Forum poétique
Si toi aussi, tu entends souvent ton cœur parler à ta plume, viens déposer tes escarpins dans l'empreinte de nos pas.
Tu pourras alors alimenter cette rivière afin qu'elle devienne un fleuve prolifique de douceurs où tous, nous venons à notre tour, pour y tremper notre plume féconde.
Et cet affluent de pensées innombrables finit sa course magnifique dans un océan de lumières.
J'aime cet idée de partage.
Elle devrait régir le monde sans aucune faille.
Pour que nous regardions tous dans la même direction.
C'est pour cette raison que nous aimons tant la poésie... Et les poètes !...
Gérard SANDIFORT alias Sandipoete



 
AccueilFaire de la poésie sur FacebookVitrine du SiteÉvènementsLe Wiki du Forum poétiqueCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les ruines ont une âme (prose)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
pagnolesque
Grimoirien
Grimoirien
avatar

Masculin
Sagittaire Rat
Nombre de messages : 3316
Age : 56
Localisation : Boulogne sur mer
Date d'inscription : 22/08/2012

MessageSujet: Les ruines ont une âme (prose)   Ven 18 Jan 2013 - 18:48

Les ruines ont une âme


Le jour était entre chien et loup et, des grands arbres languissants, me parvenait un doux refrain qui accompagnait Eole dans sa douloureuse complainte.

Un lézard attardé, paressant sur la pierre encore chaude du chemin, semblait hésiter à rejoindre son abri, tandis qu’au loin, haut, très haut dans le ciel, de fins écheveaux prenaient une teinte vermeille.

Moi j’étais là immobile au bord de la route pierreuse, mon bâton à la main, les yeux fouillant dans le pré les vestiges de ce qui avait été sans aucun doute jadis, une belle bâtisse.

Le chant des cigales s’estompait peu à peu et, dans la quiétude du soir naissant, il me sembla entendre de la terre, s’élever les cris d’un nouveau-né et les rires joyeux d’un enfant qui avaient égayé la vie de ces murs défraîchis et à demi tombés.

Puis ma vue s’est brouillée et sur le tronc coupé d’un vieux chêne fatigué, j’ai entendu tomber le fer d’une cognée, tandis que par la porte béante, une femme fort belle et au teint d’opaline, s’avançait vers moi, traînant dans ses jupons deux êtres, mi- anges, mi- démons.

Mais un clocher au loin me ramena à l’instant présent et je sus que ces lieux n’attendaient plus que moi, que c’était un appel qu’ils m’avaient adressé, un cri de désespoir que j’avais su saisir.

Il fallait dès lors que ces ruines m’appartiennent et que dans ce décor, la vie puisse renaître, un peu comme un passé qui se voudrait présent.

Alors j’ai acheté ces pierres qui m’ont parlé et c’est le rire de me enfants qui aujourd’hui me fait rêver.

De ces bouquets de thym et de lavande, cette odeur qui m’enivre emportée par le vent, c’est comme un parfum de vie, une bouffée de bonheur.

Puis, lorsque tout semble endormi, lorsque le soleil épuisé s’est couché pour préparer le jour nouveau, sous les rayons de lune et dans l’abrutissant silence de la nuit, je revois encore parfois ces ombres d’autrefois.

(Extrait de mon recueil de nouvelles « les ruines ont une âme ». Ceci bien sûr n’est que pure imagination, je ne possède ni ruine, ni maison)

© Pagnolesque

Textes protégés par © Copyright N° 79Z516A


Mon Grimoire



Telle est la vie des hommes.
Quelques joies, très vite effacées par d'inoubliables chagrins.(Marcel Pagnol)
Revenir en haut Aller en bas
 

Les ruines ont une âme (prose)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Pennac, Daniel] La petite marchande de prose
» Petits poèmes en prose
» Poème en prose
» [Terminé] Ruines et Soleil couchant...
» astuce pour ruines sur socle ou décor

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum poétique :: LES POÉSIES :: Les Poèmes sans contraintes métriques-