Forum poétique
Si toi aussi, tu entends souvent ton cœur parler à ta plume, viens déposer tes escarpins dans l'empreinte de nos pas.
Tu pourras alors alimenter cette rivière afin qu'elle devienne un fleuve prolifique de douceurs où tous, nous venons à notre tour, pour y tremper notre plume féconde.
Et cet affluent de pensées innombrables finit sa course magnifique dans un océan de lumières.
J'aime cet idée de partage.
Elle devrait régir le monde sans aucune faille.
Pour que nous regardions tous dans la même direction.
C'est pour cette raison que nous aimons tant la poésie... Et les poètes !...
Gérard SANDIFORT alias Sandipoete



 
AccueilFaire de la poésie sur FacebookVitrine du SiteCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Thomas Fersen - Mon Macabre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
laiden
Grimoirien
Grimoirien
avatar

Masculin
Lion Singe
Nombre de messages : 88
Age : 25
Localisation : Belgique Ville : Bruxelles
Date d'inscription : 27/02/2008

MessageSujet: Thomas Fersen - Mon Macabre   Dim 1 Juin 2008 - 17:49





Mon macabre

"Depuis, qu'j'me suis cogné la tête,
depuis qu'je suis tombé de l'arbre,
j'entend le pas de mon squelette,
j'entend son cliquetis de sabre.

"Squelette, mon ami, veux-tu du salami ?
Squelette, mon garçon, veux-tu du saucisson ?
Je comprend ton mal-être,
dans l'armure de l'ancêtre.
Tes soirées sont mortelles,
dans l'armoire à dantelles."

Refrain : "Alors, il se débine, par la fenêtre, à la guillotine !
La lune, astre obscène, éclaire la scène."

"Je le retrouve, dans mon lit
en proie à la mélancolie.
Je le surprens dans mon fauteuil,
en train d'fumer des clous d'cerceuil !"

"Squelette, mon petit, veux-tu des spaghettis ?
Squelette, mon cousin, veux-tu du ju d'raisin ?
L'ordinaire est ingras,
dans ton vieux débaras.
Ordinaire et chagrin,
dans l'armoire en sapin."

Refrain : "Alors, il se débine, par le fenêtre, à la guillotine !
La lune, astre obscène, éclaire la scène ."

"Mon squelette est un tendre,
caché sous la cuirrasse.
Il ne veut plus attendre,
il veut qu'on l'embrasse"

"Squelette, mon chéri,
tu es logé, et nourri.
Squelette, tu es blanchi,
oui mais le lit,
n'est pas garni.
Trouves-toi une amoureuse,
mais pas trop chatouilleuse,
pour jouer aux osselets,
dans le placard à balais."

Refrain : "Alors, il se débine, par la fenêtre, à la guillotine !
La lune, astre obscène, éclaire la scène."

"Et sur l'épave d'une mobilette,
le voila parti dans la nuit.
Il roule comme un poulet sans tête,
et tout fini dans un grand bruit."

"Squelette, mon macabre,
t'es rentré dans un arbre.
Tu conduis comme un manche,
moi j'suis tombé d'ma branche.
Mes soirées sont chagrines,
dans la maison en ruine.
Le puit me désespère,
dans son manteau de lière."

Refrain (transformé) : "Alors, je me débine, par la fenêtre, à la guillotine !
La lune, astre obscène, éclaire la scène."

Refrain transformé : "Alors, je me débine, par la fenêtre, à la guillotine !
La lune, astre obscène, éclaire la scène."

J'adore =)

Textes protégés par © Copyright N° 79Z516A
Ô pluie qui partage mon sentiment
De tes larmes partent cet isolement
Qui longtemps me reste sur le coeur
Revenir en haut Aller en bas
http://wings-are-suicidal.blogspot.com
 

Thomas Fersen - Mon Macabre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Charrues 2014
» Thomas Fersen
» Les illustrations de Thomas Nast
» Thomas Mann
» [Belles montres] Thomas Prescher.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum poétique :: LES MÉDIA QUE VOUS AIMEZ !... :: Vos Chansons préférées :: Les Artistes Français-