Forum poétique
Si toi aussi, tu entends souvent ton cœur parler à ta plume, viens déposer tes escarpins dans l'empreinte de nos pas.
Tu pourras alors alimenter cette rivière afin qu'elle devienne un fleuve prolifique de douceurs où tous, nous venons à notre tour, pour y tremper notre plume féconde.
Et cet affluent de pensées innombrables finit sa course magnifique dans un océan de lumières.
J'aime cet idée de partage.
Elle devrait régir le monde sans aucune faille.
Pour que nous regardions tous dans la même direction.
C'est pour cette raison que nous aimons tant la poésie... Et les poètes !...
Gérard SANDIFORT alias Sandipoete



 
AccueilFaire de la poésie sur FacebookVitrine du SiteÉvènementsLe Wiki du Forum poétiqueCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La dernière quête

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
tofka
Gagnant d'un concours sur le forum
Gagnant d'un concours sur le forum
avatar

Masculin
Gémeaux Buffle
Nombre de messages : 1343
Age : 56
Localisation : landes
Date d'inscription : 21/01/2010

MessageSujet: La dernière quête   Sam 19 Nov 2011 - 10:40

La dernière quête

Sous la couverture tirée se morfond le héros en peine de faits d’armes dont les temps ne veulent plus.
Ou est-tu compagnon de mes victoires, ami de mes défaites ?
Fierté sublime qui de ma jeunesse a fait gloire…
Je traîne mes guêtres de guerrier malade, caché sous l’habit du pèlerin solitaire.
Croix blanche sur cape blanche, mon pas est celui du maudit qui fustige en silence le destin qui le prive et le soumet à l’abandon…
Banni de gré, mes armes rouillent déjà au fond de ce fleuve traversé, il y a…hier !
Un chêne solitaire, m’invite au repos. Son feuillage se courbe et m’enveloppe de son linceul rougi par l’automne.
L’herbe, sous les feuilles mortes, est encore douce et fraîche.
Ce sera ma dernière couche, je n’irai pas plus loin !
Mon armure déposée, nu comme au premier jour, je m’étend, cherchant le rêve pour mieux fuir la vie…
La vie…ou l’enfer. Je ne sais plus, et m’en moque !
Un sentiment de paix m’envahi doucement.
Ne plus penser
Ne plus haïr
Ne plus aimer
Ne plus…juste partir
Et ce rocher qui me domine, chuchotant à mes oreilles désabusées, qu’éprouver c’est mourir à chaque fois, que son choix fut un jour l’immobilité, le non-être, le rejet de sa conscience, de ses remords, de ses souffrances comme de ses bonheurs…
Juste le pardon, pour lui-même, et par là même, pour tous les autres, tailleurs de pierre, maçons, artistes et artisans de tout bord, ceux là même qui l’ayant dépouillé, se targuaient d’avoir un jour vu Dieu au travers de leur création !
Vanités devenues poussière, que les millénaires verront renaître en rochers, à leur tour érodés sans pitié…
Que le vent emporte en ses tourbillons mon âme torturée ami rocher !
Alors mon corps, enfin libéré de ces spirituels tourments, se mêlera à ton cœur indifférent, pour connaître enfin la paix de l’heureuse ignorance !
Ni mal, ni bien…
Juste rien !


Tof

Textes protégés par © Copyright N° 79Z516A
Mon grimoire
Revenir en haut Aller en bas
http://tofkann.lebonforum.com/forum
 

La dernière quête

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum poétique :: LES POÉSIES :: Les Poèmes sans contraintes métriques-