Forum poétique
Si toi aussi, tu entends souvent ton cœur parler à ta plume, viens déposer tes escarpins dans l'empreinte de nos pas.
Tu pourras alors alimenter cette rivière afin qu'elle devienne un fleuve prolifique de douceurs où tous, nous venons à notre tour, pour y tremper notre plume féconde.
Et cet affluent de pensées innombrables finit sa course magnifique dans un océan de lumières.
J'aime cet idée de partage.
Elle devrait régir le monde sans aucune faille.
Pour que nous regardions tous dans la même direction.
C'est pour cette raison que nous aimons tant la poésie... Et les poètes !...
Gérard SANDIFORT alias Sandipoete



 
AccueilFaire de la poésie sur FacebookVitrine du SiteÉvènementsPublicationsCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Cette histoire est celle de Jean le Poète

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 13, 14, 15
AuteurMessage
sandipoete
Fondateur
Fondateur
avatar

Masculin
Lion Dragon
Nombre de messages : 8512
Age : 65
Localisation : Landrecies, dans le Nord !
Date d'inscription : 05/04/2005

MessageSujet: Cette histoire est celle de Jean le Poète   Mer 7 Mar 2007 - 15:02

Rappel du premier message :

CETTE HISTOIRE EST CELLE DE JEAN LE POETE

Jean le Poète était un

Textes protégés par © Copyright N° 79Z516A
Gérard SANDIFORT, alias Sandipoète
La seule arme que je tolère, c'est la plume !...
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/site/poesiesdesandipoete/

AuteurMessage
apogon
Membre d'honneur
Membre d'honneur
avatar

Masculin
Bélier Chien
Nombre de messages : 579
Age : 59
Date d'inscription : 07/03/2006

MessageSujet: Re: Cette histoire est celle de Jean le Poète   Mar 8 Mai 2007 - 23:47

Jean le Poète était un homme banal qui comprenait bien le Chinois. Il adorait écrire des tas d'énormités. Sa passion était toujours de détailler les limericks (was?), les haïkus que les Européens écrivent sans savoir où les emmèneront les aléas.
Libertin, imaginatif mais joueur invétéré, perdant sa fortune et sa notoriété spontanément, il avait rêvé que vivre serait fastueux comme dépenser sans honte ni retenue, pourtant il exagérait beaucoup ! Manger, s'enivrer, forniquer toute effronterie incluse mais écrire, ivresse sensuelle, abrogation de moralité et luxure omniprésente, le coeur toujours prêt d'exploser. Son ambition n'avait point de rivale et sa passion rendait impossible toute démence intellectuelle. Pourtant, souvent déçu, il entreprenait des révisions systématiques de ses abattis qu'il emmitouflait dans une espèce d'adorable pantalon gras, décousu, sans fermeture-éclair. Aujourd'hui, il n'avait point oublié la somme d'efforts fournis par son énorme vit qu'il manipulait toujours dextrement afin d'extraire toute la moelle de son pauvre membre fatigué...
Décidément, Jean devait tout faire seul ! Même se vivifier l'esprit qui battait fortement la chamade. Pourtant, sa passion reprenait toujours le dessus en bémol majeur; Quel trublion mirobolant, menteur, casanier, rancunier, obsédé par versifier ce que seul possédait son coeur. Oublier toutes ces niaiseries, stupidités écrites, énormités, pensées réactionnaires débiles qui pervertissaient ses oeuvres.
Il préférait dormir, rêvant en poète attardé, qu'il voulait glorifier tardivement, les oeuvres exacerbées d'orgasmes vivifiants et revigorants. Un matin saoulé d'amertume par de l'absinthe frelatée, il eut comme une fulguration cervicale malfaisante, une sorte d'illumination rimbaldienne utopique et positive, pleine comme une cuve de connaissances savantes et bouillonnantes diamétralement incrustées sous la caboche cabossée qui fumait abondamment lorsque vint Marie-Qunégonde: elle qui possédait l'avantage de charmes indéniables, puisque tous les poètes bavaient devant ses charmes inaltérables, rustres et pourtant alléchants. Elle séduisit Jean par ses textes troublants qui sentaient bon la luxure.
Marie-Qunégonde, toujours sincère, tomba raide de bonheur lorsque survint l'amour, celui qui tue ! Elle réintégra sa culotte rose bonbon qui rougissait encore de plaisir. Ereintée, elle bouda son amant virtuel qui ne suffisait plus à lui donner sa ration quotidienne de stupre.
Humilié,

Textes protégés par © Copyright N° 79Z516A
^----^ 
(='Y'=)
 (")_(")
Revenir en haut Aller en bas
philippe de neuville
Grimoirien
Grimoirien
avatar

Masculin
Taureau Singe
Nombre de messages : 801
Age : 61
Localisation : au pied du Fouta Djalon...
Date d'inscription : 27/02/2007

MessageSujet: Re: Cette histoire est celle de Jean le Poète   Mar 8 Mai 2007 - 23:56

Jean le Poète était un homme banal qui comprenait bien le Chinois. Il adorait écrire des tas d'énormités. Sa passion était toujours de détailler les limericks (was?), les haïkus que les Européens écrivent sans savoir où les emmèneront les aléas.
Libertin, imaginatif mais joueur invétéré, perdant sa fortune et sa notoriété spontanément, il avait rêvé que vivre serait fastueux comme dépenser sans honte ni retenue, pourtant il exagérait beaucoup ! Manger, s'enivrer, forniquer toute effronterie incluse mais écrire, ivresse sensuelle, abrogation de moralité et luxure omniprésente, le coeur toujours prêt d'exploser. Son ambition n'avait point de rivale et sa passion rendait impossible toute démence intellectuelle. Pourtant, souvent déçu, il entreprenait des révisions systématiques de ses abattis qu'il emmitouflait dans une espèce d'adorable pantalon gras, décousu, sans fermeture-éclair. Aujourd'hui, il n'avait point oublié la somme d'efforts fournis par son énorme vit qu'il manipulait toujours dextrement afin d'extraire toute la moelle de son pauvre membre fatigué...
Décidément, Jean devait tout faire seul ! Même se vivifier l'esprit qui battait fortement la chamade. Pourtant, sa passion reprenait toujours le dessus en bémol majeur; Quel trublion mirobolant, menteur, casanier, rancunier, obsédé par versifier ce que seul possédait son coeur. Oublier toutes ces niaiseries, stupidités écrites, énormités, pensées réactionnaires débiles qui pervertissaient ses oeuvres.
Il préférait dormir, rêvant en poète attardé, qu'il voulait glorifier tardivement, les oeuvres exacerbées d'orgasmes vivifiants et revigorants. Un matin saoulé d'amertume par de l'absinthe frelatée, il eut comme une fulguration cervicale malfaisante, une sorte d'illumination rimbaldienne utopique et positive, pleine comme une cuve de connaissances savantes et bouillonnantes diamétralement incrustées sous la caboche cabossée qui fumait abondamment lorsque vint Marie-Qunégonde: elle qui possédait l'avantage de charmes indéniables, puisque tous les poètes bavaient devant ses charmes inaltérables, rustres et pourtant alléchants. Elle séduisit Jean par ses textes troublants qui sentaient bon la luxure.
Marie-Qunégonde, toujours sincère, tomba raide de bonheur lorsque survint l'amour, celui qui tue ! Elle réintégra sa culotte rose bonbon qui rougissait encore de plaisir. Ereintée, elle bouda son amant virtuel qui ne suffisait plus à lui donner sa ration quotidienne de stupre.
Humilié, Jean décida

Textes protégés par © Copyright N° 79Z516A


In Pace cum Patribus (devise des Neuville)
Revenir en haut Aller en bas
http://aphilippe.spaces.live.com
raymonde
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Cette histoire est celle de Jean le Poète   Mer 9 Mai 2007 - 8:56

Jean le Poète était un homme banal qui comprenait bien le Chinois. Il adorait écrire des tas d'énormités. Sa passion était toujours de détailler les limericks (was?), les haïkus que les Européens écrivent sans savoir où les emmèneront les aléas.
Libertin, imaginatif mais joueur invétéré, perdant sa fortune et sa notoriété spontanément, il avait rêvé que vivre serait fastueux comme dépenser sans honte ni retenue, pourtant il exagérait beaucoup ! Manger, s'enivrer, forniquer toute effronterie incluse mais écrire, ivresse sensuelle, abrogation de moralité et luxure omniprésente, le coeur toujours prêt d'exploser. Son ambition n'avait point de rivale et sa passion rendait impossible toute démence intellectuelle. Pourtant, souvent déçu, il entreprenait des révisions systématiques de ses abattis qu'il emmitouflait dans une espèce d'adorable pantalon gras, décousu, sans fermeture-éclair. Aujourd'hui, il n'avait point oublié la somme d'efforts fournis par son énorme vit qu'il manipulait toujours dextrement afin d'extraire toute la moelle de son pauvre membre fatigué...
Décidément, Jean devait tout faire seul ! Même se vivifier l'esprit qui battait fortement la chamade. Pourtant, sa passion reprenait toujours le dessus en bémol majeur; Quel trublion mirobolant, menteur, casanier, rancunier, obsédé par versifier ce que seul possédait son coeur. Oublier toutes ces niaiseries, stupidités écrites, énormités, pensées réactionnaires débiles qui pervertissaient ses oeuvres.
Il préférait dormir, rêvant en poète attardé, qu'il voulait glorifier tardivement, les oeuvres exacerbées d'orgasmes vivifiants et revigorants. Un matin saoulé d'amertume par de l'absinthe frelatée, il eut comme une fulguration cervicale malfaisante, une sorte d'illumination rimbaldienne utopique et positive, pleine comme une cuve de connaissances savantes et bouillonnantes diamétralement incrustées sous la caboche cabossée qui fumait abondamment lorsque vint Marie-Qunégonde: elle qui possédait l'avantage de charmes indéniables, puisque tous les poètes bavaient devant ses charmes inaltérables, rustres et pourtant alléchants. Elle séduisit Jean par ses textes troublants qui sentaient bon la luxure.
Marie-Qunégonde, toujours sincère, tomba raide de bonheur lorsque survint l'amour, celui qui tue ! Elle réintégra sa culotte rose bonbon qui rougissait encore de plaisir. Ereintée, elle bouda son amant virtuel qui ne suffisait plus à lui donner sa ration quotidienne de stupre.
Humilié, Jean décida de l'ignorer
Revenir en haut Aller en bas
philippe de neuville
Grimoirien
Grimoirien
avatar

Masculin
Taureau Singe
Nombre de messages : 801
Age : 61
Localisation : au pied du Fouta Djalon...
Date d'inscription : 27/02/2007

MessageSujet: Re: Cette histoire est celle de Jean le Poète   Mer 9 Mai 2007 - 16:48

Jean le Poète était un homme banal qui comprenait bien le Chinois. Il adorait écrire des tas d'énormités. Sa passion était toujours de détailler les limericks (was?), les haïkus que les Européens écrivent sans savoir où les emmèneront les aléas.
Libertin, imaginatif mais joueur invétéré, perdant sa fortune et sa notoriété spontanément, il avait rêvé que vivre serait fastueux comme dépenser sans honte ni retenue, pourtant il exagérait beaucoup ! Manger, s'enivrer, forniquer toute effronterie incluse mais écrire, ivresse sensuelle, abrogation de moralité et luxure omniprésente, le coeur toujours prêt d'exploser. Son ambition n'avait point de rivale et sa passion rendait impossible toute démence intellectuelle. Pourtant, souvent déçu, il entreprenait des révisions systématiques de ses abattis qu'il emmitouflait dans une espèce d'adorable pantalon gras, décousu, sans fermeture-éclair. Aujourd'hui, il n'avait point oublié la somme d'efforts fournis par son énorme vit qu'il manipulait toujours dextrement afin d'extraire toute la moelle de son pauvre membre fatigué...
Décidément, Jean devait tout faire seul ! Même se vivifier l'esprit qui battait fortement la chamade. Pourtant, sa passion reprenait toujours le dessus en bémol majeur; Quel trublion mirobolant, menteur, casanier, rancunier, obsédé par versifier ce que seul possédait son coeur. Oublier toutes ces niaiseries, stupidités écrites, énormités, pensées réactionnaires débiles qui pervertissaient ses oeuvres.
Il préférait dormir, rêvant en poète attardé, qu'il voulait glorifier tardivement, les oeuvres exacerbées d'orgasmes vivifiants et revigorants. Un matin saoulé d'amertume par de l'absinthe frelatée, il eut comme une fulguration cervicale malfaisante, une sorte d'illumination rimbaldienne utopique et positive, pleine comme une cuve de connaissances savantes et bouillonnantes diamétralement incrustées sous la caboche cabossée qui fumait abondamment lorsque vint Marie-Qunégonde: elle qui possédait l'avantage de charmes indéniables, puisque tous les poètes bavaient devant ses charmes inaltérables, rustres et pourtant alléchants. Elle séduisit Jean par ses textes troublants qui sentaient bon la luxure.
Marie-Qunégonde, toujours sincère, tomba raide de bonheur lorsque survint l'amour, celui qui tue ! Elle réintégra sa culotte rose bonbon qui rougissait encore de plaisir. Ereintée, elle bouda son amant virtuel qui ne suffisait plus à lui donner sa ration quotidienne de stupre.
Humilié, Jean décida de l'ignorer et se ferma

Textes protégés par © Copyright N° 79Z516A


In Pace cum Patribus (devise des Neuville)
Revenir en haut Aller en bas
http://aphilippe.spaces.live.com
Yves Le Guern
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin
Taureau Chèvre
Nombre de messages : 1174
Age : 50
Localisation : De la maison de Séron
Date d'inscription : 29/11/2006

MessageSujet: Re: Cette histoire est celle de Jean le Poète   Mer 9 Mai 2007 - 20:12

Jean le Poète était un homme banal qui comprenait bien le Chinois. Il adorait écrire des tas d'énormités. Sa passion était toujours de détailler les limericks (was?), les haïkus que les Européens écrivent sans savoir où les emmèneront les aléas.
Libertin, imaginatif mais joueur invétéré, perdant sa fortune et sa notoriété spontanément, il avait rêvé que vivre serait fastueux comme dépenser sans honte ni retenue, pourtant il exagérait beaucoup ! Manger, s'enivrer, forniquer toute effronterie incluse mais écrire, ivresse sensuelle, abrogation de moralité et luxure omniprésente, le coeur toujours prêt d'exploser. Son ambition n'avait point de rivale et sa passion rendait impossible toute démence intellectuelle. Pourtant, souvent déçu, il entreprenait des révisions systématiques de ses abattis qu'il emmitouflait dans une espèce d'adorable pantalon gras, décousu, sans fermeture-éclair. Aujourd'hui, il n'avait point oublié la somme d'efforts fournis par son énorme vit qu'il manipulait toujours dextrement afin d'extraire toute la moelle de son pauvre membre fatigué...
Décidément, Jean devait tout faire seul ! Même se vivifier l'esprit qui battait fortement la chamade. Pourtant, sa passion reprenait toujours le dessus en bémol majeur; Quel trublion mirobolant, menteur, casanier, rancunier, obsédé par versifier ce que seul possédait son coeur. Oublier toutes ces niaiseries, stupidités écrites, énormités, pensées réactionnaires débiles qui pervertissaient ses oeuvres.
Il préférait dormir, rêvant en poète attardé, qu'il voulait glorifier tardivement, les oeuvres exacerbées d'orgasmes vivifiants et revigorants. Un matin saoulé d'amertume par de l'absinthe frelatée, il eut comme une fulguration cervicale malfaisante, une sorte d'illumination rimbaldienne utopique et positive, pleine comme une cuve de connaissances savantes et bouillonnantes diamétralement incrustées sous la caboche cabossée qui fumait abondamment lorsque vint Marie-Qunégonde: elle qui possédait l'avantage de charmes indéniables, puisque tous les poètes bavaient devant ses charmes inaltérables, rustres et pourtant alléchants. Elle séduisit Jean par ses textes troublants qui sentaient bon la luxure.
Marie-Qunégonde, toujours sincère, tomba raide de bonheur lorsque survint l'amour, celui qui tue ! Elle réintégra sa culotte rose bonbon qui rougissait encore de plaisir. Ereintée, elle bouda son amant virtuel qui ne suffisait plus à lui donner sa ration quotidienne de stupre.
Humilié, Jean décida de l'ignorer et se ferma comme

Textes protégés par © Copyright N° 79Z516A
La paix
Invité Merci de m'avoir lu.
Revenir en haut Aller en bas
philippe de neuville
Grimoirien
Grimoirien
avatar

Masculin
Taureau Singe
Nombre de messages : 801
Age : 61
Localisation : au pied du Fouta Djalon...
Date d'inscription : 27/02/2007

MessageSujet: Re: Cette histoire est celle de Jean le Poète   Mer 9 Mai 2007 - 20:26

Jean le Poète était un homme banal qui comprenait bien le Chinois. Il adorait écrire des tas d'énormités. Sa passion était toujours de détailler les limericks (was?), les haïkus que les Européens écrivent sans savoir où les emmèneront les aléas.
Libertin, imaginatif mais joueur invétéré, perdant sa fortune et sa notoriété spontanément, il avait rêvé que vivre serait fastueux comme dépenser sans honte ni retenue, pourtant il exagérait beaucoup ! Manger, s'enivrer, forniquer toute effronterie incluse mais écrire, ivresse sensuelle, abrogation de moralité et luxure omniprésente, le coeur toujours prêt d'exploser. Son ambition n'avait point de rivale et sa passion rendait impossible toute démence intellectuelle. Pourtant, souvent déçu, il entreprenait des révisions systématiques de ses abattis qu'il emmitouflait dans une espèce d'adorable pantalon gras, décousu, sans fermeture-éclair. Aujourd'hui, il n'avait point oublié la somme d'efforts fournis par son énorme vit qu'il manipulait toujours dextrement afin d'extraire toute la moelle de son pauvre membre fatigué...
Décidément, Jean devait tout faire seul ! Même se vivifier l'esprit qui battait fortement la chamade. Pourtant, sa passion reprenait toujours le dessus en bémol majeur; Quel trublion mirobolant, menteur, casanier, rancunier, obsédé par versifier ce que seul possédait son coeur. Oublier toutes ces niaiseries, stupidités écrites, énormités, pensées réactionnaires débiles qui pervertissaient ses oeuvres.
Il préférait dormir, rêvant en poète attardé, qu'il voulait glorifier tardivement, les oeuvres exacerbées d'orgasmes vivifiants et revigorants. Un matin saoulé d'amertume par de l'absinthe frelatée, il eut comme une fulguration cervicale malfaisante, une sorte d'illumination rimbaldienne utopique et positive, pleine comme une cuve de connaissances savantes et bouillonnantes diamétralement incrustées sous la caboche cabossée qui fumait abondamment lorsque vint Marie-Qunégonde: elle qui possédait l'avantage de charmes indéniables, puisque tous les poètes bavaient devant ses charmes inaltérables, rustres et pourtant alléchants. Elle séduisit Jean par ses textes troublants qui sentaient bon la luxure.
Marie-Qunégonde, toujours sincère, tomba raide de bonheur lorsque survint l'amour, celui qui tue ! Elle réintégra sa culotte rose bonbon qui rougissait encore de plaisir. Ereintée, elle bouda son amant virtuel qui ne suffisait plus à lui donner sa ration quotidienne de stupre.
Humilié, Jean décida de l'ignorer et se ferma comme une huître.

Textes protégés par © Copyright N° 79Z516A


In Pace cum Patribus (devise des Neuville)
Revenir en haut Aller en bas
http://aphilippe.spaces.live.com
apogon
Membre d'honneur
Membre d'honneur
avatar

Masculin
Bélier Chien
Nombre de messages : 579
Age : 59
Date d'inscription : 07/03/2006

MessageSujet: Re: Cette histoire est celle de Jean le Poète   Mer 9 Mai 2007 - 23:04

Jean le Poète était un homme banal qui comprenait bien le Chinois. Il adorait écrire des tas d'énormités. Sa passion était toujours de détailler les limericks (was?), les haïkus que les Européens écrivent sans savoir où les emmèneront les aléas.
Libertin, imaginatif mais joueur invétéré, perdant sa fortune et sa notoriété spontanément, il avait rêvé que vivre serait fastueux comme dépenser sans honte ni retenue, pourtant il exagérait beaucoup ! Manger, s'enivrer, forniquer toute effronterie incluse mais écrire, ivresse sensuelle, abrogation de moralité et luxure omniprésente, le coeur toujours prêt d'exploser. Son ambition n'avait point de rivale et sa passion rendait impossible toute démence intellectuelle. Pourtant, souvent déçu, il entreprenait des révisions systématiques de ses abattis qu'il emmitouflait dans une espèce d'adorable pantalon gras, décousu, sans fermeture-éclair. Aujourd'hui, il n'avait point oublié la somme d'efforts fournis par son énorme vit qu'il manipulait toujours dextrement afin d'extraire toute la moelle de son pauvre membre fatigué...
Décidément, Jean devait tout faire seul ! Même se vivifier l'esprit qui battait fortement la chamade. Pourtant, sa passion reprenait toujours le dessus en bémol majeur; Quel trublion mirobolant, menteur, casanier, rancunier, obsédé par versifier ce que seul possédait son coeur. Oublier toutes ces niaiseries, stupidités écrites, énormités, pensées réactionnaires débiles qui pervertissaient ses oeuvres.
Il préférait dormir, rêvant en poète attardé, qu'il voulait glorifier tardivement, les oeuvres exacerbées d'orgasmes vivifiants et revigorants. Un matin saoulé d'amertume par de l'absinthe frelatée, il eut comme une fulguration cervicale malfaisante, une sorte d'illumination rimbaldienne utopique et positive, pleine comme une cuve de connaissances savantes et bouillonnantes diamétralement incrustées sous la caboche cabossée qui fumait abondamment lorsque vint Marie-Qunégonde: elle qui possédait l'avantage de charmes indéniables, puisque tous les poètes bavaient devant ses charmes inaltérables, rustres et pourtant alléchants. Elle séduisit Jean par ses textes troublants qui sentaient bon la luxure.
Marie-Qunégonde, toujours sincère, tomba raide de bonheur lorsque survint l'amour, celui qui tue ! Elle réintégra sa culotte rose bonbon qui rougissait encore de plaisir. Ereintée, elle bouda son amant virtuel qui ne suffisait plus à lui donner sa ration quotidienne de stupre.
Humilié, Jean décida de l'ignorer et se ferma comme une huître. Depuis

Textes protégés par © Copyright N° 79Z516A
^----^ 
(='Y'=)
 (")_(")
Revenir en haut Aller en bas
philippe de neuville
Grimoirien
Grimoirien
avatar

Masculin
Taureau Singe
Nombre de messages : 801
Age : 61
Localisation : au pied du Fouta Djalon...
Date d'inscription : 27/02/2007

MessageSujet: Re: Cette histoire est celle de Jean le Poète   Mer 9 Mai 2007 - 23:08

Jean le Poète était un homme banal qui comprenait bien le Chinois. Il adorait écrire des tas d'énormités. Sa passion était toujours de détailler les limericks (was?), les haïkus que les Européens écrivent sans savoir où les emmèneront les aléas.
Libertin, imaginatif mais joueur invétéré, perdant sa fortune et sa notoriété spontanément, il avait rêvé que vivre serait fastueux comme dépenser sans honte ni retenue, pourtant il exagérait beaucoup ! Manger, s'enivrer, forniquer toute effronterie incluse mais écrire, ivresse sensuelle, abrogation de moralité et luxure omniprésente, le coeur toujours prêt d'exploser. Son ambition n'avait point de rivale et sa passion rendait impossible toute démence intellectuelle. Pourtant, souvent déçu, il entreprenait des révisions systématiques de ses abattis qu'il emmitouflait dans une espèce d'adorable pantalon gras, décousu, sans fermeture-éclair. Aujourd'hui, il n'avait point oublié la somme d'efforts fournis par son énorme vit qu'il manipulait toujours dextrement afin d'extraire toute la moelle de son pauvre membre fatigué...
Décidément, Jean devait tout faire seul ! Même se vivifier l'esprit qui battait fortement la chamade. Pourtant, sa passion reprenait toujours le dessus en bémol majeur; Quel trublion mirobolant, menteur, casanier, rancunier, obsédé par versifier ce que seul possédait son coeur. Oublier toutes ces niaiseries, stupidités écrites, énormités, pensées réactionnaires débiles qui pervertissaient ses oeuvres.
Il préférait dormir, rêvant en poète attardé, qu'il voulait glorifier tardivement, les oeuvres exacerbées d'orgasmes vivifiants et revigorants. Un matin saoulé d'amertume par de l'absinthe frelatée, il eut comme une fulguration cervicale malfaisante, une sorte d'illumination rimbaldienne utopique et positive, pleine comme une cuve de connaissances savantes et bouillonnantes diamétralement incrustées sous la caboche cabossée qui fumait abondamment lorsque vint Marie-Qunégonde: elle qui possédait l'avantage de charmes indéniables, puisque tous les poètes bavaient devant ses charmes inaltérables, rustres et pourtant alléchants. Elle séduisit Jean par ses textes troublants qui sentaient bon la luxure.
Marie-Qunégonde, toujours sincère, tomba raide de bonheur lorsque survint l'amour, celui qui tue ! Elle réintégra sa culotte rose bonbon qui rougissait encore de plaisir. Ereintée, elle bouda son amant virtuel qui ne suffisait plus à lui donner sa ration quotidienne de stupre.
Humilié, Jean décida de l'ignorer et se ferma comme une huître. Depuis lors il

Textes protégés par © Copyright N° 79Z516A


In Pace cum Patribus (devise des Neuville)
Revenir en haut Aller en bas
http://aphilippe.spaces.live.com
apogon
Membre d'honneur
Membre d'honneur
avatar

Masculin
Bélier Chien
Nombre de messages : 579
Age : 59
Date d'inscription : 07/03/2006

MessageSujet: Re: Cette histoire est celle de Jean le Poète   Jeu 10 Mai 2007 - 23:44

Jean le Poète était un homme banal qui comprenait bien le Chinois. Il adorait écrire des tas d'énormités. Sa passion était toujours de détailler les limericks (was?), les haïkus que les Européens écrivent sans savoir où les emmèneront les aléas.
Libertin, imaginatif mais joueur invétéré, perdant sa fortune et sa notoriété spontanément, il avait rêvé que vivre serait fastueux comme dépenser sans honte ni retenue, pourtant il exagérait beaucoup ! Manger, s'enivrer, forniquer toute effronterie incluse mais écrire, ivresse sensuelle, abrogation de moralité et luxure omniprésente, le coeur toujours prêt d'exploser. Son ambition n'avait point de rivale et sa passion rendait impossible toute démence intellectuelle. Pourtant, souvent déçu, il entreprenait des révisions systématiques de ses abattis qu'il emmitouflait dans une espèce d'adorable pantalon gras, décousu, sans fermeture-éclair. Aujourd'hui, il n'avait point oublié la somme d'efforts fournis par son énorme vit qu'il manipulait toujours dextrement afin d'extraire toute la moelle de son pauvre membre fatigué...
Décidément, Jean devait tout faire seul ! Même se vivifier l'esprit qui battait fortement la chamade. Pourtant, sa passion reprenait toujours le dessus en bémol majeur; Quel trublion mirobolant, menteur, casanier, rancunier, obsédé par versifier ce que seul possédait son coeur. Oublier toutes ces niaiseries, stupidités écrites, énormités, pensées réactionnaires débiles qui pervertissaient ses oeuvres.
Il préférait dormir, rêvant en poète attardé, qu'il voulait glorifier tardivement, les oeuvres exacerbées d'orgasmes vivifiants et revigorants. Un matin saoulé d'amertume par de l'absinthe frelatée, il eut comme une fulguration cervicale malfaisante, une sorte d'illumination rimbaldienne utopique et positive, pleine comme une cuve de connaissances savantes et bouillonnantes diamétralement incrustées sous la caboche cabossée qui fumait abondamment lorsque vint Marie-Qunégonde: elle qui possédait l'avantage de charmes indéniables, puisque tous les poètes bavaient devant ses charmes inaltérables, rustres et pourtant alléchants. Elle séduisit Jean par ses textes troublants qui sentaient bon la luxure.
Marie-Qunégonde, toujours sincère, tomba raide de bonheur lorsque survint l'amour, celui qui tue ! Elle réintégra sa culotte rose bonbon qui rougissait encore de plaisir. Ereintée, elle bouda son amant virtuel qui ne suffisait plus à lui donner sa ration quotidienne de stupre.
Humilié, Jean décida de l'ignorer et se ferma comme une huître. Depuis lors il consacra

Textes protégés par © Copyright N° 79Z516A
^----^ 
(='Y'=)
 (")_(")
Revenir en haut Aller en bas
philippe de neuville
Grimoirien
Grimoirien
avatar

Masculin
Taureau Singe
Nombre de messages : 801
Age : 61
Localisation : au pied du Fouta Djalon...
Date d'inscription : 27/02/2007

MessageSujet: Re: Cette histoire est celle de Jean le Poète   Jeu 10 Mai 2007 - 23:55

Jean le Poète était un homme banal qui comprenait bien le Chinois. Il adorait écrire des tas d'énormités. Sa passion était toujours de détailler les limericks (was?), les haïkus que les Européens écrivent sans savoir où les emmèneront les aléas.
Libertin, imaginatif mais joueur invétéré, perdant sa fortune et sa notoriété spontanément, il avait rêvé que vivre serait fastueux comme dépenser sans honte ni retenue, pourtant il exagérait beaucoup ! Manger, s'enivrer, forniquer toute effronterie incluse mais écrire, ivresse sensuelle, abrogation de moralité et luxure omniprésente, le coeur toujours prêt d'exploser. Son ambition n'avait point de rivale et sa passion rendait impossible toute démence intellectuelle. Pourtant, souvent déçu, il entreprenait des révisions systématiques de ses abattis qu'il emmitouflait dans une espèce d'adorable pantalon gras, décousu, sans fermeture-éclair. Aujourd'hui, il n'avait point oublié la somme d'efforts fournis par son énorme vit qu'il manipulait toujours dextrement afin d'extraire toute la moelle de son pauvre membre fatigué...
Décidément, Jean devait tout faire seul ! Même se vivifier l'esprit qui battait fortement la chamade. Pourtant, sa passion reprenait toujours le dessus en bémol majeur; Quel trublion mirobolant, menteur, casanier, rancunier, obsédé par versifier ce que seul possédait son coeur. Oublier toutes ces niaiseries, stupidités écrites, énormités, pensées réactionnaires débiles qui pervertissaient ses oeuvres.
Il préférait dormir, rêvant en poète attardé, qu'il voulait glorifier tardivement, les oeuvres exacerbées d'orgasmes vivifiants et revigorants. Un matin saoulé d'amertume par de l'absinthe frelatée, il eut comme une fulguration cervicale malfaisante, une sorte d'illumination rimbaldienne utopique et positive, pleine comme une cuve de connaissances savantes et bouillonnantes diamétralement incrustées sous la caboche cabossée qui fumait abondamment lorsque vint Marie-Qunégonde: elle qui possédait l'avantage de charmes indéniables, puisque tous les poètes bavaient devant ses charmes inaltérables, rustres et pourtant alléchants. Elle séduisit Jean par ses textes troublants qui sentaient bon la luxure.
Marie-Qunégonde, toujours sincère, tomba raide de bonheur lorsque survint l'amour, celui qui tue ! Elle réintégra sa culotte rose bonbon qui rougissait encore de plaisir. Ereintée, elle bouda son amant virtuel qui ne suffisait plus à lui donner sa ration quotidienne de stupre.
Humilié, Jean décida de l'ignorer et se ferma comme une huître. Depuis lors il consacra sa vie

Textes protégés par © Copyright N° 79Z516A


In Pace cum Patribus (devise des Neuville)
Revenir en haut Aller en bas
http://aphilippe.spaces.live.com
apogon
Membre d'honneur
Membre d'honneur
avatar

Masculin
Bélier Chien
Nombre de messages : 579
Age : 59
Date d'inscription : 07/03/2006

MessageSujet: Re: Cette histoire est celle de Jean le Poète   Jeu 10 Mai 2007 - 23:58

Jean le Poète était un homme banal qui comprenait bien le Chinois. Il adorait écrire des tas d'énormités. Sa passion était toujours de détailler les limericks (was?), les haïkus que les Européens écrivent sans savoir où les emmèneront les aléas.
Libertin, imaginatif mais joueur invétéré, perdant sa fortune et sa notoriété spontanément, il avait rêvé que vivre serait fastueux comme dépenser sans honte ni retenue, pourtant il exagérait beaucoup ! Manger, s'enivrer, forniquer toute effronterie incluse mais écrire, ivresse sensuelle, abrogation de moralité et luxure omniprésente, le coeur toujours prêt d'exploser. Son ambition n'avait point de rivale et sa passion rendait impossible toute démence intellectuelle. Pourtant, souvent déçu, il entreprenait des révisions systématiques de ses abattis qu'il emmitouflait dans une espèce d'adorable pantalon gras, décousu, sans fermeture-éclair. Aujourd'hui, il n'avait point oublié la somme d'efforts fournis par son énorme vit qu'il manipulait toujours dextrement afin d'extraire toute la moelle de son pauvre membre fatigué...
Décidément, Jean devait tout faire seul ! Même se vivifier l'esprit qui battait fortement la chamade. Pourtant, sa passion reprenait toujours le dessus en bémol majeur; Quel trublion mirobolant, menteur, casanier, rancunier, obsédé par versifier ce que seul possédait son coeur. Oublier toutes ces niaiseries, stupidités écrites, énormités, pensées réactionnaires débiles qui pervertissaient ses oeuvres.
Il préférait dormir, rêvant en poète attardé, qu'il voulait glorifier tardivement, les oeuvres exacerbées d'orgasmes vivifiants et revigorants. Un matin saoulé d'amertume par de l'absinthe frelatée, il eut comme une fulguration cervicale malfaisante, une sorte d'illumination rimbaldienne utopique et positive, pleine comme une cuve de connaissances savantes et bouillonnantes diamétralement incrustées sous la caboche cabossée qui fumait abondamment lorsque vint Marie-Qunégonde: elle qui possédait l'avantage de charmes indéniables, puisque tous les poètes bavaient devant ses charmes inaltérables, rustres et pourtant alléchants. Elle séduisit Jean par ses textes troublants qui sentaient bon la luxure.
Marie-Qunégonde, toujours sincère, tomba raide de bonheur lorsque survint l'amour, celui qui tue ! Elle réintégra sa culotte rose bonbon qui rougissait encore de plaisir. Ereintée, elle bouda son amant virtuel qui ne suffisait plus à lui donner sa ration quotidienne de stupre.
Humilié, Jean décida de l'ignorer et se ferma comme une huître. Depuis lors il consacra sa vie à

Textes protégés par © Copyright N° 79Z516A
^----^ 
(='Y'=)
 (")_(")
Revenir en haut Aller en bas
philippe de neuville
Grimoirien
Grimoirien
avatar

Masculin
Taureau Singe
Nombre de messages : 801
Age : 61
Localisation : au pied du Fouta Djalon...
Date d'inscription : 27/02/2007

MessageSujet: Re: Cette histoire est celle de Jean le Poète   Ven 11 Mai 2007 - 0:22

Jean le Poète était un homme banal qui comprenait bien le Chinois. Il adorait écrire des tas d'énormités. Sa passion était toujours de détailler les limericks (was?), les haïkus que les Européens écrivent sans savoir où les emmèneront les aléas.
Libertin, imaginatif mais joueur invétéré, perdant sa fortune et sa notoriété spontanément, il avait rêvé que vivre serait fastueux comme dépenser sans honte ni retenue, pourtant il exagérait beaucoup ! Manger, s'enivrer, forniquer toute effronterie incluse mais écrire, ivresse sensuelle, abrogation de moralité et luxure omniprésente, le coeur toujours prêt d'exploser. Son ambition n'avait point de rivale et sa passion rendait impossible toute démence intellectuelle. Pourtant, souvent déçu, il entreprenait des révisions systématiques de ses abattis qu'il emmitouflait dans une espèce d'adorable pantalon gras, décousu, sans fermeture-éclair. Aujourd'hui, il n'avait point oublié la somme d'efforts fournis par son énorme vit qu'il manipulait toujours dextrement afin d'extraire toute la moelle de son pauvre membre fatigué...
Décidément, Jean devait tout faire seul ! Même se vivifier l'esprit qui battait fortement la chamade. Pourtant, sa passion reprenait toujours le dessus en bémol majeur; Quel trublion mirobolant, menteur, casanier, rancunier, obsédé par versifier ce que seul possédait son coeur. Oublier toutes ces niaiseries, stupidités écrites, énormités, pensées réactionnaires débiles qui pervertissaient ses oeuvres.
Il préférait dormir, rêvant en poète attardé, qu'il voulait glorifier tardivement, les oeuvres exacerbées d'orgasmes vivifiants et revigorants. Un matin saoulé d'amertume par de l'absinthe frelatée, il eut comme une fulguration cervicale malfaisante, une sorte d'illumination rimbaldienne utopique et positive, pleine comme une cuve de connaissances savantes et bouillonnantes diamétralement incrustées sous la caboche cabossée qui fumait abondamment lorsque vint Marie-Qunégonde: elle qui possédait l'avantage de charmes indéniables, puisque tous les poètes bavaient devant ses charmes inaltérables, rustres et pourtant alléchants. Elle séduisit Jean par ses textes troublants qui sentaient bon la luxure.
Marie-Qunégonde, toujours sincère, tomba raide de bonheur lorsque survint l'amour, celui qui tue ! Elle réintégra sa culotte rose bonbon qui rougissait encore de plaisir. Ereintée, elle bouda son amant virtuel qui ne suffisait plus à lui donner sa ration quotidienne de stupre.
Humilié, Jean décida de l'ignorer et se ferma comme une huître. Depuis lors il consacra sa vie à ses vingt-trois chats...

Textes protégés par © Copyright N° 79Z516A


In Pace cum Patribus (devise des Neuville)
Revenir en haut Aller en bas
http://aphilippe.spaces.live.com
raymonde
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Cette histoire est celle de Jean le Poète   Ven 11 Mai 2007 - 7:29

Jean le Poète était un homme banal qui comprenait bien le Chinois. Il adorait écrire des tas d'énormités. Sa passion était toujours de détailler les limericks (was?), les haïkus que les Européens écrivent sans savoir où les emmèneront les aléas.
Libertin, imaginatif mais joueur invétéré, perdant sa fortune et sa notoriété spontanément, il avait rêvé que vivre serait fastueux comme dépenser sans honte ni retenue, pourtant il exagérait beaucoup ! Manger, s'enivrer, forniquer toute effronterie incluse mais écrire, ivresse sensuelle, abrogation de moralité et luxure omniprésente, le coeur toujours prêt d'exploser. Son ambition n'avait point de rivale et sa passion rendait impossible toute démence intellectuelle. Pourtant, souvent déçu, il entreprenait des révisions systématiques de ses abattis qu'il emmitouflait dans une espèce d'adorable pantalon gras, décousu, sans fermeture-éclair. Aujourd'hui, il n'avait point oublié la somme d'efforts fournis par son énorme vit qu'il manipulait toujours dextrement afin d'extraire toute la moelle de son pauvre membre fatigué...
Décidément, Jean devait tout faire seul ! Même se vivifier l'esprit qui battait fortement la chamade. Pourtant, sa passion reprenait toujours le dessus en bémol majeur; Quel trublion mirobolant, menteur, casanier, rancunier, obsédé par versifier ce que seul possédait son coeur. Oublier toutes ces niaiseries, stupidités écrites, énormités, pensées réactionnaires débiles qui pervertissaient ses oeuvres.
Il préférait dormir, rêvant en poète attardé, qu'il voulait glorifier tardivement, les oeuvres exacerbées d'orgasmes vivifiants et revigorants. Un matin saoulé d'amertume par de l'absinthe frelatée, il eut comme une fulguration cervicale malfaisante, une sorte d'illumination rimbaldienne utopique et positive, pleine comme une cuve de connaissances savantes et bouillonnantes diamétralement incrustées sous la caboche cabossée qui fumait abondamment lorsque vint Marie-Qunégonde: elle qui possédait l'avantage de charmes indéniables, puisque tous les poètes bavaient devant ses charmes inaltérables, rustres et pourtant alléchants. Elle séduisit Jean par ses textes troublants qui sentaient bon la luxure.
Marie-Qunégonde, toujours sincère, tomba raide de bonheur lorsque survint l'amour, celui qui tue ! Elle réintégra sa culotte rose bonbon qui rougissait encore de plaisir. Ereintée, elle bouda son amant virtuel qui ne suffisait plus à lui donner sa ration quotidienne de stupre.
Humilié, Jean décida de l'ignorer et se ferma comme une huître. Depuis lors il consacra sa vie aux araignées
_________________

Neuville
Revenir en haut Aller en bas
philippe de neuville
Grimoirien
Grimoirien
avatar

Masculin
Taureau Singe
Nombre de messages : 801
Age : 61
Localisation : au pied du Fouta Djalon...
Date d'inscription : 27/02/2007

MessageSujet: Re: Cette histoire est celle de Jean le Poète   Ven 11 Mai 2007 - 8:46

Jean le Poète était un homme banal qui comprenait bien le Chinois. Il adorait écrire des tas d'énormités. Sa passion était toujours de détailler les limericks (was?), les haïkus que les Européens écrivent sans savoir où les emmèneront les aléas.
Libertin, imaginatif mais joueur invétéré, perdant sa fortune et sa notoriété spontanément, il avait rêvé que vivre serait fastueux comme dépenser sans honte ni retenue, pourtant il exagérait beaucoup ! Manger, s'enivrer, forniquer toute effronterie incluse mais écrire, ivresse sensuelle, abrogation de moralité et luxure omniprésente, le coeur toujours prêt d'exploser. Son ambition n'avait point de rivale et sa passion rendait impossible toute démence intellectuelle. Pourtant, souvent déçu, il entreprenait des révisions systématiques de ses abattis qu'il emmitouflait dans une espèce d'adorable pantalon gras, décousu, sans fermeture-éclair. Aujourd'hui, il n'avait point oublié la somme d'efforts fournis par son énorme vit qu'il manipulait toujours dextrement afin d'extraire toute la moelle de son pauvre membre fatigué...
Décidément, Jean devait tout faire seul ! Même se vivifier l'esprit qui battait fortement la chamade. Pourtant, sa passion reprenait toujours le dessus en bémol majeur; Quel trublion mirobolant, menteur, casanier, rancunier, obsédé par versifier ce que seul possédait son coeur. Oublier toutes ces niaiseries, stupidités écrites, énormités, pensées réactionnaires débiles qui pervertissaient ses oeuvres.
Il préférait dormir, rêvant en poète attardé, qu'il voulait glorifier tardivement, les oeuvres exacerbées d'orgasmes vivifiants et revigorants. Un matin saoulé d'amertume par de l'absinthe frelatée, il eut comme une fulguration cervicale malfaisante, une sorte d'illumination rimbaldienne utopique et positive, pleine comme une cuve de connaissances savantes et bouillonnantes diamétralement incrustées sous la caboche cabossée qui fumait abondamment lorsque vint Marie-Qunégonde: elle qui possédait l'avantage de charmes indéniables, puisque tous les poètes bavaient devant ses charmes inaltérables, rustres et pourtant alléchants. Elle séduisit Jean par ses textes troublants qui sentaient bon la luxure.
Marie-Qunégonde, toujours sincère, tomba raide de bonheur lorsque survint l'amour, celui qui tue ! Elle réintégra sa culotte rose bonbon qui rougissait encore de plaisir. Ereintée, elle bouda son amant virtuel qui ne suffisait plus à lui donner sa ration quotidienne de stupre.
Humilié, Jean décida de l'ignorer et se ferma comme une huître. Depuis lors il consacra sa vie aux araignées et à ses vingt-trois chats...

Textes protégés par © Copyright N° 79Z516A


In Pace cum Patribus (devise des Neuville)
Revenir en haut Aller en bas
http://aphilippe.spaces.live.com
apogon
Membre d'honneur
Membre d'honneur
avatar

Masculin
Bélier Chien
Nombre de messages : 579
Age : 59
Date d'inscription : 07/03/2006

MessageSujet: Re: Cette histoire est celle de Jean le Poète   Ven 11 Mai 2007 - 21:36

A ce point, je me demande s'il ne serait pas intéressant d'imaginer une fin, suite ou épilogue chacun de son côté et de les comparer ensuite. Ce n'est qu'une idée...

Textes protégés par © Copyright N° 79Z516A
^----^ 
(='Y'=)
 (")_(")
Revenir en haut Aller en bas
philippe de neuville
Grimoirien
Grimoirien
avatar

Masculin
Taureau Singe
Nombre de messages : 801
Age : 61
Localisation : au pied du Fouta Djalon...
Date d'inscription : 27/02/2007

MessageSujet: Re: Cette histoire est celle de Jean le Poète   Ven 11 Mai 2007 - 22:48

c'est curieux que tu dises celà car j'y avais pensé aussi en tapant "chats"!
comme je pense qu'il faut bien une fin à tout, on peut effectivement en imaginer chacun une -pas trop longue- et les comparer, warum nicht?
on planche dessus & le premier qui a fini avertit l'autre (ou même les autres?)

Ph...........................................

Textes protégés par © Copyright N° 79Z516A


In Pace cum Patribus (devise des Neuville)
Revenir en haut Aller en bas
http://aphilippe.spaces.live.com
raymonde
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Cette histoire est celle de Jean le Poète   Sam 12 Mai 2007 - 9:42

jean le poète se rendit célèbre pour sa passion des araigées et pour avoir adopté 23 chats errants on le fêta mais notre solitaire se fit bâtir un chalet sur la montagne des anges ainsi nommée car elle donnait 'impresson de toucher les nuées il ne fut plus jamais question de marie cunégonde il vécut tranquille et vieux

fin
une idée
Revenir en haut Aller en bas
apogon
Membre d'honneur
Membre d'honneur
avatar

Masculin
Bélier Chien
Nombre de messages : 579
Age : 59
Date d'inscription : 07/03/2006

MessageSujet: Re: Cette histoire est celle de Jean le Poète   Sam 12 Mai 2007 - 18:37

Depuis lors il consacra sa vie aux araignées et à ses vingt-trois chats...
…dont onze femelles qui donnèrent six mois plus tard quarante-quatre chatons. Jean était complètement délivré de ses obsessions qui par un curieux processus de transfert avaient perverti ses chats qui forniquaient abominablement.
Après un an, les cent cinquante-deux naissances portèrent leur nombre à deux cent vingt neuf et au bout de deux années seulement d’accouplements frénétiques, mille sept cent cinquante trois chats partouzaient furieusement sous l’œil amusé des araignées, les femelles subissant parfois plus de dix saillies par heure par des mâles différents. Mathématiquement, avec une moyenne de quatre par portée, le surplus venant compenser les décès accidentels, il y avait quinze mille sept cent soixante dix-sept chats l’année suivante, car le matou célibataire avait fini par s’y mettre lui aussi. Lorsque les premiers de la dynastie commencèrent à mourir de vieillesse (leur nombre ayant dépassé le million en 7 ans, triplait tous les six mois) ils étaient alors trois millions quatre cent quatre-vingt-trois mille huit cent quatre-vingt onze milliards. En seulement dix-sept ans. Les araignées ne riaient plus depuis longtemps.
La gigantesque boule de poils qu’était devenue la Terre continua à croitre de façon exponentielle en volume et en masse et après un temps ridiculement court à l’échelle de l’univers, elle engloba le soleil qui s’éteignit.
Voici donc l’origine des trous noirs. Troublant, non ?

Textes protégés par © Copyright N° 79Z516A
^----^ 
(='Y'=)
 (")_(")
Revenir en haut Aller en bas
philippe de neuville
Grimoirien
Grimoirien
avatar

Masculin
Taureau Singe
Nombre de messages : 801
Age : 61
Localisation : au pied du Fouta Djalon...
Date d'inscription : 27/02/2007

MessageSujet: Re: Cette histoire est celle de Jean le Poète   Sam 12 Mai 2007 - 19:17

et voici la mienne:

Fuyant alors la vie et ce monde de brutes, il se réfugia à Lélouma au pied du Fouta Djalon où il passa ses dernières années à étudier le comportement des lions et celui des araignées géantes...Jamais plus il n'entendit parler de Marie-Cunégonde; par contre il eut vingt-trois mulâtres de ses trois concubines africaines.
On l'enterra au village, vénéré comme un sage......................

FIN. ENDE. FINE. KONEC.

(pourquoi 23? c'est un de mes nombres-fétiches avec le 53 et le 7)...

Textes protégés par © Copyright N° 79Z516A


In Pace cum Patribus (devise des Neuville)
Revenir en haut Aller en bas
http://aphilippe.spaces.live.com
sandipoete
Fondateur
Fondateur
avatar

Masculin
Lion Dragon
Nombre de messages : 8512
Age : 65
Localisation : Landrecies, dans le Nord !
Date d'inscription : 05/04/2005

MessageSujet: Re: Cette histoire est celle de Jean le Poète   Lun 14 Mai 2007 - 18:06

C'est tout ?...
Alors la... Saperlipopette de scrongneugneu...
Vous pensez vraiment que ça valait la peine de se casser les roubignoles... heu... Pardon Raymonde !
les neuronnes afin d'écrire toute cette histoire pour en arriver là ?...
Bon... Très bien...
On va laisser là ce pauvre Jean mais il n'est pas dit qu'on y reviendra pas un jour... Alors je le laisse pour plus tard...
Et si on en écrivait un autre ?
Je vous laisse tous donner ici des idées pour débuter.
Alors à vos plumes Messieurs Dames...

Textes protégés par © Copyright N° 79Z516A
Gérard SANDIFORT, alias Sandipoète
La seule arme que je tolère, c'est la plume !...
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/site/poesiesdesandipoete/
apogon
Membre d'honneur
Membre d'honneur
avatar

Masculin
Bélier Chien
Nombre de messages : 579
Age : 59
Date d'inscription : 07/03/2006

MessageSujet: Re: Cette histoire est celle de Jean le Poète   Ven 22 Fév 2008 - 9:02

Un sujet qui dure trop longtemps ne peut que dériver de la sorte. Je pense que la fin imaginée par Raymonde est la plus honorable. Celle de Philippe assez tranquille, quant à la mienne, elle illustre justement ce que peut devenir une chaîne de ce type.
A mon avis, Sandipoete a tout à fait raison, c'était pas la peine de continuer, on aurait dû d'ailleurs arrêter bien avant ! C'est pourquoi j'ai pris la liberté de supprimer les polémiques qui ont suivi. Par contre l'idée de récidiver n'est pas une bonne idée.

Textes protégés par © Copyright N° 79Z516A
^----^ 
(='Y'=)
 (")_(")
Revenir en haut Aller en bas
sandipoete
Fondateur
Fondateur
avatar

Masculin
Lion Dragon
Nombre de messages : 8512
Age : 65
Localisation : Landrecies, dans le Nord !
Date d'inscription : 05/04/2005

MessageSujet: Re: Cette histoire est celle de Jean le Poète   Ven 22 Fév 2008 - 16:18

apogon a écrit:
Par contre l'idée de récidiver n'est pas une bonne idée.
Et c'est peut-être bien pour cette raison que ma demande ne fut pas suivie.
Mais j'aime trop la liberté d'expression, alors, je laisse le sujet en suspend. Qui sait ?

Textes protégés par © Copyright N° 79Z516A
Gérard SANDIFORT, alias Sandipoète
La seule arme que je tolère, c'est la plume !...
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/site/poesiesdesandipoete/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Cette histoire est celle de Jean le Poète   

Revenir en haut Aller en bas
 

Cette histoire est celle de Jean le Poète

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 15 sur 15Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 13, 14, 15

 Sujets similaires

-
» Cette histoire est celle de Jean le Poète
» [Baricco, Alessandro] Cette histoire-là
» [Signol, Christian] Cette Vie ou celle d'après
» Ca m'a trop touché cette histoire.
» [Poésie] Jean Grosjean

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum poétique :: LES DISTRACTIONS AUTOUR DES MOTS :: Les chaînes de mots :: La chaîne de : ...-