Forum poétique
Si toi aussi, tu entends souvent ton cœur parler à ta plume, viens déposer tes escarpins dans l'empreinte de nos pas.
Tu pourras alors alimenter cette rivière afin qu'elle devienne un fleuve prolifique de douceurs où tous, nous venons à notre tour, pour y tremper notre plume féconde.
Et cet affluent de pensées innombrables finit sa course magnifique dans un océan de lumières.
J'aime cet idée de partage.
Elle devrait régir le monde sans aucune faille.
Pour que nous regardions tous dans la même direction.
C'est pour cette raison que nous aimons tant la poésie... Et les poètes !...
Gérard SANDIFORT alias Sandipoete



 
Faire lire sa poésie sur FacebookVitrine du SiteAccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Bunker

Aller en bas 
AuteurMessage
margezen
Nouvelle plume
Nouvelle plume


Féminin
Balance Chèvre
Nombre de messages : 37
Age : 63
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 03/12/2015

MessageSujet: Bunker   Mar 25 Avr 2017 - 20:03



J'étais aveugle, maintenant je vois
Une maison grise, plate et fade
Sans porte ni fenêtres
Sans toit pour protéger de la pluie, et du froid
Murs qui les emprisonnent
Je vois un ciel orange sans soleil, sans nuages
Étouffant, où la pollution empêche de respirer
Et dans cet abri, construction sans vie
Se terrent les survivants, de la folie des hommes,
Des humains effrayés
Serrés les uns contre les autres.

Les couleurs chaudes sont des leurres
La planète est mourante
Plus de ciel bleu, plus d'arbres, plus de fleurs

Seul reste un bunker
Qui, d’un monde de malheur
Peu à peu, se vide des misères engendrées
Balayant ses absurdités

Destin anorexique de bonheur
Plus de larmes à verser
Des rires désenchantés
Fin de ce monde réprimé qui dénie tout

J’étouffe, mes forces m'abandonnent
La fatigue me submerge et les couleurs s’effacent
Je voyais, maintenant dans un noir trop profond
Je m'éteins à la vie, et dans l’obscurité
Ma cécité revient

Je ne suis plus enfermé dans une maison grise, plate et fade
Sans porte ni fenêtre
Sans toit pour protéger de la pluie et du froid
Sans murs qui m’emprisonnent

Je suis aveugle, pourtant je vois
Moi, oublié de la vie
Dans ce noir sans fin
Où dans un vent de folie
Je tente de m’envoler sans ailes

Maintenant je vois
Une maison grise, plate et fade
Sans porte ni fenêtres
Sans toit pour protéger de la pluie, et du froid
Murs qui les emprisonnent.





.
Revenir en haut Aller en bas
 
Bunker
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» visite du grand bunker de Ouistreham
» recherche plan bunker
» Sortie Bunker en Normandie...
» bunker
» Le General Matthew"Bunker" RIDGWAY

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum poétique :: LE COIN DES SLAMEURS :: Les Textes En Slam-
Sauter vers: