Forum poétique
Si toi aussi, tu entends souvent ton cœur parler à ta plume, viens déposer tes escarpins dans l'empreinte de nos pas.
Tu pourras alors alimenter cette rivière afin qu'elle devienne un fleuve prolifique de douceurs où tous, nous venons à notre tour, pour y tremper notre plume féconde.
Et cet affluent de pensées innombrables finit sa course magnifique dans un océan de lumières.
J'aime cet idée de partage.
Elle devrait régir le monde sans aucune faille.
Pour que nous regardions tous dans la même direction.
C'est pour cette raison que nous aimons tant la poésie... Et les poètes !...
Gérard SANDIFORT alias Sandipoete



 
AccueilFaire de la poésie sur FacebookVitrine du SiteÉvènementsLe Wiki du Forum poétiqueCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La foi du derviche

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
mebkhout beghdad
Nouvelle plume
Nouvelle plume
avatar

Masculin
Poissons Buffle
Nombre de messages : 39
Age : 68
Localisation : mecheria algerie
Date d'inscription : 17/10/2010

MessageSujet: La foi du derviche   Dim 2 Jan 2011 - 11:16

La foi du derviche
Sois, en son nom dans ton amour,
Tu renaitras vivant en son nom.
Dénude tes pensées de leurs atours,
Tu sauras comment elles émergent du néant.
O ! Beauté sublime sans contours,
Je suis témoin de tes attributs en noms,
Voué à toi dès la naissance des jours,
Selon ton désir, sur tes chemins menant.
****
Lorsque s’éteignent les étoiles,
Et se taisent les vents des envies,
Dans le silence sans voiles ;
Se lèvera, alors le réel des « non dit »
Que l’œil n’a pas dans sa toile,
Et l’oreille n’a point reçu en mots dits
Là où le caché se dévoile,
Loin de tous les « on dit ».
****
Là où l’essence n’épouse aucune forme,
L’âme délaissant son étui :
L’être dans sa quiétude sans normes,
Se tient éveillé sans appuis,
Dans une joie au-delà des sens en somme.
Pour ceci, et sans cela je subis,
La folie dont on me surnomme
En vérité rien ne le dit.
****
Pèlerin sur les sentiers des jours,
Cœur dans la main en bâton de mage,
Le temps perd ses nombres en tours
Pour être prière sous un autre éclairage,
Jusqu’au terme du chapelet d’amour :
J’ai su où est le lieu du pèlerinage.
J’ai refait le chemin du retour,
Pour retrouver en moi le sage

Mebkhout beghdad
Revenir en haut Aller en bas
 

La foi du derviche

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum poétique :: LES POÉSIES :: Les Poèmes sans contraintes métriques-