Et cet affluent de pensées innombrables finit sa course magnifique dans un océan de lumières.
J'aime cet idée de partage.
Elle devrait régir le monde sans aucune faille.
Pour que nous regardions tous dans la même direction.
C'est pour cette raison que nous aimons tant la poésie... Et les poètes !...
Gérard SANDIFORT alias Sandipoete
Forum poétique
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


UN ENDROIT QUI RESPIRE LE BIEN ÉCRIRE ET L'AMITIÉ
 
Vitrine du SiteFaire lire sa poésie sur FacebookAccueilRechercherS'enregistrerComment écrire de la poésie ?Connexion
Le Deal du moment : -27%
Ecouteurs Apple AirPods (2e génération) ...
Voir le deal
130.92 €

 

 Théâtre I

Aller en bas 
AuteurMessage
Pierre Verney
Nouvelle plume
Nouvelle plume
Pierre Verney

Masculin
Scorpion Singe
Nombre de messages : 13
Age : 27
Localisation : Paris
Date d'inscription : 30/04/2013

Théâtre I Empty
MessageSujet: Théâtre I   Théâtre I Icon_minitimeMer 1 Mai 2013 - 0:19

I

Temnein

Il y a dans cette histoire un
emprunt de tristesse.

Dans notre nuit ressentie crue existante

Une main tendue
de tristesse.

Nous avons penché nos regards au dessus de l’onde

Celle qui
charrie les masques

Le Carnaval céleste.

Notre impatience notre désir ont
plongé dans ces eaux bruissantes

Et de toutes les perles une perle noire échangée
pour parer

L’oreille de celui qui parle.

C’est l’enfant qui a chassé un
cerf-volant

Par delà les collines stridentes du levant

Et vient parler aux
statues de sel

Assises face à la mer où tout s’arrête.

La créature infiniment
douce et sauvage chante

Pour ceux qui peuvent nommer la limite

Ceux qui font
chaque jour le choix de vivre

Face à la limite qu’une altération de teinte à su
créer.

Et parce qu’ils connaissent

La
mélancolie qui est la couleur de leur tremblement

L’enfant d’un geste érotique
a fait tomber la nuit

Leur a volé leur visage et

Leur a parlé une langue
inconnue.

Cette musique inouïe

Sortant de leur propre bouche déformée

Traversant les corps s’engloutit

Dans l’Océan puis le silence.

Statues de sel
sans visage attendent

Et des trous béants et tendus regardent l’enfant.

Dans
l’immensité où les échos d’un sourire répondent

A des soifs démentes

Dans le
secret de ce lieu

La surface des mers s’est illuminée soudain

De phosphore au
feu jamais éteint

Les spectres ont respiré avant de s’évanouir et

Les statues
de sel ont fondu dans ce jaillissement chaud

Infiniment.

L’enfant vivant a
regardé l’entreprise humaine

Se dissoudre en rivières de sel après avoir contemplé

Dans l’infini répété des miroirs agonisants son visage

Le visage d’un Dieu.
Revenir en haut Aller en bas
floralline
Grimoirien
Grimoirien
floralline

Féminin
Capricorne Tigre
Nombre de messages : 335
Age : 105
Localisation : Abidjan
Date d'inscription : 08/05/2013

Théâtre I Empty
MessageSujet: Re: Théâtre I   Théâtre I Icon_minitimeVen 10 Mai 2013 - 18:28

Quand l'esprit transcende le réel pour s'illuminer aux arcanes de la poésie des mots, des visions...le tracé à la plume épouse des formes imaginaires interstellaires qui descendent à l'horizon terre entre ciel et mer....

J'aime cet éclat qui donnent silhouettes aux éclats spirituels....et peut-être philosophiques...

Bel Arc de Pensées projetées à l'horizon poétique !

Bravo

Textes protégés par © Copyright N° 79Z516A
Ecrire est un acte d'amour, s'il ne l'est pas, il n'est qu'écriture - (Cocteau) -
Revenir en haut Aller en bas
 
Théâtre I
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum poétique :: LES POÉSIES :: Les Poèmes sans contraintes métriques-
Sauter vers: