Forum poétique
Si toi aussi, tu entends souvent ton cœur parler à ta plume, viens déposer tes escarpins dans l'empreinte de nos pas.
Tu pourras alors alimenter cette rivière afin qu'elle devienne un fleuve prolifique de douceurs où tous, nous venons à notre tour, pour y tremper notre plume féconde.
Et cet affluent de pensées innombrables finit sa course magnifique dans un océan de lumières.
J'aime cet idée de partage.
Elle devrait régir le monde sans aucune faille.
Pour que nous regardions tous dans la même direction.
C'est pour cette raison que nous aimons tant la poésie... Et les poètes !...
Gérard SANDIFORT alias Sandipoete



 
AccueilFaire de la poésie sur FacebookVitrine du SiteÉvènementsPublicationsCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Moi, Le Vaurien

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Alain Girard
Plume de Corail
Plume de Corail
avatar

Masculin
Balance Dragon
Nombre de messages : 106
Age : 65
Localisation : 77 France
Date d'inscription : 17/07/2017

MessageSujet: Moi, Le Vaurien   Ven 13 Oct 2017 - 20:09

Moi, Le Vaurien 





Il est parfois en nous de bien vieux sentiments

Qui renaissent la  nuit en des rêves dorés,

Des gestes, le sourire et… l’amour de amants

En une orée !



Cela n’est aujourd’hui que mon passé lointain

Comme s’enfuit la vie dans les bras de personne

Et ces vieux soirs tombés de bien tristes matins

Et puis qui sonnent



Sur la route du temps mêlée de ses mélasses

Comme tout inconnu on prend le dernier train ;

L’écriteau de la vie nous parsème d’hélas

Que rien n’étreint !



S’il est un vieux secret abîmé dans le monde

Où nul ne sait plus voir un geste envers un homme,

Entre la Poésie et tout le reste immonde

Qu’elle est la gomme ?



Cette gomme éteignant les soubresauts d’aimer

Lorsque l’on ne vit plus, effacé de ses gestes

Et que l’on a – partout – à jamais essaimé

Ses propres restes ?



Faut-il avoir vingt ans, faut-il se taire encor,

Faut-il parler, écrire au vide du néant

Lorsque l’on doit mourir tout au fond de son corps

En fainéant ?



Il est parfois, en nous, le désir de mourir

Et nul n’ouvre la main qui empêcha cela ;

C’est ainsi le huis-clos que l’on va découvrir

En l’Au-Delà !



Je vous aime parmi l’amour ensanglanté

Lorsque de mon pas lent, je meurs d’un peu, d’un rien,

Juste celui vécu pour Toutes Libertés

Moi, Le Vaurien !




Alain Girard




Copyright. Tous Droits Réservés.




Le 13102017



Dépôt SACEM : au nom de Sarah et Lucie Girard




avec demande de grimoire




Merci!
Revenir en haut Aller en bas
 

Moi, Le Vaurien

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Jim THOMPSON: Vaurien

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum poétique :: LES POÉSIES :: Vos Nouveaux Poèmes-